G7MondeRussie

Le G7 annonce un embargo progressif sur l’importation du pétrole russe


 
(TripFoumi Enfo) – Les sanctions des pays occidentaux contre la Russie à cause de son invasion en Ukraine ne cessent de pleuvoir. Ce dimanche 8 mai, le G7 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) s’engage à interdire de manière progressive l’importation du pétrole russe au sein des pays membres. Réuni par visio-conférence avec la participation du président ukrainien Volodymyr Zelensky, le groupe tente d’assécher la finance russe afin de l’empêcher de continuer à financer la guerre.
 
La Maison Blanche se félicite de cette nouvelle mesure prise par ce groupe de pays, qui, à l’exception de la Chine, réunit les pays les plus riches de la planète. Pour l’exécutif américain, il s’agit « d’un coup dur » pour la Russie. Car, les recettes sur les hydrocarbures constituent la principale source de revenus du pays. Donc, il ne serait plus en mesure de financer « sa guerre », justifie Washington.
 
Si, pour l’instant, cette mesure est symbolique, elle est en réalité d’une importance capitale. Parce que si l’ensemble des pays occidentaux ont tous imposé de nombreuses sanctions à la Russie, la question des hydrocarbures est plus complexe. Car, certains pays comme l’Allemagne et l’Italie, deux pays faisant partie du G7, sont très dépendants des hydrocarbures russes. Tandis que les États-Unis, par exemple, qui ont déjà imposé un embargo sur l’importation du pétrole russe, n’importaient pas une quantité significative même depuis avant la guerre.
 
Par ailleurs, Washington annonce une autre série de sanctions dans sa quête à asphyxier la Russie. Les médias et les entreprises ainsi que les grandes fortunes russes n’auront plus accès aux services de conseil et de comptabilité occidentaux. Un domaine dans lequel excellent les Américains et les Britanniques.
 
Fournissant massivement des armes à l’Ukraine, les Occidentaux font des sanctions un levier majeur pour faire plier la Russie dans sa guerre contre son voisin. Bien que les effets soient peu visibles jusqu’à présent, cette mesure du G7 risque de frapper réellement l’économie de la Russie, très dépendante de l’exportation des hydrocarbures. Néanmoins, il faut souligner que, comme en 2014, les Russes parviennent souvent à minimiser les effets des sanctions occidentales. Ainsi, certains observateurs se demandent déjà quelles seront, cette fois-ci, les contre-mesures de Moscou?

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker