À la uneHaïti

Les stocks du PAM en Haïti pourraient être épuisés d’ici fin avril

Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) pourrait manquer de vivre pour nourrir des Haïtiens sous peu, à cause de la fermeture des ports dans le pays. Dans un communiqué publié le jeudi 11 avril, l’agence onusienne a alerté que ses stocks risquent d’être épuisés d’ici fin avril, soulignant l’impératif de la réouverture du port de Port-au-Prince.

« Le PAM fait tout son possible pour aider les plus vulnérables, mais au rythme actuel, nous aurons épuisé nos stocks de nourriture d’ici fin avril. Il faut que le port de la capitale soit rouvert immédiatement pour permettre un réapprovisionnement », a insisté Jean-Martin Bauer, directeur du PAM en Haïti, réclamant également un accès « sans entrave » à travers le pays.

L’insécurité alimentaire dans le pays s’est aggravée depuis la récente explosion de la violence des groupes terroristes, atteignant des niveaux records depuis le séisme de 2010, a noté le PAM. Dans son communiqué, l’institution a indiqué avoir accéléré ses dernières semaines son aide alimentaire, parvenant à fournir à manger à plus 500 000 personnes depuis le début de mars.

La fermeture du principal port et du principal aéroport d’Haïti, il y a un mois, a “perturbé l’arrivée de l’aide”, si bien que les réserves du PAM dans le pays sont suffisantes pour nourrir seulement 175.000 personnes pendant un mois.

Près de 5 millions de personnes, représentant environ la moitié de la population, sont en situation d’insécurité alimentaire grave, selon les chiffres publiés en mars dans le dernier rapport du cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire ( IPC). 1, 64 millions de ces personnes se trouvent au niveau 4 ( urgence) de l’échelle IPC qui en compte 5.

Environ 125.000 enfants notamment risquent une malnutrition aiguë. Le plan de réponse humanitaire de l’ONU pour Haïti pour 2024, chiffré à 674 millions de dollars, n’est financé qu’à 7%.

Fin février, les gangs haïtiens se sont associés pour attaquer des symboles de l’État. D’après les chiffres publiés vendredi 12 avril par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), près de 10 000 personnes ont fui la zone métropolitaine entre 8 mars et 9 avril, à cause des exactions de ces malfrats. La population se retrouve plongée dans une grave crise humanitaire et sanitaire.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker