RussieGuerreTechnologie

Interdiction de Facebook et Instagram en Russie pour extrémisme


 
TripFoumi Enfo) – Un tribunal russe a pris la décision d’interdire Facebook et Instagram du géant Méta de son territoire pour cause d’activités d’extrémisme. Cette mesure intervient dans le contexte de la guerre en Ukraine où la communication devient un enjeu majeur et que Facebook avait permis la diffusion de messages haineux à l’encontre de l’armée russe. Sans oublier que Moscou se démêle afin de contrôler les informations circulant sur son territoire.
 
En effet, la décision du tribunal donne suite à une demande des autorités russes qui ont identifié Méta comme une entité extrémiste après que celle-ci ait autorisé la publication de messages haineux contre les forces armées russes sur sa plate-forme. « Le tribunal a satisfait une action en justice déposée par le premier procureur général adjoint contre la société holding Meta Platforms Inc. portant sur l’interdiction de ses activités sur le territoire russe », a déclaré la Cour. Lors de l’audience, le Parquet a encore estimé que Méta avait justifié des « actions terroristes » et promouvait la « haine et à l’inimitié » contre la Russie et ses forces armées intervenant actuellement en Ukraine.
 
Outre le Parquet, les services de sécurité russe (FSB) ont également réclamé l’interdiction de ces deux géants des réseaux sociaux, très prisés en Russie. « Les activités de Meta sont dirigées contre la Russie et ses forces armées. Nous demandons son interdiction et l’obligation d’appliquer cette mesure immédiatement », a déclaré au tribunal Igor Kovalevski, un porte-parole du service de renseignement.
 
Par contre, WhatsApp qui appartient à la société holding Meta Platforms Inc. ne fait pas partie des interdits. Son rôle dans cette pratique dont on accuse les autres réseaux semble moins important, car il ne constitue pas une source de « diffusion publique d’informations ».
 
L’offensive russe contre ces géants américains de la communication ne s’arrêtera pas là, semble-t-il. Car Google et YouTube sont déjà dans le collimateur de Roskomnadzor, le régulateur de télécommunication russe. Ce dernier accuse YouTube d’encourager la propagation de vidéos encourageant des activités « terroristes » contre la Russie.
 
Effectivement, la bataille de la communication est l’autre guerre dans la guerre entre Russes d’un côté et les Ukrainiens et Occidentaux de l’autre. Si en Russie, en plus d’une loi qui expose les particuliers et les travailleurs de la presse à 15 ans de prison pour « fake news », les journalistes n’ont pas le droit de parler de la guerre concernant l’Ukraine, mais d’opération spéciale, du côté occidental, ce sont les chaînes de diffusion RT et Sputnik qui sont bannis pour leur appartenance au Kremlin.
 
Il faut souligner que Facebook et Twitter étaient déjà interdits en Russie depuis le début de la guerre en Ukraine. Dans un pays comme la Chine, ces géants de la télécommunication américaine qui font la fierté des États-Unis ne sont pas autorisés dans l’empire du Milieu qui dispose de ses propres outils comme Weibo et WeChat

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker