À la une

De « Les Villages de Dieu » à PHTK, Emmelie Prophète a écrit une nouvelle page dans son histoire

(TripFoumi Enfo) – Depuis environ 9 mois, l’écrivaine haïtienne, Emmelie Prophète, est montée dans la barque dirigée par le despote et anarchiste Ariel Henry. La romancière, à la grande surprise de la population, est devenue Ministre de la Culture et de la Communication au sein d’un gouvernement dépourvu de toute légitimité. Certains auraient pensé qu’il s’agissait d’un insolite. Après un saut dans les ghettos avec son sixième roman « Les Villages de Dieu », elle se dirige vers le groupe connu sous le nom de Parti Haïtien Tèt Kale, et dit oui à son offre de poste de ministre. Ainsi, commence une nouvelle page dans son histoire.

Servir son pays n’a rien de mal. Mais, quand il s’agit d’intégrer un gouvernement illégal, despotique, corrompu et criminel pour pouvoir continuer à l’aider à houspiller et exterminer tout un peuple : le mal est plus qu’évident. C’est un crime duquel les lecteurs conscients ne pourront pas s’en remettre. Emmelie Prophète, romancière de carrière, a rejoint l’équipe du PHTK pour pérenniser la politique de celle-ci en Haïti. Si son sixième roman constitue une plongée dans l’univers du petit peuple qui souffre, la romancière a remué le couteau dans la plaie de ces oubliés de l’Etat en acceptant de signer la décision d’augmenter le prix du carburant. Toute une fierté nationale s’est embarquée dans le train d’Ariel Henry. Mauvaise conscience ?

En effet, la dernière décision du gouvernement de suspendre la subvention sur les produits pétroliers constitue un crime économique, selon plusieurs analystes dont l’économiste Eddy Labossière. Pour faire obstacle à cette décision anti-populaire et suicidogène, la population a décidé de mettre tout à l’arrêt dans le pays pour dire NON à celle-ci et, et du même coup, réclamer la démission d’Ariel Henry et de son équipe. Plus d’une semaine après, toute l’équipe gouvernementale reste et demeure. Personne n’ose tirer la conséquence de son incompétence ou de son incapacité à administrer le pays. Même l’écrivaine haïtienne Emmelie Prophète, très estimée dans le monde littéraire, celle qui raconte la difficile vie du peuple d’en bas vivant dans la prostitution, dans l’absence des services sociaux de base, garde son poste de ministre. Pour quel avenir ? Pour en faire un nouveau roman ? Tout ceci n’est pas nécessaire, pour qu’on continue à l’aimer.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Des questions auxquelles personne ne peut répondre, sauf les PHTKistes. En tout cas, ce qui se passe en Haïti présage un avenir sombre. Un avenir duquel seuls les bourgeois et leurs courtiers pourraient tirer des bénéfices juteux. Des massacres. Des kidnappings. Des gens violés. Le régime au pouvoir est pointé du doigt dans ces actes criminels. Selon plus d’un, c’est le gouvernement le plus criminel que le pays ait jamais connu. Un membre de l’équipe a été cité dans actes de kidnapping. Un autre a été arrêté pour son implication présumée dans le trafic de drogues. En présence du gouvernement piloté par Ariel Henry, des journalistes sont tombés. D’autres catégories sociales sont rongées par la violence des gangs armés. L’Haïti de maintenant bascule dans le chaos. Tout le monde reste attaché à leur poste.

La question qui s’impose : comment lire « Les villages de Dieu » avec en tête Emmelie Prohète comme actuel membre d’un gouvernement nommé par un tweet des États-Unis. On ne saurait ne pas être étonné de la décision d’Emmelie Prophète quand on lit l’histoire de Célia, la narratrice, qui a grandi dans la misère, qui a frequenté l’école tardivement dans sa vie et dont la mère est morte à cause de la drogue et du sida. Comment lire « Le Testament des solitudes » sachant que son auteure est membre de l’équipe PHTK ? Il est difficile, voire impossible de séparer l’écriture d’avec l’action de son auteur.

Avec « Le testament des solitudes « , Emmelie Prophète avait remporté le Grand Prix littéraire de l’Association des écrivains de langue française en 2009. Un roman dans lequel Emmelie a libéré la parole à la gent féminine. Trois femmes. Trois soeurs ont eu le coup de grâce de la charmante romancière pour raconter, chacune, leur destin tissé par la solitude. Aujourd’hui, la main qui libérait la parole aux enfants des ghettos, aux malheureux et aux femmes, est controlée par les Tèt Kale dont le chef est un misogyne sans pareil.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker