À la une

Au moins 18 morts lors d’une opération policière dans une favela de Rio de Janeiro, Brésil

(TripFoumi Enfo) – Une opération de Police de grande envergure dans une favela de Rio de Janeiro, visant à stopper l’expansion des gangs du Complexo do Alemao, fait au moins 18 morts dont une civile et un agent des Forces de l’ordre. L’opération de ce jeudi 21 juillet est la deuxième de ce type survenue en quelques mois, témoignant de  la volonté de la Police brésilienne d’éradiquer les gangs, malgré les  controverses soulevées par cette méthode.
 
Le colonel Rogério Lobasso, responsable de la police militaire en charge de l’opération, a présenté ses regrets pour la civile tuée lors de cette intervention. « Nous ne savons pas comment cela s’est passé », a-t-il déclaré. La victime est une femme de 50 ans du nom de Leticia Marinho de Sales. Elle aurait été tuée, à un feu rouge, apparemment par des agents de Police, alors qu’ils se sont arrêtés, a témoigné son petit ami.
 
D’un autre côté, un porte-parole de la Police qui a fait état d’un bilan d’au moins 16 morts dans le camp des malfrats  déplore la mort d’un agent de Police de 38 ans et celle de l’habitante. Le sort de l’agent Bruno de Paula Costa a également préoccupé le président Jair Bolsonaro. « Il est mort après un affrontement avec des bandits », a-t-il déclaré lors d’une traditionnelle émission sur les réseaux sociaux. Cependant, il n’a pas mentionné le sort de la civile.
 
Néanmoins, le bureau du Défenseur des droits et la Commission des droits de l’Homme du barreau brésilien a, quant à lui, fait état de 20 morts au total.
 
Toutefois, Ronaldo Oliveira, sous-secrétaire aux opérations de la police civile, a déclaré que l’institution policière aurait préféré capturer les bandits. Mais malheureusement, ces derniers s’en sont violemment pris aux Forces de l’ordre et n’ont laissé guère le choix aux policiers. Un responsable de la police a relaté des techniques de guerilla utilisées par ces puissants gangs du Complexo do Alemao. D’ailleurs, il s’agit d’une favela refuge pour les autres truands, car celle-ci était jusqu’ici interdite aux agents de l’ordre.
 
À noter que, quelques mois avant cette opération, une autre avait causé la mort de 25 personnes dont 23 présumés bandits. Celle-ci avait provoqué un véritable tollé dans le pays. Les organisations des droits humains avaient dénoncé des exécutions extra judiciaires.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker