À la une

Martissant, un défi pas comme les autres !

(TripFoumi Enfo) – Des bruits sinistres. Sensation que le ciel tremble sur notre tête. Sensation que la terre s’effondre sous nos pieds. Sensation que nous nous retrouvons au fin fond d’une boucherie. Toutes les secondes, en cet instant, sont porteuses de couleur à la peur, la nôtre, ce monstre qui nous ronge. Martissant, entrée Sud de Port-au-Prince, n’offre, à chacun de nous, qu’une porte ouverte vers un départ : celui qui gomme notre droit de rêver d’un aller-mieux pour nous et pour notre famille et pour notre entourage.

La traversée de ce quartier constitue un combat. Un combat contre nos projets. Contre nos folies, notre raison d’être. Donc, contre nous-mêmes. Un petit globe, sans doute aucun, nous guette. Certes, nous pouvous nous en échapper. Nombreuses sont des âmes volées par les balles sur cette route ensanglantée. Nombreuses sont les fines fleurs créoles détruites par le viol sur cette voie, baptisée à juste titre couloir de la mort.

Début juin. Alors qu’ils venaient d’ôter la vie à au moins quatre agents de la police à Village-de-Dieu, des bandits lourdement armés se sont mis à affronter dans la partie sud de la Capitale, supposons-le, pour le contrôle de certains territoires. Les gangs de Village-de-Dieu et de Grand Ravin se sont unis dans une seule chair pour contrecarrer celui de Ti-Bwa. Depuis, la mort se pavane en petite tenue à Martissant et ses environs. Depuis, certaines gens ont dû abandonner le quartier pour se réfugier dans d’autres endroits.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

En dépit de cette situation, certaines personnes, n’ayant pas d’autre choix, ont essayé de traverser. Certaines ont réussi, d’autres non. Des camions de marchandises détournés. Des gens kidnappés. Blessés. Violés. Tués dans leur tentative. Que disent les autorités ? Rien. Aucune action concrète pour faire revenir le calme. Désormais, c’est un espace livré aux criminels. L’autorité étatique s’absente, voilà !

Martissant est un véritable défi à relever, et ça urge. Peut-être, on ne saura jamais le nombre de gens victimes de la violence de ces buveurs de sang à l’entrée Sud de la première ville du pays. Entre-temps, des membres de la population estiment que la situation risque de se détériorer tant qu’on avance vers les élections, puisque, selon eux, des acteurs politiques auraient de gros intérêts dans l’insécurité en Haïti.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker