À la une

Pari gagné pour le festival du livre Catherine Flon de l’Arcahaie

(TripFoumi Enfo) – Défier l’enclave de l’insécurité, l’ouvrir de force pour en faire un chemin, ensuite une hôte pour la poésie, le rire et la littérature est une œuvre de grande prouesse. Tel a été l’objectif d’un groupe de jeunes archelois.e.s qui ont lancé, le mardi 28 juin 2022, la première édition du festival du livre Catherine Flon de l’Arcahaie en vue d’inciter les jeunes à la lecture, au savoir et à la culture qui est en chute libre dans le pays depuis quelques années.

Comme annoncé, l’activité a été lancée par une conférence de presse qui s’est tenue dans les locaux de la bibliothèque Pradel Pompilus en présence des médias locaux et quelques autres personnalités de la ville curieux de découvrir la véhémence de ces jeunes qui tentent d’introduire dans la cité du drapeau une activité littéraire de grande envergure. D’après les mots de la présidente du comité, Mme Guerina Joseph, c’est un projet qu’elle et ses ami.e.s chérissent depuis plus de quatre ans, et pour cela, ils ont voulu faire une activité susceptible d’essuyer les échecs d’avant et donné lieu à un discours nouveau.

Pari gagné pour le festival du livre Catherine Flon de l'Arcahaie

Pointilleuse dans les détails, elle a d’abord fait l’éloge de la ville, de ses belles femmes avant d’exposer à l’assistance l’idée de ce premier lancement et les perspectives pour les années à venir, puisque le comité entend perpétuer dans la cité cette activité et en faire un rendez-vous annuel. L’exposition des livres, les ateliers d’écriture et de récitals ont été programmés pour demain, soit le 29 juin, date à laquelle le public aura accès à l’ensemble des œuvres des auteur.trices qui ont été invités à prendre part à cette belle fête du livre. 

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Le lendemain très attendu à été un bel entrechoc entre les archelois.e.s qui célèbrent la fête patronale de la cité et les membres du comité déjà à pied d’œuvre dans les préparatifs du festival. Sous une tente géante, des tables, des chaises et des affiches indiquant que le festival est lancé ont été observées vers le côté Nord de la place d’armes qui a été le théâtre d’un vaste champ d’activités où s’entre-coudaient des rencontres, des rires et des renouvellements des vœux échangés entre les pèlerins massés devant l’église catholique Saint Pierre de la commune. 

Avec un peu de retard, l’exposition a finalement été mise en œuvre avec l’arrivée des auteurs qui ont pris siège avec devant eux leurs œuvres respectives. il n’a pas fallu longtemps pour que devant eux s’alignent des fils d’attentes, particulièrement M. Smoy Noisy, invité d’honneur du festival, son livre VAR (du virtuel au réel) a raflé la mise des ventes dans cette belle messe culturelle qui célèbre la littérature haïtienne. Lui qui n’est pas un étranger de la ville atteste sa satisfaction d’avoir été invité à prendre part dans cette belle activité et a tenu à féliciter le comité qui s’est donné corps et âme à la réalisation du festival. 

Pari gagné pour le festival du livre Catherine Flon de l'Arcahaie

Pendant une journée pleine, les auteurs ont échangé avec les lecteurs de beaux moments; des prises de photos, des signatures et des dialogues jusqu’au soir. Il faut aussi rappeler la performance du poète Douglas Zamor qui était lui aussi en signature dans le festival avec son dernier recueil de poèmes intitulé « Laboulòk ». Sa fameuse conception poétique (mélange de poésie et de musique) a ému le public qui a été avide de poésie et de mots doux. 

La nuit tombée, le comité a finalement mis fin à la première journée sous l’œil scintillant des réverbères de la place qui remplaçaient déjà la lumière du jour. Le décor défait, les auteurs ont pris le chemin de leurs chambres d’hôtels pour se reposer dans l’attente de la deuxième journée du festival. Malgré la nuit, l’ombre ne chute pas, c’est sous des projecteurs géants que la population Archéloise s’amasse devant un stand bondé de décibels qui crachent de la musique alternant le compas et le rabòbay. Les mains levées avec fierté comme dans un habituel triomphe, cette population habituée à l’exploit était heureuse, en liesse devant le DJ qui animait la soirée.

C’était aussi l’heure des bilans pour le comité qui a continué à travailler malgré la fatigue en excellente mine sur leurs visages. Le responsable de gestion des fonds alloués à ce projet, M. Leblanc J. Peter, qui se dit heureux de servir sa commune, a tenu ensuite à remercier M. Hérode Févrius, président de l’association AGOYEMA qui a grandement aidé à la réalisation du projet. Le jeune très  fougueux a aussi mis en relief le manque de moyens qui a contraint le comité à revoir ses plans à cause d’un ensemble de promesses qui n’ont pas été tenues. L’activité qui était prévue pendant trois (3) journées était réduite à deux. Mais toutefois, le comité témoigne sa satisfaction d’avoir mis en œuvre ce si beau projet malgré tant d’obstacles et clame la réussite de la première journée.  Les auteurs, eux non plus, n’ont pas dégouté l’expérience, ont été heureux de découvrir la ville et son hospitalité. 

Toutefois, l’organisation de cette activité n’a pas été sans effet d’ombre comme le témoigne M. James Lazarre, responsable des relations Publiques du comité. D’après lui, l’insécurité qui plante sa pelle dans chaque coin du pays est la cause de ce ralentissement des Ventes qu’on a observé en milieu de journée, les Archelois.es qui s’intéressent le plus à ces genres d’activité se trouvent à Port-au-Prince et le passage périlleux à Canaan; zone où les bandits construisent peu à peu leurs empires en l’honneur des rafales qui les ont contraint de rester chez eux malgré leurs envies d’y prendre part. II n’y a que 29 kilomètres qui séparent Port-au-Prince de la cité du drapeau, mais malgré ce trajet favorable qui ne dure qu’une heure, les Archelois.es qui vivent à Port-au-Prince ont fait choix de la prudence. 

Pari gagné pour le festival du livre Catherine Flon de l'Arcahaie

La deuxième et dernière journée du festival a débuté par une nouvelle exposition des œuvres sur la galerie de la bibliothèque Pradel Pompilus, suivi d’une Conférence-débat animée par M. Smoy Noizy ensuite le directeur de la bibliothèque M. Guerlos Christin qui a tenu à faire l’historique de la bibliothèque. L’ambiance a été bonne entre les auteurs qui ont échangé pendant des heures des blagues en attendant la clape de fin. Le comité a finalement clôturé en milieu de journée l’activité par des remerciements, des encouragements à l’endroit des auteurs suivi d’une prise de photo en face de la bibliothèque pour garder le souvenir avec tous ceux, toutes celles qui ont ensemble rendu possible cette fête. Selon l’avis des riverains de la cité qui disent apprécier l’initiative, c’est un pari gagné pour le festival du livre Catherine Flon de l’Arcahaie. Le comité met déjà le cap sur la deuxième édition et promet de faire mieux.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker