Gang

Trois membres de la « Base 47 » introuvables depuis plus de 24 heures

(TripFoumi Enfo) – Le groupe dénommé « Base 47 » est en situation difficile. Trois de ses membres restent introuvables depuis le jeudi 22 septembre dans l’après-midi, selon les informations fournies par un membre de cette structure qui est présente dans les différents mouvements de protestation contre Ariel Henry.

Rijhonson Dumas, Nicolas Murat et Baby ainsi connu sont les noms de ces trois jeunes garçons dont on n’a aucune nouvelle depuis plus de 24 heures. Selon un membre de la « Base 47 », interviewé par l’agence en ligne Gazette Haïti News, les trois jeunes garçons en question auraient été assassinés au moment où ils se rendaient à une rencontre politique à Fonds Parisien.

Toujours selon le membre de cette structure logée dans la commune de Delmas, les trois disparus étaient partis à la rencontre de René Momplaisir, responsable du Secteur Populaire Haïtien pour recevoir une aide financière afin de réaliser les funérailles d’un proche. Ayant été pris pour des espions, ils auraient été assassinés dans la commune de la Croix-des-Bouquets.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

L’acte aurait été perpétré par le puissant chef de gang dénommé Lanmò 100 Jou. Perchés sur une motocyclette pour pouvoir se rendre à ladite rencontre qui allait se tenir à Fonds Parisien, les trois hommes ont été accusés d’être des espions, selon ce qu’a rapporté le membre de la base. Après le meurtre de ces trois jeunes garçons, dit-il, présentés comme des militants politiques, le chef de gang de la Croix-des-Bouquets, « 400 Mawozo », aurait brûlé leurs cadavres.

Selon le journal précité, citant une autre source proche de la « Base 47 », Nicolas Murat serait encore en vie, mais dans un très mauvais état après avoir été atteint de projectiles. Il a eu la grâce de « Lanmò 100 Jou » après que ce dernier avait appris, via les réseaux sociaux, que les trois jeunes garçons n’étaient pas des espions effectivement. Ainsi, il a décidé de le laisser repartir.

Le samedi 28 décembre 2019, Josermano Victorieux alias Badou, chef de file de la « Base 47 », avait été assassiné par balle. Membre du Parti Politique Pitit Dessalines, Badou s’était fait remarquer dans des mouvements de rue visant à expulser le président d’alors, Jovenel Moïse.

Wilder Sylvain

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker