À la unePolitiqueSécurité

Une double impertinence, une double provocation et une double gifle

Les hommes du PHTK et alliés se sentent tellement rassurés, tellement à l’aise qu’André Michel a pu se permettre de parler de chasse aux sorcières à la suite d’une mesure conservatoire du Conseil présidentiel de transition.

En toute logique, et selon le principe établi, un gouvernement démissionnaire ne peut aucunement engager l’État. Il est là pour gérer les affaires courantes. Donc, il ne peut opérer aucun mouvement de personnel (transfert, promotion, voire nomination). L’on comprend fort mal que le gouvernement démissionnaire de Michel Patrick Boisvert ait eu le culot de faire de nouvelles nominations au sein de l’administration publique. Qui pis est, les sans vergognes ne se gênent pas en s’infiltrant dans des espaces stratégiques de la diplomatie du pays. Quelle audace pour un Jean Victor Généus, l’un des pires et piètres chanceliers que le pays ait connu au cours des décennies passées. De Jean Victor Généus et Pierre-Richard Casimir, lequel de ces deux chanceliers est le plus médiocre ?

Ce n’est pas sans raison que ces nullards avaient fait durer le suspense, avaient trainé les pieds avant de prendre les décisions relatives à la formalisation des décisions prises en Jamaïque quant à la formation du Conseil présidentiel de transition pour remplacer le cynique, l’incompétent, le laquais/restavèk, l’insensible Ariel Henry. Cet insouciant, obligé de se tenir loin de la République, qui après 32 mois a conduit Haïti dans le précipice.

Alors, quelle bête a piqué le receleur André Michel, pour ne pas le citer, pour, avec tant d’arrogance, égale à ses pratiques de magouilleur, oser écrire : «une atmosphère de répression politique s’installe en Haïti alors que le Conseil Présidentiel de Transition lance une véritable chasse aux sorcières contre l’ancien gouvernement de facto, prenant des mesures radicales pour éliminer toute trace de l’administration précédente».

Si la correspondance du 13 mai du CPT adressée au premier poulin des PHTKistes du gouvernement qui devrait liquider les affaires courantes, est un acte d’abus d’autorité, une persécution politique, alors, il nous faudra chercher à comprendre la définition de certains thèmes en matière de gestion administrative et de gestion tout court. Cet opportuniste, avec des qualificatifs ronflants d’avocat du peuple, de leader illuminé, nageant dans un océan de démagogues, croit comprendre qu’il peut conduire tout le monde à son abattoir d’ignorance.

Toutefois, son acharnement contre la décision du Conseil se justifie par le fait qu’aucun gouvernement d’avant eux n’avait été sanctionné pour de tels comportements, de telle forfaiture, donc pourquoi ne pas continuer dans la voie surtout lorsqu’on sait que “apre nou, se nou”.

Un Conseil présidentiel dominé par les PHTKistes, les affairistes et qui dès ses premiers balbutiements fait comprendre que le plus important c’est de s’assurer de privilèges et de sécuriser ses alliés de toujours. En effet, quel acte déjà posé par le CPT qui pourrait laisser comprendre qu’un vent nouveau va souffler sur notre «Ayiti cheri».

Une autre information, non des moindres, voulait faire croire que le Premier ministre a.i Michel Patrick Boisvert pourrait postuler pour devenir Premier ministre de la deuxième transition.

Une prime aux gabegies, à la dilapidation des deniers publics, aux combines de bas étages et à l’insolence. La preuve par neuf que «les ayant droit de ce pays» peuvent tout se permettre jusqu’aux massacres de masse et provoquer le déplacement de la population civile.

Haïti, République bananière ; Haïti pays sans sanctions morales ; Haïti pays sans justice sociale ; Haïti pays où l’appareil judiciaire est l’apanage des mafieux et des combines. Bref, Haïti un pays où le mot justice ne s’écrit ni au passé, ni au présent pour les humbles et les orphelins voire au futur.

En principe, toute cette équipe de pacotilles devrait être sous mesures conservatoires attendant leur sentence par la justice.

Voici que l’un des principaux artisans de nos malheurs durant ce trou noir de notre histoire – les 32 mois de gestion calamiteuse – veut reprendre les rênes du pouvoir pour venir nettoyer les …

Est-ce impertinent si celles et ceux qui nous observent de près ou de loin se demandent «Haïtiens êtes-vous sérieux ? Ou
Savez-vous ce que vous voulez ?»

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker