À la une

« Kandjanwou », pour Haïti, pour son art et sa culture, ainsi soit-il !

(TripFoumi Enfo)- Il y a des hommes et des femmes qui, parce qu’il faut oser, pensent le futur dans le présent, même si le temps ne s’y prête pas. Chaos. En Haïti, il est des âmes qui, parce qu’il le leur faut, rêvent d’un autre pays et, pour cela, prennent des initiatives combien nécessaires et importantes. À titre d’exemple, « Kandjanwou ». À peine née, cette structure, dirigée par un staff de jeunes, se veut, dans ce contexte difficile, un canal pour la promotion de l’art et la culture, et, par ailleurs, s’évertue à déconstruire et reconstruire un autre modèle de discours sur la nuit, lieu réservé aux « mèt minwi », lieu de fabrication du mal, lieu à éviter à tout prix depuis un certain temps. Voici venu le temps pour qu’elle soit considérée aussi comme un espace-temps de production du bon, du beau et de l’utile, cela, pour le bonheur de la culture, de l’art et, en somme, d’Haïti.

Que l’art et la culture trouvent ses lettres de noblesse en Haïti, « Kandjanwou » le veut et, de ce fait, s’engage à cet effet. « Cette structure a pris naissance après un constat : par le passé, la nuit, comme espace-temps a été considérée comme lieu où l’on définit l’homme haïtien dans sa dimension anthropologique et où on s’affirme en tant que peuple. Depuis un certain temps, elle perd ces aspects, ce qui fait que certaines catégories sociales n’arrivent plus à y avoir accès, explique Guemara Chariot, un des instigateurs de cette initiative qui propose du nouveau dans le monde de l’art tout en mettant en exergue les pratiques culturelles du peuple haïtien.

"Kandjanwou", pour Haïti, pour son art et sa culture, ainsi soit-il !

La nuit d’à présent fait peur! et elle hoquette de doute. Elle est désertée par ses habitants, il y a longtemps. Autrefois, les gens se complaisaient aux mauvaises et aux bonnes blagues et ce, à la bonne franquette. C’est maintenant une nuit blanche, difficile à admirer. En effet, la réalité socio-politique contraint à jeter les pratiques d’antan. Si le soleil prend le marquis naturellement, les gens, eux, se terrent quand il fait noir. La nuit sous nos yeux est celle blessée par les coups de balles. « Kandjanwou » veut guérir cette blessure profonde. Que la vie renaisse la nuit !

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

« Jou bare, Vèy, bal anba tonèl, « , « Kont », « Lawouze », epi « Kandjanwou »( grande fête), ce sont des espaces d’affirmation de ceux et celles qui vivent en marge de la « grande société ». « Même si Kandjanwou est organisée en ville, l’idée est de créer un lieu, delocalisé, d’expression pour les catégories sociales marginalisées afin qu’elles puissent traduire ce qu’elles vivent quotidiennement », continue l’actuel étudiant à la Faculté des Siences Humaines qui, dit-il, entend voir se tenir un dialogue entre un discours académique et celui dit profane issu des petits commerçants, des paysans, et tant d’autres. La nuit, selon ses dires, est pour les bossales un lieu pour penser le bien-être du collectif.

"Kandjanwou", pour Haïti, pour son art et sa culture, ainsi soit-il !

Voilà pourquoi, au menu des activités réalisées par cette structure, on compte des formations, des moments de discussion et performances artistiques. « Nous mangeons, buvons et analysons ensemble. Également, nous analysons de manière à avoir une compréhension sur diverses pratiques qui se déroulent sous nos yeux, détaille l’originaire de la commune des Gonaïves. Le pilier sur lequel repose « Kandjanwou » est composé de beaux esprits. Citons : Dorelas Shadrac, Joyce Julien, Cholot Joseph, Vithalina Denis, Fritzner Lerneau et Pipo Brutus.

Quand et où se déroulent les nouvelles activités de « Kandjanwou », vous vous demandez ? Ne vous en faites pas. Elles se tiennent chaque dernier vendredi du mois. Pour ce mois de juillet, cela va se tenir dans les locaux de « Bonjour mon ami hôtel », à l’angle des rues John Brown et Capois. Le coup d’envoi sera donné à 6 heures dans l’après-midi, et la fin? Jusqu’à X. Donc, rendez-vous le 29 juillet : Des artistes comme Renette Désir alias Netty, Atomik’Art Loranne Stessie et Ti nèg tanbou a, Sophia Matilda Sanon seront de la partie pour vous servir. On vous attend nombreux.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker