Célébrité

L’écrivain haïtien Jean d’Amérique : « M rale Zam mwen »

(TripFoumi Célébrité) – Connu pour son talent d’écrivain pur, que ce soit en Europe et/ou en Haïti, Jean d’Amérique, s’affirme, progressivement, en tant que rappeur durant ces deux derniers mois avec la publication de deux nouveaux textes. Après la sortie du morceau « Du sang dans ma bouche », le 8 décembre 2022, il en a publié un nouveau intitulé « M rale Zam Mwen ». Du rap pur. Du rap lourd. Du rap engagé.

Jeandam est de retour dans la musique, plus de 6 ans après avoir raccroché son micro pour se consacrer, exclusivement, à l’écriture. Paru le 6 janvier de l’année en cours, « M Rale zam mwen », son deuxième morceau en un mois, est disponibe sur la chaîne Youtube du désormais rappeur. Le texte est un NON à la violence des gangs en Haïti. Mais, beaucoup plus que ça… C’est du rap politique.

Le fils de Côtes-de-Fer, qui vit actuellement à Paris, n’est pas resté indifférent face à ce qui se passe en Haïti. Dans ce pays miné par la guerre des gangs où l’ignorance, aussi, dodeline dans la plus haute sphère de l’État, Jean d’Amérique s’attaque aux maux rongeurs de la société. « M rale zam mwen, m pral f on revolisyon », chante celui qui a publié son premier slam « Fils du Soleil », en 2016.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

« M rale Zam mwen » nous plonge aussi dans la douleur vécue par des fils et filles d’Haïti. L’écrivain rappeur se questionne sur la puissance de l’éducation considérée comme une arme : « Si edikasyon se galil, pouki PHTK sòt ? » Le contre-coup qu’il faut porter à cet état de fait, en Haïti c’est la révolution. C’est dans cette perspective que l’homme qui est né en 1994 a pris son arme de combat : le rap engagé.

Grandement influencé par le rap tout en début de carrière en tant qu’écrivain, l’auteur de « Soleil à coudre », son premier roman, continue de montrer son talent multiple dans les domaines de l’art et de la littérature. « C’est le rap qui m’a amené à l’écriture, ça m’a beaucoup influencé », avait déclaré le jeune homme lors d’une interview accordée au journal Loop Haïti News à la fin de l’année.

Poète, romancier, dramaturge, slameur, Jean d’Amérique, 28 ans, lauréat de la 8e édition du Prix RFI Théâtre 2021 pour sa pièce « Opéra Poussière », continue de tracer son chemin dans l’univers des beaux-arts. Avec la sortie du titre « Du Sang dans ma bouche » suivi de « M rale zam mwen », il vient d’ajouter une nouvelle corde à son arc, même s’il refuse de se définir lui-même. « Ce serait fermer les fenêtres de mon existence, me gaver de rouille, tamponner mon être d’inertie. Se définir c’est clore sa route. Je suis en transe, en déroute, en voyage perpétuel, artiste (écrivain) c’est un accessoire dans mes bagages, et loué soit-il qu’il se renouvelle à chaque instant. Je me veux infini, comme les chemins que j’arpente, aidé par l’incertitude », avait précisé le jeune homme lors d’un entretien accordé à Patrick Michel, disponible sur le site : https://ayibopost.com/jean-damerique-poete-de-linsolence/

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker