À la une

Haïtiens, accrochez-vous, le pire est à venir !

(TripFoumi Enfo) – Le chaos s’installe en Haïti. Des scénarios macabres rythment le quotidien national. Entre le phénomène du kidnapping grandissant et la fédération des gangs qui fragilise le tissu social déjà nécrosé, l’on peut dire que le changement n’est pas pour demain. Analysant cette conjoncture, le Washington Post se montre très pessimiste quant à une sortie de crise.

Selon ce journal américain, seule une intervention internationale musclée peut mettre fin aux dérives d’Haïti. Il s’agit d’un constat sans appel.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Sans contrôle aucun, les États-Unis inondent Haïti de cargaisons d’armes et de munitions. C’est un commerce juteux. Peu importe s’il fauche les vies de paisibles citoyens haïtiens qui ont pris la difficile décision de rester vivre chez eux, la terre de Dessalines. Le pays de l’oncle Sam a fermé les yeux sur ces livraisons. À qui profite le crime en Haïti ?

L’appareil étatique haïtien, faute d’élus, rampe. Il peine à remplir ses fonctions. Depuis l’assassinat de Jovenel Moïse, le Premier ministre Ariel Henry règne en maître et seigneur. Mais il n’est jamais au courant de la situation dans laquelle végète la masse. À l’heure actuelle, parler de démocratie en Haïti revient à vendre du rêve à la population. On est face à tout régime politique, sauf la démocratie.

Il s’avère que des cargaisons portant l’étiquette de « fournitures scolaires » renferment en réalité des munitions. Sans nul doute, ces munitions alimentent le conflit des gangs qui tentent d’élargir leurs territoires en faisant des centaines de victimes et obligent des familles à fuir leurs demeures.

L’insouciance des États-Unis va encore plus loin dans ce dossier. Même avec un bilan catastrophique, ils ont récemment prolongé d’un an les opérations du Bureau Intégré de l’ONU en Haïti (BINUH).

Le coût de la vie s’intensifie. La gourde se déprécie au jour le jour. Les prix des denrées alimentaires ont grimpé de plus de 50 % au cours de l’année écoulée, un bilan dévastateur dans un pays où le PAM estime que près de la moitié de la population de 11 millions d’habitants a besoin d’une aide alimentaire immédiate.

Un avenir des plus sombres se dessine à l’horizon pour Haïti. Washington Post a tiré la sonnette d’alarme. On a juste le temps de remédier à la situation. Sinon, il sera trop tard. Accrochez-vous !

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker