À la une

Kazakhstan : Arrestation de l’ancien chef des services secrets pour suspicion de trahison

(TripFoumi Enfo) – L’ancien responsable des services secrets kazakhstanais, à peine limogé par le président Tokaïev dans la foulée des violences qui secouent le pays, a été arrêté pour suspicion, a-t-on appris ce samedi 8 janvier. Cette information a été relayée par l’AFP et l’agence Interfax.

En effet, le Comité national de sécurité (KNB), le service secret du Kazakhstan, a annoncé que Karim Massimov, son directeur, a été arrêté le 6 janvier et qu’une enquête a été ouverte pour suspicion de haute trahison. Celui-ci est, depuis, placé en détention provisoire.

Karim Massimov, âgé de 56 ans, est un acteur politique majeur dans le pays. Il a été 2 fois premier ministre de l’ancien président Noursoultan Nazarbaïev, figure de proue de la politique kazakhstanaise. Il dirigeait le KNB depuis 2016 et a été chef du cabinet du président et assistant du président.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Cette arrestation intervient une semaine après les manifestations massives et violentes qui ont ébranlé le Kazakhstan, particulièrement Almaty, sa Capitale économique. Toutefois, un peu de calme semble revenir dans le pays.

Par ailleurs, l’OTSC, organisation militaire sous la domination de Moscou regroupant, entre autres, l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, et le Tadjikistan, a déployé des troupes pour soutenir le pouvoir en place. Officiellement, elles sont chargées de garder les bâtiments officiels.

Cependant, les Occidentaux, particulièrement les États-Unis, ne voient pas d’un bon œil ce déploiement « Russe ». « Une fois que les Russes sont chez vous, il est parfois très difficile de les faire partir », a déclaré Antony Blinken, le Secrétaire d’État américain.

Des propos qualifiés de « grossiers » par la partie russe. « Une fois que les Américains sont chez vous, il peut être difficile de rester en vie, de ne pas être pillé ou violé », a rétorqué le ministère russe des Affaires étrangères.

Il est important de rappeler que cette crise qui secoue le Kazakhstan a été déclenchée par l’annonce de l’augmentation des prix du gaz liquéfié, tres utilisé dans ce pays. Cette contestation s’est très vite transformée en de violentes émeutes avec un très lourd bilan en vies humaines. Par ailleurs, elle est également devenue un terrain propice aux rivalités entre Russes et Occidentaux.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker