Santé Publique

L’OMS déconseille les vaccinations de masse contre la variole du singe

(TripFoumi Enfo) – L’Organisation Mondiale de la Santé ne voit pas de priorité dans la vaccination massive des populations de n’importe quel pays contre la variole du singe, une maladie dont près de 200 cas ont été enregistrés dans des pays non endémiques, ont déclaré aujourd’hui des experts de l’organisation.

« La recherche des contacts, les études de cas et l’isolement sont pour l’instant les principaux outils de contrôle de la maladie », a ajouté l’experte Rosamund Lewis, du département variole de l’OMS, lors d’une session technique sur l’épidémie actuelle qui s’est tenue lors de la réunion annuelle de l’organisation.

Le directeur des urgences sanitaires de l’OMS, Mike Ryan, a ajouté à cet égard que « chaque pays aura probablement besoin d’un petit contingent de vaccins, pas à grande échelle « .

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Concernant les groupes qui pourraient être vaccinés, Lewis a indiqué que bien que chaque pays puisse établir ses propres directives dans la situation actuelle, depuis 2013, il est recommandé pour ce type de virus, avant tout, de vacciner le personnel de laboratoire, les agents de santé et les premiers secours.

Le vaccin conventionnel contre la variole, une maladie plus grave mais éradiquée sur la planète depuis 1978, est très efficace, même si l’OMS a reconnu ne pas disposer de données sur les doses stockées sur la planète et a demandé aux pays qui en disposent de le signaler.

L’expert a souligné que le taux de létalité dans les pays d’endémie (Afrique de l’Ouest et du Centre) se situe entre 3 et 6 % : « En général, c’est une maladie avec des symptômes modérés, mais elle peut être plus grave chez les enfants, les femmes enceintes ou les personnes atteintes de certaines maladies.

Elle dure généralement entre deux et quatre semaines, commençant souvent par de la fièvre, des maux de tête, de la fatigue ou des démangeaisons, et se terminant par des éruptions cutanées qui commencent généralement sur le visage mais peuvent se propager dans d’autres parties du corps, a rappelé Briand.

À titre préventif, l’OMS recommande d’éviter tout contact physique avec des personnes infectées, de porter un masque au contact d’elles ou de leurs vêtements, et de nettoyer et désinfecter les surfaces éventuellement contaminées.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker