USA

Le congrès américain demande au président Biden de se désolidariser d’Ariel Henry

(TripFoumi Enfo) – Face à la détérioration de la situation en Haïti où la crise politique persiste, le congrès atméricain se sent concerné et se dit inquiet face à cette réalité chaotique. Dans une lettre ouverte adressée au Président Biden, ce mercredi 6 octobre 2022, il questionne le support des États-Unis, un an après l’assassinat de Jovenel Moïse, président d’Haïti. Lisez la lettre dans toute son intégralité…

Cher Président Biden,
6 octobre 2022

Plus d’un an s’est écoulé depuis l’assassinat du président haïtien Jovenel Moïse, le 7 juillet 2021, et la situation en Haïti continue de s’aggraver. Nous vous écrivons pour exprimer notre inquiétude face à l’absence de progrès dans l’établissement d’un gouvernement haïtien conforme à la constitution haïtienne et bénéficiant du soutien du peuple haïtien, et pour proposer plusieurs mesures que le gouvernement américain peut prendre pour ouvrir la voie à la peuple haïtien de sortir de l’impasse actuelle et de réaliser ses aspirations démocratiques. Il n’y a pas de temps à perdre.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Depuis le 20 juillet 2021, Haïti est dirigée par le Premier ministre de facto, le Dr Ariel Henry, qui a assumé ce poste à la suite d’une lutte de pouvoir avec le Premier ministre de l’époque, Claude Joseph. Le 5 juillet 2021, deux jours seulement avant l’assassinat de Moïse, Moïse a choisi Henry comme prochain Premier ministre d’Haïti. Moïse, Joseph et Henry ont tous été étroitement affiliés au parti politique Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK). Henry n’a aucun mandat constitutionnel ou populaire; les élections parlementaires n’ont pas eu lieu depuis 2016 et le Parlement haïtien a été dissous en 2020 ; et le système judiciaire est en ruine, en grande partie à cause de l’ingérence politique. Au cours de l’année écoulée, la situation sécuritaire et humanitaire d’Haïti s’est également détériorée. Des gangs criminels contrôlent effectivement les ports et la moitié d’Haïti. Ils entretiennent des liens étroits avec les classes politiques et l’élite économique et se livrent librement à des enlèvements et à des violences sexuelles et sexistes. Ces gangs empêchent la distribution de l’aide humanitaire, y compris aux plus de cinq millions d’Haïtiens (la moitié de la population haïtienne population) qui ont besoin d’une aide alimentaire.

Aucune de ces questions importantes ne peut être résolue efficacement de manière isolée. Ni des élections libres et équitables, ni une fourniture efficace de l’aide humanitaire ne sont possibles tant que la violence n’est pas réprimée. Pourtant, la police haïtienne conspire avec les gangs, et les efforts américains passés pour construire une force de police professionnelle et responsable ont échoué. La violence ne peut être réprimée que par les autorités haïtiennes agissant conformément à l’état de droit par le biais de processus judiciaires impartiaux. Bien qu’il n’y ait clairement pas de solution facile à l’impasse actuelle, un large échantillon de la société civile haïtienne.

Les organisations de la société civile et les partis politiques se sont réunis d’une manière sans précédent pour créer l’Accord du Montana, qui propose une période de transition qui aboutira finalement à des élections. Un certain nombre de facteurs ont amené de nombreux Haïtiens à croire qu’Henry n’a aucun intérêt à rapprocher Haïti de la démocratie et de la stabilité. Ceux-ci incluent, mais sans s’y limiter, l’histoire du PHTK utilisant les gangs comme outil de répression, qui, selon beaucoup, s’est poursuivie sous Henry, et l’échec total d’Henry à exercer un contrôle sur l’aggravation de la violence des gangs armés; l’élimination rigoureuse par le PHTK de toute surveillance indépendante ; La réticence d’Henry à s’engager de manière significative avec les représentants de l’Accord du Montana; et l’implication potentielle d’Henry dans le meurtre de Jovenel Moïse. De nombreux Haïtiens croient que les États-Unis soutiennent activement Henry au pouvoir et le considèrent comme indispensable à l’avenir d’Haïti. Cette perception a été renforcée aussi récemment qu’en juin 2022 lorsque le président Biden a accueilli Henry au Sommet des Amériques tout en excluant les dirigeants du Venezuela, du Nicaragua, et Cuba à la lumière de leur statut « antidémocratique » – une ironie qui n’a pas échappé aux observateurs d’Haïti.

Les Haïtiens ont le sentiment d’avoir été abandonnés de l’intérieur et de l’extérieur. Alors que certains observateurs, mais pas tous, perçoivent de petits changements positifs dans les messages du gouvernement américain sur Haïti, comme dans l’éditorial du secrétaire d’État adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental Brian A. Nichols dans le Miami Herald en juin dernier, nos actions et les mots doivent aller beaucoup plus loin. Premièrement, les États-Unis doivent inclure de manière significative les dirigeants des mécanismes dirigés par les Haïtiens tels que l’Accord du Montana dans le discours en cours sur la sécurité et la gouvernance haïtiennes. Bien qu’une série de réunions de haut niveau entre le pouvoir exécutif américain et des représentants de l’Accord du Montana aient eu lieu, elles n’ont pas réussi à envoyer un signal clair indiquant que les États-Unis ne considèrent pas Henry comme la seule voie par laquelle toute solution dirigée par les Haïtiens doit couler.

Les États-Unis doivent tenir compte de la voix du peuple haïtien, notamment à travers des groupes tels que l’Accord du Montana, même si Henry ne le fera pas. De plus, lorsque des responsables américains rencontrent Henry et d’autres membres du parti PHTK, ils doivent éviter les messages publics qui pourraient soutenir le récit selon lequel les États-Unis le soutiennent, par exemple en publiant des tweets, des photos ou des déclarations élogieux entourant les réunions. Les États-Unis doivent apporter leur soutien aux efforts légitimes visant à créer un gouvernement haïtien de transition qui respecte la volonté du peuple haïtien, et doivent faire comprendre à Henry qu’ils ne le soutiendront pas alors qu’il bloque les progrès.

Compte tenu des risques extrêmes pour la sécurité physique et de la situation humanitaire désastreuse dans le pays, les États-Unis devraient immédiatement suspendre tous les renvois et s’abstenir de renvoyer les migrants en Haïti contre leur volonté. Pour donner à chacune de ces lignes d’effort l’attention soutenue qu’elle requiert, les États-Unis devraient nommer un autre envoyé spécial pour Haïti. Immédiatement après l’assassinat de Jovenel Moïse en juillet 2021, le Département a reconnu l’importance de ce rôle en nommant un membre de carrière du “Senior Foreign Service”, Daniel Foote, comme envoyé spécial. Cependant, depuis la démission de l’ambassadeur Foote en septembre 2021, le poste est resté vacant. Nous devons utiliser tous les outils dont nous disposons pour faire face à la détérioration de la situation en Haïti.

Nous sommes encouragés par l’inclusion d’Haïti comme l’un des cinq partenaires pilotes dans le cadre du “Global Fragility Act” de 2019, par lequel les États-Unis mettront en œuvre un plan global de 10 ans pour stabiliser Haïti en s’attaquant aux causes à long terme de la fragilité et de la violence. La stratégie de mise en œuvre du “Global Fragility Act” se concentre sur des solutions locales et des processus politiques inclusifs dans les pays partenaires. En annonçant la stratégie de mise en œuvre, le président Biden a reconnu la nécessité « d’appliquer humblement les leçons coûteuses et douloureuses du passé, transformer la façon dont nous travaillons les uns avec les autres ».

À cette fin, il est impératif que l’Administration prenne suffisamment de temps pour consulter un large éventail d’acteurs locaux en Haïti avant de soumettre un plan décennal. Ces discussions devraient garantir une accessibilité maximale en termes de langue et de présence, en reconnaissant les défis d’un accès limité à Internet, d’une électricité peu fiable et des problèmes de sécurité. Les États-Unis doivent intégrer dans le plan décennal les perspectives haïtiennes sur les résultats substantiels et les méthodes de travail exprimées lors de ces consultations, afin d’éviter la perception que les États-Unis imposeront leurs propres processus et résultats préférés au peuple haïtien. Nous sommes impatients de travailler avec vous sur la planification et la mise en œuvre du plan décennal.

Enfin, nous sommes impatients d’examiner le rapport de 180 jours requis par la loi sur Haïti, qui devait être présenté le 12 septembre 2022. Le rapport doit inclure une stratégie pour aborder la protection des droits de l’homme et les efforts de lutte contre la corruption, promouvoir la liberté de la presse et la liberté de réunion ainsi que la protection des journalistes, et donner la priorité au relèvement et au développement post-séisme, post-ouragan et post-COVID. Nous encourageons l’administration à utiliser ce rapport requis comme un précurseur important du plan décennal, mais à ne pas précipiter l’un ou l’autre des processus. Le peuple haïtien désire et mérite la stabilité et la démocratie pour Haïti. En commençant par les efforts limités que nous proposons, qui maintiennent fermement le peuple haïtien à la barre, les États-Unis peuvent indiquer clairement qu’ils abordent leur rôle avec humilité et respect des aspirations démocratiques du peuple haïtien.

Sincèrement,
Edward J. Markey
Sénateur des États-Unis
Elizabeth Warren
Sénateur des États-Unis
Bernard Sanders
Sénateur des États-Unis
Stacey E. Plaskett
Membre du Congrès
Terri A. Sewell
Membre du Congrès
James P. McGovern
Membre du Congrès
Patrick Leahy
Sénateur des États-Unis
__
Ayanna S. Pressley
Membre du Congrès
_ _ William R. Keating
Membre du Congrès
Maxine Waters
Membre du Congrès

La Loi sur Haïti, P.L. 117-103, section V, article 107 (2022).

L’honorable Joseph R. Biden, Jr. 6 octobre 2022


Jamie Raskin
Membre du Congrès
_ Dwight Evans
Membre du Congrès

cc :
L’honorable Antony Blinken
Secrétaire d’État, Département d’État des États-Unis
_ Rashida Tlaib
Membre du Congrès

L’honorable Samantha Power
Administrateur, Agence des États-Unis pour le développement international.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker