Droits HumainsJustice

Samuel Madistin qualifie le CG Muscadin de « Bandi legal » et exige sa révocation

(TripFoumi Enfo) – Samuel Madistin, numéro un de la Fondasyon Je Klere (FJKL), réitère la position de son institution vis-à-vis de Jean Ernest Muscadin, commissaire du gouvernement dans la juridiction de Miragoâne. Selon lui, le CG est un « bandit légal » et il doit être révoqué à la tête du parquet de Miragoâne.

C’est pour répondre aux critiques faites par bon nombre de citoyens vis-à-vis de la note de la FJKL que l’homme de loi a fait cette intervention publique. Il était l’invité de la Radio Magik9, à l’émission « Panel Magik », ce lundi 6 juin 2022.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Pour Me Samuel Madistin, les actes posés par Jean Ernest Muscadin sont hors de toutes normes juridiques. Se basant sur la violation du droit à la vie qui est le premier et le plus fondamental des droits, il exhorte le Ministère de la Justice à révoquer le chef du Parquet et le traduire par-devant la justice.

L’ancien candidat à la Présidence reconnait que le pays vit actuellement une situation complexe et difficile où l’ordre public est menacé par des gangs extrêmement dangereux. Mais, selon lui, ce n’est pas avec le mal qu’on va prétendre corriger un autre mal.

« Vous ne pouvez pas demander à la population haïtienne de choisir entre « bandit » et « bandit légal ». « On ne peut remplacer cet État par un État voyou, où les droits ne sont pas respectés. On ne peut aussi transformer l’ordre public en un ordre assassin », déclare l’avocat de carrière.

L’homme de loi explique que les actions posées par le Commissaire du Gouvernement de Miragoâne ne sont pas la solution à proposer face à l’insécurité grandissante dans le pays. “Fok remèd la pa pi mal ke maladi a”, ajoute-t-il, soulignant que les actes posés par Jean Ernest Muscadin peuvent être beaucoup plus dangereux que ceux des bandits armés.

Le responsable de la FJKL se questionne aussi sur la bande armée qui accompagne Muscadin dans ses interventions. « Muscadin est accompagné par un ensemble de civils armés. On ne sait pas comment fonctionne cette troupe. Quelle est la provenance des armes et munitions qu’utilise Muscadin ? » s’interroge-t-il. Il qualifie cette troupe de « bandit légal ».

En plus de cela, Me Madistin rappelle que « la mission d’un commissaire du gouvernement c’est de rechercher les crimes et délits, identifier les auteurs et les traduire par-devant le tribunal. On ne peut pas arrêter une personne, la maîtriser, puis l’exécuter après. C’est inacceptable », a-t-il martelé en précisant qu’Haïti ne pratique plus la peine de mort depuis 1979.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker