À la uneGangHaïtiInsécurité

Haïti-violence : au moins 2.000 familles adventistes déplacées

Les terroristes haïtiens continuent de semer la terreur dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince. Ils ont forcé des milliers de familles à quitter leur maison.

Haïti, depuis plusieurs mois, est sous la domination des groupes terroristes. Une grande partie de la capitale, Port-au-Prince, est contrôlée par les terroristes de «Viv Ansanm». Ces prétendus révolutionnaires ont incendié plusieurs centaines de résidences des gens de la masse habitant ces zones considérées perdues. Dans cette atmosphère de terreur, plus de 130 milles personnes ont laissé ces zones.

Parmi ce nombre, au moins 2.000 familles adventistes sont déplacées. Certaines d’entre elles ont directement abandonné la capitale, d’autres ont migré vers d’autres horizons plus ou moins calmes et écartés des quartiers à haut risque de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince. Suivant les données recueillies auprès des personnes de cette communauté, les résidences de plus de 300 familles ont été incendiées par ces criminels. En conséquence, elles ont été contraintes de se réfugier dans des abris temporaires.

Se prenant pour des maîtres et seigneurs, les terroristes, durant leurs opérations génocidaires, n’ont pas épargné les églises. Qu’il s’agisse d’églises catholiques, protestantes ou adventistes… En effet, plusieurs églises adventistes ont été durement touchées par les attaques terroristes. La coalition «Viv Ansanm» les a vandalisées à maintes reprises. C’est pourquoi, environ 55 églises adventistes, situées à Port-au-Prince et ses environs, ont dû fermer leurs portes.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker