À la une

Joe Biden perd le soutien d’un grand nombre d’électeurs démocrates, selon un sondage

(TripFoumi Enfo) – Le président américain Joe Biden bénéficie d’un très faible niveau de soutien, même parmi les électeurs du Parti démocrate, selon les données d’un sondage réalisé par le New York Times et le Siena College publié cette semaine.

Si 70% des sondés qui s’identifient comme démocrates approuvent la prestation du Président, seuls 26% estiment que le Parti devrait le réintroduire comme candidat aux élections de 2024, un pourcentage qui chute même chez les jeunes : les moins de 30 ans. Ils croient dans 94% des cas que le Parti devrait chercher un autre candidat.

Biden (79 ans), qui a assuré à plusieurs reprises qu’il entendait renouveler sa candidature, est le président sortant le plus âgé de l’histoire, et au cours de ses deux longues années au pouvoir, il a été impliqué dans plusieurs incidents (trébuchements, oublis ou distractions lors d’allocutions) qui ont amené beaucoup d’électeurs à s’interroger sur son état de santé.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Mais la flambée de l’inflation et les craintes concernant l’économie semblent également peser sur Biden : plus des trois quarts des personnes interrogées pensent que le pays « va dans la mauvaise direction », et seulement 13% pensent le contraire, le pourcentage le plus bas depuis 2008, pic de la dernière crise financière, a souligné le journal.

Parmi les raisons évoquées pour préférer un nouveau candidat, un tiers de ceux qui ont répondu évoquent « l’âge » de Biden et un autre tiers « sa performance », loin devant un autre ensemble de raisons.

Selon le journal, la seule bonne nouvelle du sondage à laquelle Biden pourrait s’accrocher est que dans une éventuelle confrontation électorale avec Donald Trump, 44% le préfèrent à 41% qui voteraient pour Trump, et rappelez-vous les propos que Biden répète souvent. : « Ne me comparez pas au Tout-Puissant, mais à l’alternative ».

L’enquête, basée sur 849 personnes, a été réalisée entre le 5 et le 7 juillet, exactement après la décision controversée de la Cour Suprême qui a révoqué le droit national à l’avortement et laissé la question entre les mains de chaque État, ce qui a été interprété comme un revers pour le pays en termes de droits civils.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker