À la uneHaïtiLe Premier Ministre

Garry Conille lance un ultimatum aux gangs armés

Le Premier ministre Garry Conille a lancé samedi 6 juillet un ultimatum aux gangs armés pour qu’ils déposent les armes. Cette position intervient alors que le chef de la coalition criminelle dénommée «Viv Ansanm» plaide ces derniers jours pour un dialogue national en vue d’un retour au calme dans le pays.

Le chef du CSPN veut durcir le ton face aux groupes criminels. Lors d’une conférence de presse à l’aéroport international Toussaint Louverture en vue de dresser le bilan de son voyage aux États-Unis, le Premier ministre a invité les gangs à déposer les armes dans un délai très limité.

«Les bandes armées disposent d’un délai très limité pour déposer les armes», a lancé Garry Conille d’un ton ferme, précisant que l’État «ne va pas attendre indéfiniment que les gangs déposent les armes».

Alors que le dialogue prôné par le leader du groupe terroriste «Viv Ansanm», Barbecue, suscite de vives réactions, le PM Conille a posé des conditions sine qua non avant même d’envisager une telle initiative. «Avant toute autre disposition, les gangs doivent d’abord déposer les armes et ensuite reconnaître l’autorité de l’État», a-t-il réaffirmé.

Par ailleurs, Dr. Conille a pendant cette conférence de presse présenté les priorités de son gouvernement en matière de sécurité, parmi lesquelles la récupération des territoires occupés par les bandes armées. «L’État haïtien reprendra le contrôle du territoire national maison par maison, quartier par quartier et ville par ville», a-t-il déclaré.

Le locataire de la Primature croit en outre qu’il est nécessaire de faciliter le retour des personnes déplacées à cause de la violence des gangs, de garantir la libre circulation des vies et des biens mais surtout d’accorder justice et réparation aux victimes des gangs armés.

Alors que les gangs continuent de commettre leurs forfaits, notamment à Gressier où ils ont assassiné plus d’une vingtaine de personnes dernièrement, le Premier ministre Conille a refusé de commenter sur la date de lancement des opérations contre les groupes armés notamment avec le support de plusieurs centaines de policiers kényans présents actuellement en Haïti.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker