DiplomatieUSA

Que retenir de la conférence internationale sur Haïti?

(TripFoumi Enfo) – Sous la direction du gouvernement canadien, une conférence internationale s’est tenue par visioconférence sur Haïti, ce vendredi 21 janvier 2021. La réunion était présidée par la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau et son homologue haïtien Ariel Henry ont pris la parole au cours de cette rencontre où monts et merveilles ont été annoncés.

L’insécurité, du soutien à la Police nationale d’Haïti, les prochaines élections et les soins de santé faisaient partie des principaux sujets de discussion. Les participant ont mis l’accent sur l’importance d’une solution haïtienne aux défis du pays et le retour des institutions constitutionnelles et d’un gouvernement démocratiquement élu.

Le Premier ministre Ariel Henry, au cours de son intervention, a parlé de son engagement à parvenir à un consensus politique pour résoudre la crise qui sévit dans le pays.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

D’un autre côté, le secrétaire adjoint américain, Brian A. Nichols, intervenant par la suite, a renouvelé l’engagement des États-Unis pour aider Haïti à faire face à la crise généralisée.

« Le mandat du Premier ministre [Ariel Henry] n’est pas lié au mandat du président [le 7 février]. Je ne pense pas que le peuple haïtien se concentre sur le 7 février », a déclaré le sous secrétaire d’État américain, Brian A. Nichols, lors d’un compte-rendu fait à des journalistes après la réunion interministérielle organisée par le Canada, vendredi 21 janvier 2022, peut-on lire dans une dépêche du service créole de la Voix de l’Amérique.

« Les États-Unis et la communauté internationale veulent s’assurer que la Police nationale haïtienne est prête à faire face à l’insécurité », a-t-il ajouté.

« Nous n’avons pas discuté de cela lors de la réunion ministérielle », a martelé le sous secrétaire d’État en réponse à la question relative à un éventuel déploiement militaire en Haïti.

Plus loin, le secrétaire d’État adjoint n’a pas répondu directement à la question, lorsque des journalistes ont souligné que le Premier ministre était impliqué dans l’assassinat du président Jovenel Moise.

« Ce dont nous avons discuté, c’est de la nécessité que tous les acteurs politiques haïtiens travaillent ensemble pour s’entendre sur une vision unifiée de l’avenir. Les ministres le réitèrent. Le Premier ministre a exprimé son engagement à le faire », a indiqué Brian Nichols.

Il a ajouté que les candidats devraient pouvoir faire campagne, organiser des rassemblements avec leurs partisans, que le Conseil Électoral Provisoire devrait faire son travail correctement et qu’il devrait y avoir un consensus politique « suffisant » pour faire avancer le processus électoral.

À cet effet, le sous secrétaire d’État a fait savoir que le Mexique a exprimé sa volonté d’aider Haïti à gérer les élections et de fournir une assistance technique, matérielle et logistique si nécessaire.

« Je rencontre personnellement la diaspora haïtienne à Miami et à New York et je rencontre virtuellement la diaspora haïtienne à Boston », a fait savoir Nichols qui croit mordicus que la diaspora haïtienne est un atout pour aider les autorités américaines à mieux appréhender les problèmes qui rongent la société haïtienne.

« Nous croyons sincèrement que la diaspora haïtienne peut nous aider à mieux comprendre le pays et nous donner des informations précieuses que nous pouvons utiliser lors de l’élaboration de nos politiques », a-t-il déclaré.

Dans un point de presse donné ce vendredi 21 janvier, à la résidence officielle du Premier ministre, le ministre des Affaires Étrangères et des Cultes, Jean Victor Généus, a pour sa part informé que la communauté internationale a renouvellé son engagement à aider Haïti à faire face aux différents défis notamment l’insécurité, les élections et la crise économique.

Faut-il souligner que la communauté internationale a promis plus de 160 millions de dollars d’aide à Haïti.

Le Canada promet 50 millions de dollars. Les États-Unis ont promis un don de 15 millions de dollars à la Police Nationale d’Haïti (PNH). En plus, 16 experts seront envoyés pour assurer des formations pour les unités SWAT, gardes-côtes et 60 nouveaux véhicules sont offerts à l’institution policière. Les États-Unis annoncent un autre don de 100 millions de dollars par l’intermédiaire de l’USAID pour aider les victimes du tremblement de terre du 14 Août.

Le Chili, l’Argentine, le Brésil et le Japon ont également promis d’aider à soutenir la Police Nationale d’Haïti.

L’ONU, pour sa part, prévoit une réunion des donateurs en février pour Haïti.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker