À la une

Le président palestinien affirme qu’Israël “a franchi toutes les lignes rouges”

Le président palestinien Mahmoud Abbas a assuré, mardi 17 octobre 2023, qu’Israël “a franchi toutes les lignes rouges” après l’attaque de l’hôpital Al-Ahli, situé au nord de la bande de Gaza, qui a fait plus de 500 morts.

Abbas, alors qu’il présidait une réunion urgente de hauts responsables palestiniens après son retour de la Jordanie, a assuré qu’ils ne permettront pas aux autorités israéliennes “d’échapper à leurs responsabilités et à leurs sanctions”.

“Face à cette tragédie survenue ce mardi et par souci pour notre peuple, j’ai décidé d’écourter ma visite et de retourner dans mon pays pour être parmi les miens dans cette grande épreuve”, a-t-il déclaré en référence à l’annulation du sommet prévu dans la capitale jordanienne, Amman, en compagnie du président américain Joe Biden et du président égyptien Abdel Fattá al Sisi.

Alors qu’il y a eu des manifestations en Cisjordanie exigeant sa démission, Abbas a appelé à “des rangs plus serrés” et a plaidé pour l’unité, “sans changer de cap et sans se laisser entraîner dans des tentations dont seuls les ennemis du peuple palestinien bénéficieront”.

“Ce moment est fatidique et dangereux. Il ne peut être affronté qu’avec unité et fermeté face à l’agression israélienne”, a-t-il ajouté, affirmant que Palestine n’acceptera jamais “aucune autre parole de quiconque que celle d’arrêter cette guerre” et demandant ainsi la communauté internationale à se mobiliser en faveur d’une initiative qui condamne et arrête les attaques contre les civils.

Le président a “apprécié” la position de tous les pays qui ont fait preuve de solidarité avec le peuple palestinien, qui assurent qu’ “ils ne s’agenouilleront pas, qu’ils ne se rendront pas et qu’ils l’emporteront”. “Nous exigeons que le monde, qui est toujours resté silencieux, agisse”.

Le représentant palestinien auprès de l’ONU, Riad Mansour, s’est également exprimé dans ce sens, demandant au Conseil de sécurité d’assumer ses responsabilités et d’intervenir “de toute urgence et immédiatement” pour parvenir à un cessez-le-feu.

Mansour a déclaré que si cet organe “avait assumé ses responsabilités”, en référence à l’échec de l’adoption d’un projet de résolution russe appelant à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, “des centaines de victimes aujourd’hui auraient pu être en vie parmi ses familles, au lieu d’être démembré à la suite du crime odieux commis par les forces d’occupation”.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker