Santé Publique

Le CDC invite les voyageurs à pratiquer des précautions renforcées contre la variole du singe

(TripFoumi Enfo) – L’agence de santé des États-Unis, Centers for Disease Control and Prevention (CDC), a émis un avis « Alerte – Niveau 2 », invitant les voyageurs à pratiquer des précautions renforcées en vue de combattre la propagation de la variole du singe, une nouvelle maladie qui menace le monde. En effet, le CDC recommande à tous les voyageurs présentant des symptômes liés à cette maladie contagieuse de consulter immédiatement un médecin.

En dépit du fait que le risque pour le grand public est faible, d’après l’avis du CDC, l’application des mesures de protection se révèle importante pour éviter une large propagation de la variole du singe à travers le monde. En date du vendredi 3 juin 2022, les États-Unis ont recensé 21 cas de contamination sur son territoire, et ont mis au courant de plus de 700 cas dans le monde.

D’après le CDC, la variole du singe se développe sur une période d’incubation d’environ sept à 14 jours. Les premiers symptômes ressemblent généralement à ceux de la grippe, tels que fièvre, frissons, épuisement, maux de tête et faiblesse musculaire, suivis d’un gonflement des ganglions lymphatiques, qui aident le corps à combattre les infections et les maladies. Vient ensuite une éruption cutanée généralisée sur le visage et le corps, y compris à l’intérieur de la bouche et sur la paume des mains et la plante des pieds. Le virus peut également se propager aux régions génitales.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Les recommandations du Niveau-2 de la CDC consistent à éviter tout contact étroit avec des personnes malades, y compris celles présentant des lésions cutanées ou génitales ; tout contact avec des animaux sauvages morts ou vivants, incluant les rongeurs tels que les rats et les écureuils et les primates non humains tels que les singes et les grands singes ; manger ou préparer de la viande de gibier sauvage ou d’utiliser des produits dérivés d’animaux sauvages d’Afrique tels que des crèmes, des lotions et des poudres ; tout contact avec des matériaux contaminés utilisés par des personnes malades tels que des vêtements, de la literie ou des matériaux utilisés dans les établissements de santé ou avec des matériaux qui sont entrés en contact avec des animaux infectés.

Le CDC indique que des cas ont été signalés en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Australie. Voici une liste CDC des destinations avec des cas confirmés au 6 juin : Argentine – Australie – L’Autriche – Belgique – Canada – République tchèque – Danemark – Angleterre – Finlande – France – Allemagne – Gibraltar – Hongrie – Irlande – Israël – Italie – Lettonie – Malte – Mexique – Maroc – Pays-Bas – Irlande du Nord – Norvège – Le Portugal – Écosse – Slovénie – Espagne – Suède – Suisse – Emirats Arabes Unis – États-Unis – Pays de Galles.

Mais elle est plus fréquente dans ces pays africains comme, Cameroun, République centrafricaine, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Gabon, Libéria, Nigéria, République du Congo, Sierra Leone et Soudan.

En ce qui concerne Haïti, aucun cas de variole du singe n’est encore confirmé. Cependant, le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), a informé le 31 mai dernier, avoir identifié un patient présentant quelques symptômes de la maladie à Saint-Marc, dans le département de l’Artibonite. Les spécimens prélevés sur le patient, ont été envoyés aux États-Unis d’Amérique pour réaliser le test. Le résultat n’est pas encore communiqué par les autorités sanitaires.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker