À la une

La Russie annonce sa sortie de la Station Spatiale Internationale après 2024

(TripFoumi Enfo) – C’est Roscomos,  l’agence spatiale fédérale russe, qui a annoncé la nouvelle, ce mardi 26 juillet. La Russie se retirera de la Station Spatiale Internationale qu’elle gère avec les États-Unis après 2024. Une décision qui arrive dans le contexte de la guerre en Ukraine où la Russie et l’Occident s’affrontent dans plusieurs domaines.
 
“Nous allons sans doute remplir toutes nos obligations à l’égard de nos partenaires, mais la décision de quitter la station après 2024 a été prise”, a déclaré au Kremlin l’actuel chef de Roscosmos, Iouri Borissov. Cette décision fait suite, en effet, à une déclaration faite par le précédent chef de l’agence spaciale fédérale russe, Dmitri Rogozine. Ce dernier avait menacé que la Russie laisse tomber la Station Spatiale Internationale (ISS) lors d’un échange polémique avec le Patron de Space-X, Elon Musk. Le Kremlin avait avancé la cause des sanctions occidentales également pour justifier leur retrait.
 
Cependant, Bill Nelson, l’administrateur de la NASA a indiqué que l’agence américaine co-gérant la Station avec les Russes n’avait reçu aucune notification en ce sens, affirmant que ses partenaires (russes)  sont engagés à poursuivre les opérations jusqu’en 2030, date à laquelle la station devrait suspendre ses activités. D’ailleurs, selon Scott Kelly, un astronaute à la retraite, il s’agit d’un coup de bluff de la part de la Russie. Celle-ci essaiera de rester aussi longtemps que possible d’après lui.
 
Il faut souligner que l’ISS traduit environ deux décennies de coopération post guerre froide entre la Russie et les États-Unis. La Station Spatiale Internationale est conçue de manière à ce que le binôme qui la guerre soit dépendant l’un de l’autre.  
 
Le module russe de l’ISS “assure la propulsion et empêche la plate-forme de tomber sur Terre”, tandis que le module américain “fournit l’énergie”, précise un journaliste scientifique de la BBC. Mais, au cas où la décision russe serait maintenue, les États-Unis et ses partenaires occidentaux devraient trouver d’autres moyens pour tenir la propulsion. “Les cargos robotisés américains pourraient le faire”, imagine Jonathan Amos, mais cela resterait un défi, conclut-il.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker