À la une

Le gouvernement dominicain blâmé par des producteurs d’œufs

La fermeture de la frontière haïtiano-dominicaine a engendré la faillite des membres de l’Association des Producteurs de Volaille de Moca et Licey al Medio (Approamoli). Les importantes pertes économiques que ces derniers ont subies les ont poussés à tenir le gouvernement dominicain pour responsable.

Pour plus d’un, Abinader ne pensait pas que le gouvernement haïtien allait soutenir l’initiative ouanaminthaise, sinon, il aurait pensé aux conséquences avant de prendre la décision de fermer la frontière avec Haïti. Son acte a généré une solidarité haïtienne digne des grandes batailles pour l’indépendance de la première République noire, et occasionné des pertes énormes dans l’économie de son pays.

Plus de 4 milliards 500 millions de pesos perdus

L’inactivité du commerce bilatéral a débouché sur une forte perte du côté voisin. Suivant les données fournies ultérieurement par le leader du parti Force Populaire (FP), Leonel Fernández, qui relatait que par jour, en commerçant avec Haïti, la République Dominicaine gagnait environ 150 millions de pesos. Se basant sur ces données, pour environ un mois, le pays voisin a perdu environ 4 milliards 500 millions de pesos.

En effet, du 15 septembre dernier jusqu’à ce jeudi 19 octobre, plus de 50 millions d’œufs n’ont pas pu traverser la ligne frontalière vers Haïti. À cet effet, il y a un excès d’offre en République Dominicaine et une accumulation de stocks dans des entrepôts sans acquéreurs, a plaint le président de ladite association, Ambiorix Cabrera.

Favoritisme égocentrique

Selon le président d’Approamoli, Ambiorix Cabrera, il (Luis Abinader) favorise certaines entreprises de faibles moyens sur d’autres qui sont plus fortes financièrement. Cette situation entraîne des pertes de plusieurs millions de dollars, en plus du fait que les œufs sont endommagés en raison du manque d’acheteurs.

De plus, “c’est cette situation qui a conduis à la faillite des plus petits entrepreneurs du secteur. Les autorités ont marginalisé les petits et moyens producteurs, tout en se contentant de tendre la main aux grands entrepreneurs. Nous avons besoin que le président nous écoute puisque nous sommes les moins bénéficiaires de cette situation”, s’est-il plaint.

Il s’agit là d’une situation créée par le gouvernement dominicain qui n’avait pas su prévoir les retombées de son acte.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker