À la une

Les paris sportifs, une nouvelle source de revenus en Haïti?

(TripFoumi Enfo) – Depuis quelques années déjà, certains amateurs de loterie (bòlèt) se sont tournés vers les paris sportifs via leurs smartphones ou les centres de paris éparpillés un peu partout à travers le pays. De nouveaux joueurs se sont émergés, des personnes qui n’auraient jamais osé se présenter devant une banque de borlette. L’intimité qu’offrent ces entreprises de paris en ligne change la donne. Ils sont maintenant légion à s’adonner quotidiennement à cette pratique.

Les paris sportifs ne datent pas d’hier. En période de Coupe du monde, on pouvait entendre parler d’un mari qui parie sa femme, d’une personne qui mise sa voiture, etc. Cependant, depuis peu, ils se sont institutionnalisés en Haïti. Les amateurs disposent de plusieurs centres de paris où ils peuvent se rendre, et d’applications développées à cet effet. Quoique certains préfèrent largement avoir en poche une petite fiche, un bout de papier inspirant de grands projets.

On ne discute plus football pour discuter football. Désormais, on le fait pour savoir sur quelle équipe miser. À chaque coin de rue, sur les places publiques, dans les quartiers, partout et n’importe où, un groupuscule de jeunes discutent à longueur de journée en vue de leurs prochains paris.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

«Je ne peux pas dormir sans avoir sur mon portable une mise pour demain, ou dans mon portefeuille une petite fiche minutieusement pliée», nous confie Jacques, un jeune du quartier. «Avec 10 gourdes. Vous vous imaginez ? Seulement 10 gourdes, on peut avoir parfois 100 000 gourdes au moins, selon le pari.» conclut-il.

«J’ai un ami qui a misé 5000 gourdes sur 2 équipes. Le lendemain, nous avons payé deux motocyclettes.», se réjouit Charles.

Néanmoins, dans tout jeu de hasard, il n y a pas que des heureux. Le contraire est tout aussi significatif, et parfois même, plus récurrent.

«Je ne suis pas fan de l’équipe d’Argentine et maintenant, c’est pire. Je les déteste encore plus, ces Argentins. Toutes les équipes que j’avais choisies ont gagné, sauf ces nullards. 1-1 à la dernière minute du match. Je devais gagner 124 000 gourdes et quelques. Je ne vous cache pas que ce soir là, je n’ai pas pu dormir à cause d’une forte migraine.», nous confie Peter.

Combien sont-ils, les parieurs qui frôlent chaque jour une somme d’argent qui aurait pu changer leur vie ?

Tout bien considéré, ces entreprises de paris sportifs apportent quelque chose qui s’apparente à l’espoir à la jeunesse haïtienne en particulier. Savoir qu’ils n’ont besoin que de peu pour se faire une place au soleil, les amateurs de ce jeu de hasard ne cessent d’essayer jour après jour. Le caractère aléatoire de la chose fait monter à chaque fois l’adrénaline et c’est toute une communauté qui en devient adepte.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker