RussieUkraine

La Russie met fin à un accord historique qui permettait à l’Ukraine d’exporter des céréales

La Russie a interrompu, ce lundi 17 juillet, un accord révolutionnaire en temps de guerre qui permet le flux de céréales de l’Ukraine vers des pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie, où la faim est une menace croissante et où les prix alimentaires sont élevés, alors que la pauvreté fait rage.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que la Russie suspendrait l’Initiative céréalière de la mer Noire jusqu’à ce que ses demandes de livrer sa propre nourriture et ses engrais au monde soient satisfaites.

La Russie s’est aussi plainte que les restrictions d’expédition et d’assurance ont entravé ses exportations agricoles, alors qu’elle a expédié des quantités record de blé depuis l’année dernière.

Ainsi, la suspension marque la fin d’un accord que l’ONU et la Turquie ont négocié l’été dernier pour permettre à la nourriture de quitter la région de la mer Noire après que l’invasion de son voisin par la Russie a aggravé une crise alimentaire mondiale. L’initiative est reconnue pour avoir contribué à faire baisser les prix élevés du blé, de l’huile végétale et d’autres produits alimentaires sur le marché mondial.

L’Ukraine et la Russie sont les principaux fournisseurs mondiaux de blé, d’orge, d’huile de tournesol et d’autres produits alimentaires abordables desquels dépendent les pays en développement.

« La fin de cette initiative va créer “l’instabilité et l’incertitude” sur les marchés alimentaires mondiaux qui pourraient augmenter les prix et accroître l’insécurité alimentaire des pays vulnérables qui voient déjà leurs cultures locales mourir à cause du changement climatique », a déclaré Shashwat Saraf, directeur régional des urgences du Comité international de secours.

Il faut souligner que la guerre en Ukraine avait fait grimper les prix des denrées alimentaires à des niveaux record l’année dernière et a contribué à une crise alimentaire mondiale également liée à d’autres conflits, aux effets persistants de la pandémie de COVID-19, aux sécheresses et à d’autres facteurs climatiques.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker