À la uneÉducation

La bibliothèque communautaire de Carrefour-Feuilles, une œuvre de bonne foi des citoyens, entre difficultés et volonté

(TripFoumi Enfo) – Les espaces de lecture et de recherche se font de plus en plus rares en Haïti, du moins dans les quartiers populaires et dans les zones les plus reculées du pays. C’est un fait. Malgré tout, à Carrefour-Feuilles, certains citoyens cherchent à doter ce vaste bidonville d’une bibliothèque pouvant faciliter l’accès aux savoirs pour les jeunes de ce quartier populaire. Cinq mois après son inauguration et ouverture, la rédaction de TripFoumi Enfo s’y est rendue.

10h 45 am. Des petits commerçants étalent déjà leurs produits sous un soleil à peine nubile tout au long de l’Avenue. Des chauffeurs de taxi moto font du va-et-vient. D’autres sont stationnés. Ici, nous sommes à l’Avenue Fouchard. En face de nous, la Bibliothèque communautaire de Carrefour-feuilles. On se dirige vers la barrière principale. Une fois franchie, sur la cours, une jeune fille et un jeune homme sont assis sur deux chaises, l’une à côté de l’autre, et une autre, servant de bureau, à ce qu’il paraît. Le jeune homme nous indique le chemin jusqu’à l’entrée. Assise derrière un bureau, une jeune fille, faisant office de secrétaire, nous accueille en nous demandant de signer avant d’entrer dans la salle de lecture et de recherche.

Après le paraphe, nous voilà éligibles d’avoir accès aux services fournis. Pour l’entretien, Myrtil Saint-Aimé, membre fondateur de la bibliothèque, également directeur de l’Organisation Bisou-Bisou Haïti, nous a souhaité les bienvenus. Dans la salle, une table fabriquée à l’haïtienne autour de laquelle sept chaises sont arrangées. Aucun lecteur, aucune lectrice n’a été remarquée. C’est une salle privée d’air naturel partiellement et d’électricité totalement. « En 2019, monsieur Géojada Antoine, actuel directeur de la bibliothèque, a lancé le projet. Pour des problèmes d’insécurité qui prévalaient dans cette zone, on a dû attendre janvier 2021 pour le débuter. Le 10 août de la même année, on est enfin parvenu à inaugurer puis ouvrir la bibliothèque », explique Myrtil Saint-Aimé.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

La salle servant d’espace de lecture et de recherche est très exiguë. « Ici, nous avons environ 800 titres disponibles et ce, dans diverses catégories telles que la philosophie, la littérature universelle, les Mathématiques », a fait savoir Wisvel Mondélice, responsable des relations publiques à la bibliothèque. « La grande majorité des textes sont de la littérature universelle, la littérature haïtienne, notamment », poursuit l’ancien étudiant à la Faculté des Sciences Humaines.

Dans le dos de la salle de lecture et de recherche, un autre espace est en cours de réparation. «On est en train d’aménager cette partie pour pouvoir agrandir la bibliothèque », explique monsieur Saint-Aimé. Séparée d’un mûr et d’une petite porte en fer forgé, une autre chambre, à l’intérieur de laquelle se trouvent environ cinq chaises aussi en fer forgé çà et là, est habilitée à recevoir des conférences. « Pour l’organisation des conférences, c’est ici que nous allons le faire », avance monsieur Mondélice, qui, poursuit-il, annonce que dans les mois à venir de nouvelles activités seront mises en place, dont des conférences-débats, par les responsables afin de rendre beaucoup plus dynamique la bibliothèque.

Inaugurée et ouverte le 10 août 2021, la bibliothèque communautaire de Carrefour-Feuilles n’a reçu aucun financement des autorités, sinon des particuliers dont la responsable de la structure Bisou-Bisou Haïti (une structure évoluant dans le domaine éducatif haïtien), Saradia Auguste. Cependant, raconte Wisvel Mondélice, nous avons reçu la visite du directeur général de la Bibliothèque Nationale d’Haïti (BNH) au cours de cette semaine. Dangelo Néard souhaite, rapporte monsieur Mondélice en interview exclusive au journal TripFoumi Enfo, que la bibliothèque communautaire de Carrefour-Feuilles devienne une annexe de la BNH.

Carrefour-Feuilles, ce quartier populaire, situé au cœur de Port-au-Prince, jadis dépouilllé presque de toute sorte d’infrastructures culturelles, peut se réjouir d’avoir un espace de lecture et de recherche. Wisvel Mondélice espère que la bibliothère communautaire de Carrefour-Feuilles sera un moyen pour les jeunes de résister, car, selon lui, ce projet s’inscrit dans une logique de résistance face à ce système infernal mis en place dans le pays.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker