À la une

Quelles sont les sources de revenus des gangs en Haïti ?

En Haïti, nous marchons comme si nous étions dans une vallée de la mort. Nous craignons le pire. Des gangs armés imposent un nouveau mode de vie aux paisibles citoyens. Les voyous qui règnent depuis environ dix ans sur le pays savent concocter des stratégies pour leur pérennisation. Quelles sont par exemple leurs sources de revenus à cet effet ?

Publié ce 19 octobre 2023, le rapport du groupe d’experts des Nations Unies comporte de graves révélations relatives aux gangs armés et à certains hommes politiques et ceux du secteur des affaires. Selon le document, dont la rédaction détient une copie, les sources de revenus des malfrats sont multiples et diverses.

Le phénomène du kidnapping constitue une source de revenus pour les gangs en Haïti. Entre janvier 2022 à juin 2023, 2 441 personnes ont étés enlevées. Les rançons exigées par les ravisseurs pour libérer leurs otages sont variées entre 7 000 et 500 000 dollars. C’est dans le département de l’Artibonite qu’on enregistre plus de cas de kidnapping collectif si l’on veut comparer avec les autres départements.

Par ailleurs, les gangs utilisent l’extorsion, le vol, le détournement de véhicules de transport de personnes et des camions de marchandises pour alimenter leur entreprise criminelle. “Par exemple, en octobre 2022, les membres de 5 Segond ont commencé à détourner de plus en plus de camions de marchandises
transportant des conteneurs de marchandises de grande valeur le long de la route Canaan-Lafiteau (RN1)”, soulignent les experts.

Et de continuer : “Entre cette période et juillet 2023, les détournements sont passés d’une moyenne de 4 à 5 par mois à environ 1 062. Une rançon de 1 000 à 3 000 dollars est versée par camion détourné, en fonction de sa taille et de la valeur de sa cargaison. La situation est similaire le long de la RN2 à Martissant, où les gangs 5 Segond, Grand Ravine et Ti Bois sévissent”.

Les activités illicites des gangs sur les routes nationales ont occasionné le blocage de certains itinéraires pour les véhicules qui doivent distribuer les produits pétroliers. “Les gangs rançonnent les entreprises et les institutions, y compris les écoles, dans les zones qu’ils contrôlent. En outre, ils taxent la population pour des services publics qu’ils ne fournissent pas vraiment, comme l’eau ou l’électricité”, lit-on dans le rapport.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker