société

Concours de récits littéraires : Mus’Elles mise sur des âmes féminines!

(TripFoumi Enfo)- L’association socio-culturelle Mus’Elles convie, plumes pour cuillères et feuilles pour assiettes, des têtes féminines à table pour son premier concours de récits littéraires autour du thème « Haïti aujourd’hui ». Objectifs ? Encourager et valoriser, dans l’espace public occupé pendant des lustres par des voix masculines, la parole des femmes en ce qui a trait aux différents sujets au rythme desquels bouge la population haïtienne depuis un certain temps.

Constatant qu’il y a peu de voix féminines qui racontent l’Haïti d’à présent où le kidnapping, l’assassinat, la misère, entre autres, deviennent des compagnons indéfectibles des membres de la population, Mus’Elles croit dur comme fer que les femmes et les filles ont, elles aussi, à s’entretenir avec le monde sur cette situation. « Inviter les jeunes plumes à raconter leur vécu dans ce contexte critique, telle est la tâche immense que compte accomplir ce projet », lit-on dans un document acheminé à la salle de rédaction de TripFoumi Enfo (TFE).

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Contactée par TFE pour plus de détails relatifs à cette initiative, Jessie Lisa Tataille, journaliste rédactrice à Mus’Elles et responsable des relations publiques et de marketing pour ce projet, explique : « ce concours s’évertue, primo, à encourager les femmes et les filles dans leurs productions littéraires tout en prenant en compte l’évolution de la réalité socio-politique actuelle d’Haïti et, secundo, à développer chez la gent féminine un goût poussé pour l’écriture », donc faire la promotion d’une littérature au féminin.

Par ailleurs, l’actuelle étudiante à l’École Normale Supérieure (ENS) de l’Université d’État d’Haïti (UEH) estime que la littérature est le moyen d’expression par excellence pour dénoncer et s’extérioriser. « Le jury sera composé de professionnelles de la littérature, de critiques littéraires et de professeures d’universités », poursuit le document de presse qui indique que ce concours s’inscrit dans le cadre d’un projet dénommé « Elles racontent Haïti ».

À la question à savoir quelles sont les modalités exigées pour les intéressées, Jessie Lisa Tataille répond : toutes les femmes âgées entre 18 et 45 ans sont éligibles à participer. Il faut juste envoyer un texte, ne dépassant pas cinq pages, soit entre 10 et 15 milles signes, à [email protected] au plus tard le 30 avril à minuit. Le texte peut être en Créole ou en Français. Donc, les filles et les femmes d’Haïti, à vos plumes !

Au terme de cette interview, elle prodigue des conseils à ces dernières. « Pour faire court, je reprendrai notre fameux slogan: Fè yo konnen w! Déjà qu’il est difficile d’acquérir de la reconnaissance dans certains domaines, pour la simple et bonne raison que nous sommes des femmes, il devient impératif de s’élever pour le respect et l’égalité de nos droits. D’exceller dans ce que nous faisons et de créer notre propre voie. Il ne faut pas s’excuser d’être une fille ou une femme qui souhaite avoir une belle carrière, un salaire équitable, du succès et de la réussite dans ses projets », dit-elle.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker