À la une

Drame à Village-de-Dieu, un an après, la PNH toujours impuissante face aux gangs armés

(TripFoumi Enfo) – Lors d’une opération de la Police Nationale d’Haïti (PNH), sous le commandement de Léon Charles, le vendredi 12 mars 2021, visant à démanteler le gang logeant à Village-de-Dieu, dans l’entrée Sud de la Capitale, cinq policiers, faisant partie des unités spécialisées SWAT Team et BOID, avaient laissé leur peau dans des circonstances choquantes et troublantes. Restés entre les mains des caïds, les cadavres n’avaient pas été récupérés par la Police. Une année après, les familles de ces policiers tombés au service de leur patrie, pleurent encore leur disparition brusque.

Cette opération tournée au drame dans le camp de la Police s’était soldée par la mort de cinq policiers et environ une dizaine de blessés.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Georges Renois Vivender, Désilus Wislet, Eugène Stanley, Ariel Poulard et Lucdor Pierre sont les noms des policiers abattus sur le champ de bataille contre les gangs armés. Malgré les promesses du commandement de la Police, les familles n’avaient pas pu récupérer les cadavres de leurs enfants pour organiser les obsèques et les conduire dans leur dernière demeure.

À défaut d’une bonne volonté pour éradiquer les gangs et d’une formule pour freiner les actes banditistes, les agents des Forces de l’ordre continuent d’être la proie des malfrats qui les considèrent comme des ennemis à abattre prioritairement.

Nommé par le défunt président Jovenel Moïse, l’ancien Directeur Général a.i, Léon Charles, avait pour mission de garantir la sécurité. L’opération catastrophique du 12 mars était l’une des premières preuves de son incompétence. L’assassinat odieux du Président Jovenel Moïse, le 7 juillet, allait confirmer à fortiori l’incompétence de Léon Charles, dans lequel il est suspecté.

12 mars 2022, une année après, aucune leçon n’est tirée par la Police Nationale pour définir un plan pouvant éradiquer les gangs opérant jour et nuit dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Aujourd’hui, la situation sécuritaire du pays devient de plus en plus grave, des kidnappings se font ici et là, les gangs se multiplient, le défi est encore plus grand pour une Police sous-équipée. Et la dégénérescence de ce climat d’insécurité est loin d’être le cadet des préoccupations du gouvernement de facto d’Ariel Henry.

Les femmes et les enfants des policiers tués lors de « l’opération » du 12 mars 2021, sont laissés sans support viable de la Police Nationale. La nouvelle des policiers tombés au service reste l’une des informations qui dominent l’actualité du pays.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker