Droits Humainssociété

L’équilibre entre les deux sexes

(TripFoumi Enfo)- « Cet équilibre se fera », écrivait Victor Hugo, l’un des premiers féministes de ce monde, où la femme n’avait même pas le droit d’être citée tant que son dire ne valait rien lorsqu’elle réalisait un ouvrage, mais lui, défendait les femmes moins pour ce qu’elles sont mais pour ce qu’elles pourraient être. Par ailleurs, de ce temps à nos jours, il faut admettre que des changements ont été réalisés. Cependant, ils restent superficiels pour la bonne raison qu’aucune réforme profonde n’a été réalisée.

En effet, nous sommes passés du monde où la femme était esclave dans sa personne et dans ses biens. Ce fut le sexe mou, faible, lâche, rusé, interdit de parler en public ou d’entreprendre quoique ce soit sans que le fameux sexe opposé ne soit d’accord. Mais pire
encore les organes féminins étaient absents des manuels d’anatomie et la gynécologie et l’obstétrique ne figuraient même pas au programme des études médicaux. Pour arriver, suite à plusieurs révoltes féministes, à la déclaration des droits de la femme d’Olympe de Gouges, à l’application de nouveaux droits tels que : le droit de vote, d’entreprendre, de s’exprimer en public et même de devenir activistes politiques ou leaders politiques pour arriver à devenir candidats ; à de différentes conventions relatives à l’élimination de toutes formes de violences à
l’égard des femmes, des projets d’aide et d’accompagnement aux femmes en difficulté.

Il faut rire de tristesse lorsque nous comprenons que tout cela les a menés à une nouvelle société mais pas un nouveau mariage, la suppression de certains privilèges mais pas ceux des hommes. Les chiffres de violence n’ont pas cessé de grimper, selon plusieurs rapports des Nations-Unies. Malheureusement, les femmes sont toujours au stade où elles luttent pour se faire accepter en tant que personne à part entière et prouver que leur parole ou même que leurs
existences pèsent lourd, non parce qu’elles sont des femmes et qu’elles sont précieuses ou
sensibles et doivent être protégées, mais parce qu’elles sont des personnes et que nous sommes tous égaux et égales.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Pour combattre la violence faite aux femmes, premièrement il faut comprendre qu’elle n’est pas seulement physique ou sexuelle, mais surtout psychologique et que cette dernière est le pain quotidien de la femme et deuxièmement avoir le courage de l’admettre. D’autre en plus, que ce cas précis est l’une des plus grandes causes de dépression et de suicide des femmes dans le
monde entier. Elles le vivent chez elles, au travail, à l’école, à l’église, dans leur famille, dans leur groupe d’appartenance, dans la rue, partout où elles vont, elles sont des sujets et des cobayes de la violence. Encore pire, c’est qu’elles sont contraintes de le supporter soit par le sexe opposé dit supérieur à elles soit par le même genre qu’elles, qui par socialisation ont fini par être aliénées du fait qu’elles sont persuadées d’être effectivement le sexe inférieur.

De ce fait, l’élimination de la violence faites aux femmes se fera vraiment : lorsque nous élèverons nos enfants comme des personnes quel que soit leur genre ; lorsque l’on verra plus la femme comme le sexe reproductif alors qu’il en faut deux pour effectuer ce phénomène sans pour autant négliger que porter un être humain est la plus belle et plus admirable capacité de l’Homme ; lorsque pour blâmer un homme avec moquerie comme ayant peu de courage et de fermeté, on l’appelle efféminé, et pour louer une femme à cause de son
courage ou de sa force ou de son esprit, on dit que c’est un homme ; lorsque leurs façons de s’habiller ne serviront plus d’excuses de viols ; lorsqu’on aura plus à répondre à de stupides questions comme qu’est-ce que tu as fait pour qu’il te frappe ? lorsque des organisations entre guillemets dites féministes, ardentes défenseures des droits des femmes arrêteront leur aménagement, sous la pression des évènements, une situation dont elles s’accommodent fort bien ; lorsque des organisations cesseront de monter des projets d’aide aux femmes violentées
dans le but de s’enrichir ; lorsque ces femmes auront de vrais projets d’aide à s’autonomiser, s’émanciper mais surtout à rejeter cette aberration qu’elles sont femmes et qu’elles ont une place bien déterminées et non qu’elles sont juste des personnes et n’ont qu’à suivre leur voie ; et enfin lorsque le foyer conjugal ne sera plus une relation de domination mais plutôt une relation de
consensus digne de ce nom. À ce stade nous serons certainement à la fin de la violence à l’égard des femmes.

Notons qu’Aujourd’hui, l’Égalité des sexes et la non-violence faites aux femmes paraissent non seulement justes mais souhaitables, car ce n’est que le conditionnement socio-culturel.

Je dis à ces femmes, quand cesserez-vous de vous laisser impressionner ? Quand cesserez-vous de vous laisser intimider ? Quand cesserez-vous de ne plus avoir peur et de
montrer le meilleur de vous et faire ressortir ce qu’il y a de meilleur en nous ? Quand cesserez-vous de vous laisser traiter comme des femmes au lieu de tout simplement vous traiter comme des personnes ? Quand est-ce que vous cesserez de vous laisser guider par des autorités morales parmi lesquelles ne figurent jamais une femme ? Quand est-ce que vous allez admettre que vous êtes libres ?

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker