HaïtiÀ la une

L’insécurité alimentaire persiste en Haïti alors que la violence s’intensifie dans la capitale

18 septembre 2023 PORT-AU-PRINCE – Selon le dernier rapport de classification intégrée de la sécurité alimentaire (IPC) publié récemment, des niveaux élevés de faim persistent en Haïti en raison de la violence perpétrée par des groupes armés, du ralentissement économique et des conséquences du changement climatique. Malgré une réduction du nombre de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire aiguë dans tout le pays, 44 pour cent de la population haïtienne se trouve toujours en situation de crise (Phase IPC 3) ou d’urgence (Phase IPC 4).

Le dernier rapport IPC, réalisé par la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA), en collaboration avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) , indique qu’au cours de la période actuelle allant du mois d’août 2023 à février 2024, plus de 4,35 millions d’haïtiens font face à une insécurité alimentaire aiguë, en comparaison avec les 4,9 millions enregistrés pendant l’analyse précédente réalisée sur la période allant de mars à juin 2023.

Face à cette situation, le directeur pays du PAM en Haïti, Monsieur Jean-Martin Bauer a déclaré : “Alors que nous accueillons toujours favorablement même une modeste réduction du nombre de personnes confrontées à la faim aiguë, nous sommes extrêmement préoccupés par les niveaux élevés de faim qui continuent d’affecter la population haïtienne. Au cours de mes voyages à travers le pays ces derniers mois, j’ai vu comment l’aide alimentaire est l’un des facteurs clés empêchant la population de sombrer dans la famine. Cependant, les niveaux d’insécurité alimentaire d’urgence persistent dans plusieurs régions, tandis que les financements sont à un niveau critique” […]”Sans une injection immédiate de fonds, nous risquons de voir un nombre encore plus grand de personnes souffrir de la faim, ce qui compromettrait les progrès durement acquis” a-t-il souligné.

L'insécurité alimentaire persiste en Haïti alors que la violence s'intensifie dans la capitale

Malgré une légère amélioration de la situation, les progrès restent fragiles à cause du manque de financement et d’une récente augmentation des déplacements d’une frange de la population en raison de la violence. Les incursions de groupes armés dans plusieurs quartiers résidentiels de la capitale, Port-au-Prince, ainsi que l’expansion de l’activité criminelle dans les zones rurales telles que le département de l’Artibonite, un département considéré comme l’un des greniers du pays, pourraient entraîner une perturbation généralisée des marchés alimentaires locaux et conduire le pays vers une crise alimentaire sans précédent.

Selon Monsieur Patrick David, fonctionnaire responsable du bureau de la FAO en Haïti : “Les interventions agricoles d’urgence, en particulier lorsqu’elles sont combinées à des aides en espèces et alimentaires, peuvent avoir un impact énorme sur la disponibilité et l’accès à la nourriture. Il est essentiel que nous apportions un soutien aux petits exploitants agricoles pour nourrir leurs familles et la communauté élargie, contribuant ainsi rapidement à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition. L’aide agricole d’urgence est une forme d’aide humanitaire qui ne peut pas être négligée. Pourtant, à ce jour, seuls 12 pour cent des personnes ciblées ont bénéficié de l’aide agricole d’urgence”, a-t-il signalé.

La légère amélioration de la sécurité alimentaire est attribuée en partie à une disponibilité accrue de carburant, alors qu’au moment de la dernière analyse, le pays connaissait une forte contraction économique avec une offre limitée et des prix élevés pour le carburant, ce qui augmentait les coûts de transport. Le rapport note qu’une meilleure circulation dans le pays et l’utilisation de routes de transport alternatives ont facilité la circulation des marchandises. Des niveaux significatifs d’aide alimentaire, sous forme de rations alimentaires et de transferts en espèces, ont également contribué à améliorer la sécurité alimentaire dans certaines régions.

De plus, le pays est fortement dépendant des importations alimentaires, la dépréciation de la gourde par rapport au dollar des Etats Unis s’est stabilisée, voire inversée depuis mai 2023. Après avoir atteint 155 gourdes pour un dollar des Etats Unis en avril 2023, le taux de change est resté stable autour de 135-140 gourdes pour un dollar des Etats Unis depuis mai 2023. Cela a eu un impact positif immédiat sur le pouvoir d’achat des ménages les plus pauvres, contribuant à une légère réduction du nombre de personnes en Phase 3 et 4 de l’IPC.

Selon la dernière évaluation du Hunger Hotspots analysis du PAM et de la FAO, Haïti est l’un des neuf pays confrontés à des risques de famine et selon le Global Report on Food Crises 2023, le pays fait partie des cinq régions où plus de 10 pour cent de la population se trouve en Phase 4 de l’IPC (Urgence).

Cette année, le PAM a soutenu 1,5 million de personnes en Haïti, en fournissant plus de 40 millions de dollars de transferts en espèces, plus de 6 500 tonnes métriques de rations alimentaires sèches et en servant des repas scolaires à plus de 450 000 élèves à travers le pays. Chaque mois, le PAM achète plus d’un million de dollars de produits locaux, aidant ainsi les agriculteurs et soutenant les marchés nationaux.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker