À la une

40 ans de mariage, je n’ai jamais connu l’orgasme

(TripFoumi Enfo) – Le sexe est ce dialogue des sens qui définit un parcours qui va plus loin qu’un simple acte. Sa finalité reste et demeure la satisfaction des deux parties. Mais au-delà de cette satisfaction, il y a une forme de plaisir encore plus forte que l’on peut ressentir quand on est très excité sexuellement jusqu’au paroxysme. Cette montée fulgurante du plaisir jusqu’à son maximum n’est autre que l’orgasme. Dans leurs expériences sexuelles, elles sont nombreuses, les femmes mariées, à ignorer la jouissance de ce noble plaisir procuré par l’orgasme. Disons mieux, elles sont légion à ne jamais atteindre l’orgasme dans leur vie sexuelle.

L’orgasme est considéré dans l’acte sexuel comme le « Graal » ou le point culminant de l’amour. De manière succinte, ce terme orgasme signifie: «je suis entièrement agité»; «bouillonner d’ardeur». Sa racine fondamentale «varg» signifie «bouger», «agir». Dérivé de urg’as, il signifie aussi exubérance de force, énergie et jus. Phénoménologiquement, la phase orgasmique suit les phases d’excitation et de plateau et précède la phase de résolution. L’orgasme correspond au pic du plaisir sexuel avec déclenchement de la tension sexuelle et des contractions rythmiques des muscles périnéaux et des organes pelviens liés à la reproduction.

Ayant vent de cet état malheureux qu’est l’ignorance totale de ce sentiment haut en intensité, le quotidien TripFoumi Enfo s’est évertué à rencontrer un échantillon fiable de femmes qui ont accepté de se confier sur le sujet tant celui-ci paraît gênant. TFE  a donc l’honneur de vous dévoiler, chers lecteurs, certains témoignages poignants sur ce sujet qui a tendance, de nos jours, à occuper une place de choix dans les débats sur les rapports sexuels.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

« Je m’appelle Madeleine, j’ai 60 ans et 6 mois. Je suis mariée depuis 40 ans avec mon mari, Robert. Nous avons 3 enfants qui ne vivent plus avec nous. Bref, votre question est aussi gênante qu’utile, dans la mesure où elle va me forcer à révéler un secret pesant. Je me suis toujours demandée si le sexe ne procurait pas plus de plaisir… Mon mari est le seul homme que j’ai connu. Dès le premier coït, j’ai dû me faire une idée assez plate de l’acte sexuel, et jusqu’à aujourd’hui, j’ai jamais eu à avoir une opinion différente sur la routine qu’il a été toute ma vie. Je n’ai jamais connu l’orgasme. Dans les films, je me demande toujours pourquoi les femmes font tous ces scandales. Mais bon, j’ai appris à vivre avec. »

« Je suis Esther, 45 ans. Je me suis mariée à 24 ans. J’ai toujours senti le besoin d’aller plus loin, mais le gros con, une fois qu’il a éjaculé, 2 minutes après m’être monté dessus, se retire. Et moi, je vais direct me laver dans l’espoir de « baisser » les nerfs. Je ne sais pas si c’est comme ça qu’on dit. J’ai voulu, à maintes reprises, aller voir ailleurs, donner une réponse à mon corps, à moi-même. Mais, je n’ai jamais eu le courage. »

« Pauline, 50 ans. J’enseigne la Biologie en fondamental. Je me sens toujours hypocrite quand je dois parler de sexualité avec mes élèves. J’ai quand même essayer d’en parler avec mon mari avec qui je suis depuis 24 ans. Il m’a toujours fait comprendre que je ne saurais trouver mieux ailleurs, car il est le meilleur coup. C’est une source de plaisanterie qui revient après chaque performance, ratée à chaque fois d’ailleurs. »

Les récentes avancées en neuroscience suggèrent que l’orgasme n’est pas seulement un réflexe, mais aussi la résultante de toute une alchimie neurofonctionnelle. L’ensemble de ces résultats tend donc à déplacer le centre de l’orgasme féminin du clitoris et du vagin vers le cerveau comme coordinateur du plaisir et du désir.

Une femme sexuellement insatisfaite, alors qu’elle en a conscience et attend un changement de statut quo, est un être dont la vie a été volée. Suivant les témoignages recueillis, il est évident que bon nombre de femmes souffrent amèrement en silence de cette non expérimentation de l’orgasme dans leur vie sexuelle. Cette absence de jouissance de ce plaisir intense, même pour une fois dans leur vie, fait grandement défaut à leur épanouissement. Même s’il est considéré comme un acte automatique dans les rapports sexuels, de nombreuses femmes souhaitent vivre cette explosion finale, ce feu d’artifice ultime de l’acte sexuel. Mais avant toute chose, il est de bon augure d’apprendre, de connaître son corps et celui de son/sa partenaire en vue de bien « fonctionner » ensemble pour que l’alchimie de l’orgasme puisse se manifester un jour.

PS: Les noms utilisés dans le texte sont des noms d’emprunt.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker