Politique

L’OPC se prononce sur la fin du Pouvoir du PM Ariel Henry

(TripFoumi Enfo) – L’Office de la Protection du Citoyen (OPC) ne reste pas indifférent dans le débat sur la fin du pouvoir du gouvernement d’Ariel Henry. L’institution nationale indépendante de la promotion et de protection des Droits Humains a fixé sa position à travers une note titrée « La fin du pouvoir du Premier ministre Dr Ariel Henry est liée à la date du 7 février 2022 ».

Pour le PM Ariel Henry, son gouvernement peut aller au-delà du 7 février 2022. Le PM a également bénéficié du support des États-Unis qui ont confirmé que son pouvoir n’était pas lié à l’échéance du mandat du feu président Jovenel Moïse, qui devrait prendre fin le 7 février 2022.

Pour fixer sa position, l’OPC évoque les provisions de l’article 149 de la Constitution de 1987 amendée stipulant « En cas de vacance de la Présidence de la République soit par démission, destitution, décès ou en cas d’incapacité physique ou mentale dûment constatée, le Conseil des Ministres, sous la présidence du Premier ministre, exerce le Pouvoir Exécutif jusqu’à l’élection d’un autre Président ».

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Le second alinéa dudit article précise « Dans ce cas le scrutin pour l’élection du nouveau Président de la République pour le temps qui reste à courir à lieu soixante (60) jours au moins et cent vingt (120) au plus après l’ouverture de la vacance, conformément à la Constitution et à la loi électorale ».

Cependant, dans le cas du Dr Ariel Henry, il a dépassé largement les 120 jours prévus par la Constitution de 1987 amendée, car il détient le pouvoir depuis plus de 6 mois. En plus d’être indexé dans l’assassinat du Président Jovenel Moïse, son bilan est hyper négatif. Les résultats en terme de gouvernance, de transparence, de sécurité et de Droits Humains laissent à désirer, analyse la note.

Contrairement au PM Ariel Henry qui croit que le nouveau Président doit émaner de toute façon des élections, l’OPC, dans sa qualité d’INDH, croit que, face au déficit de légitimité dont souffre le Premier ministre de facto Ariel Henry, une discussion entre les différents secteurs vitaux de la vie nationale s’impose en vue d’arriver à une alternative durable dans l’intérêt de la population haïtienne.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker