À la une

Ukraine : Occidentaux et Russes négocient, mais campent sur leurs positions


 
( TripFoumi Enfo) – C’est une semaine diplomatique très intense qui a démarré, ce lundi 10 janvier 2022 en Suisse, entre Occidentaux et Russes autour du dossier ukrainien. Ce dernier cristallise les tensions entre les Occidentaux et le Kremlin ces derniers temps.
 
En effet, des négociations, très attendues, ont d’abord démarré entre Moscou et Washington. Des discussions très tendues sont rapportées par les principaux médias. Les deux camps continuent de s’échanger des mises en garde.
 
Les américains menacent la Russie de sanctions « massives » dans le cas d’une invasion de son voisin ukrainien. Tandis que, Moscou assure que son « intention » n’était pas d’envahir l’Ukraine, « Nous avons expliqué aux collègues que nous n’avons pas de plans, pas l’intention d’attaquer – entre guillemets – l’Ukraine », a précisé Sergueï Riabkov. Néanmoins, la délégation russe a tenu à préciser que la présence de ses troupes à proximité de la frontière ukrainienne n’était qu’une réaction à la présence militaire accrue de L’OTAN.
 
Il faut préciser que ce premier round de pourparlers avait réuni uniquement des dirigeants américains et russes. Pour le camp de Washington, c’est Wendy Sherman, vice-ministre des Affaires étrangères qui était à la tête des discussions. En revanche, c’est son homologue, Sergueï Riabkov, qui a conduit la délégation russe.
 
Cela fait, à peu près, une semaine que les deux camps faisaient monter les enchères, ces négociations devraient permettre une désescalade. Mais pour l’heure aucun changement significatif n’a été réalisé.
 
Toutefois, Sergueï Riabkov s’est montré plutôt optimiste en ce qui a trait aux inquiétudes de la Russie concernant l’élargissement de l’OTAN et de l’intégration de l’Ukraine à celle-ci. « Nous avons l’impression que la partie américaine a pris très au sérieux les propositions russes », a-t-il laissé entendre.
 
Quant a l’intégration de l’Ukraine à l’OTAN, le Kremlin est catégorique. C’est « jamais au grand jamais », a martelé Sergueï Riabkov. D’ailleurs, celui-ci met en garde les Occidentaux contre « les risques liés à une aggravation de l’évolution de la confrontation ». « Il faut qu’un vrai geste en direction de la Russie soit fait », a-t-il préconisé. Moscou veut des concessions rapides sur ses exigences.
 
Les États-Unis ont donné l’impression d’un ton plus conciliant, par la voix de son négociateur, Wendy Sherman. Ce dernier a précisé que son pays avait également apporté des propositions « à partir desquelles nos deux pays pourraient prendre des mesures réciproques conformes à nos intérêts de sécurité et susceptibles d’améliorer la stabilité stratégique ».
 
Alors que les négociations doivent se poursuivre ce mercredi, mais, cette fois-ci, entre les dirigeants de l’OTAN et les  russes, des médias occidentaux rapportent le début d’exercice de plusieurs milliers de soldats russes à proximité de la frontière ukrainienne. Selon des observateurs, c’est une façon pour la Russie d’exprimer son insatisfaction des premières discussions.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker