À la une

La crise est pour eux un refuge et une manne, un recours qui ne manque jamais dans leur cupidité

(TripFoumi Enfo)- « En Haïti, la seule chose qui n’est pas en crise, c’est la crise elle-même, affirme Yves Dorestal. En effet, au lendemain de sa fondation, le pays a emprunté un chemin épineux à cause de l’assassinat de Jean Jacques Dessalines le 17 octobre 1806, soit deux ans après la proclamation officielle de son indépendance. Ce drame constitue le point de départ d’une chute.

Sortie victorieuse de l’armée napoléonienne, l’une des plus grandes d’alors, au cours de la bataille de vertières en 1803, l’armée indigène a réalisé un coup de génie qui aura marqué l’histoire de l’humanité pour cette sublime victoire. Mais depuis, le pays a basculé dans une crise qui ne dit pas son nom.

Les colons mis à la porte, le temps était à la construction de la nation. C’est ainsi que le 1er janvier 1804, les Généraux de l’armée se sont réunis aux Gonaïves pour proclammer l’indépendance de l’ancienne colonie française sous le nom d’Haïti dont Jean Jacques Dessalines est le Chef suprême.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Deux ans après, ce dernier, devenu empereur Jacques 1er en 1805, allait être tué au pont Larnage appelé aujourd’hui « Pont Rouge ». La thèse dominante relative à cet assassinat laisse croire qu’il a été tué pour avoir procédé à la vérification des titres de propriété.

Les années se sont succédé, Haïti s’enlise dans la crise. l’État est accaparé par un petit groupe de personnes qui ne voient que leurs intérêts, et les grandes puissances comme la France développent des rapports d’hostilité avec le jeune État.

Après deux siècles d’indépendance, Haïti est considérée comme l’un des pays les plus pauvres du monde, selon les critères définis par la Banque Mondiale. En 2021, le produit intérieur brut par habitant était de 1, 821 $. Rien n’est fait jusqu’à date par les dirigeants haïtiens pour redresser la barre.

Quid de la bourgeoisie haïtienne ? Elle s’occupe trop à régler ses petites affaires pour maximiser son profit. Elle fructifie sa richesse dans le chaos, raison pour laquelle elle se moque de l’insalubrité, de la misère abjecte des masses populaires. De concert avec la communauté internationale, elle met et renverse les gouvernements quand ses intérêts sont menacés.

La crise haïtienne est une source d’accumulation de richesses pour certaines gens au préjudice de la grande majorité des Haïtiens vivant dans la misère et dans la précarité. Ces derniers temps, le pays est rongé par l’insécurité où des civils armés tuent et kidnappent à longueur de journée, ce qui limite les gens dans leurs activités.

Mais, la crise haïtienne, pour bien des secteurs, est un refuge et une manne, un recours qui ne manque jamais dans l’assouvissement de leur cupidité. Kite mele pòv ak grangou chen ? Oubliés de tous les recoins d’Haïti, unissez-vous pour changer la donne, car, pour reprendre Thomas Sankara : « Il faut choisir entre le champagne pour quelques-uns et de l’eau potable pour tous !

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker