Search Results for: Référendum

  • Le référendum reporté, “G9”, ses mains lâchées, perd les pédales ?

    (TripFoumi Enfo) – Dans l’impasse se trouve désormais le référendum de Jovenel Moïse. Ce projet, sur lequel ce dernier avait tant misé, est reporté par le Conseil Électoral Provisoire (CEP). La date pour sa tenue, n’est pas encore connue. Jimmy Chérizier alias Barbecue, chef de la fédération des gangs armés connue sous le nom de « G9 », avait fait ces déclarations, il y a quelques mois dans un message posté sur sa page facebook : réalisation du référendum ou guerre civile.

    Depuis le report du référendum, la relation harmonieuse entre le Palais National et la fédération des gangs se détériore, à ce qu’il paraît. Rien ne semble être rose entre ces deux alliés. Selon les informations dont dispose la Rédaction de TripFoumi Enfo, plusieurs unités de la Police Nationale d’Haïti ont abandonné leur léthargie en menant une offensive pour de bon, contre des indivdus armés regroupés au sein du gang « Krache Dife », membre du « G9 ».

    Au cours des affrontements, plusieurs éléments de ce gang, dirigé par un certain Manilo, seraient touchés par balles. Ce qui a suscité la colère chez Barbecue qui se considère comme un homme trahi par l’équipe au pouvoir. « Bonswa pèp Ayisyen, an politik pa gen zanmi etènèl, ni ènmi etènèl. Pi bon zanmi ka vin pi gwo ènmi w e pi gwo ènmi w ka vin pi bon zanmi w. G9 an fami e alye manyen youn, manyen tout », écrit l’homme de Delmas 6.

    À travers des notes vocales circulant sur les réseaux sociaux, notamment WhatAspp, les policiers n’entendent lâcher prise dans leur combat pas avant que la tête de la couleuvre soit coupée en mille morceaux. Le report du référendum de Jovenel Moïse serait la pomme de discorde entre l’équipe au pouvoir et ce regroupement de plusieurs gangs armés dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.

    Depuis un certain temps, il y aurait une sorte de défection au sein de « G9 » an Fanmi e Alye. Jimmy Chérizier n’incarnerait plus une figure d’autorité pour ses paires, si bien qu’il n’arrive pas à empêcher les affrontements entre les gangs de « Ti Bwa » et de « Gran Ravin ». Les jours de Barbecue sont-ils comptés? Force est d’attendre.

  • Jovenel Moïse contraint de supprimer son dernier tweet sur le référendum ?

    (TripFoumi Enfo) – S’étant accroché à la volonté de changer la constitution haïtienne par voie référendaire, personne ne saurait si Jovenel Moïse allait faire autant de pas en arrière en moins d’une journée.

    Après avoir posté sur son compte Twitter un message qui réitère son envie d’organiser le référendum pour changer la constitution du pays, Jovenel Moïse a rétracté, et a supprimé ce message qui ne conviendrait pas à ce qui a été débattu lors de sa rencontre avec la mission de l’Organisation des États Américains (OEA).

    Après sa rencontre avec les missionnaires de l’OEA, Jovenel Moïse avait twitté : »Je remercie la mission de l’OEA pour sa présence en Haïti, malgré la pandémie. J’en ai profité pour solliciter le support de l’Organisation dans le cadre de l’organisation des élections, notamment sur le plan sécuritaire. L’implication de l’OEA dans le processus sera capitale. »

    Interprétant son message, des gens pensent que Jovenel Moïse a mis de côté le référendum, puisque c’est l’une des rares fois qu’il arrive à parler d’élections sans aborder la question de référendum.

    Moins de deux jours plus tard, le truvien a posté : »Nan diskou 1er janvye 2021 an, mwen te di ane sa se ane referandòm, eleksyon ak enèji. Nou kenbe pwomès nou. 2zyèm teks konstitisyon an disponib. Mwen envite nou fè deba sou li. Korije sa k dwe korije ladann. Ann kontinye pale ak pèp la pou l ka konprann pi byen sa yon referandòm vle di. » Dans moins de 12h, ce message a été effacé.

    Jovenel Moïse contraint de supprimer son dernier tweet sur le référendum ?

    Pour plus d’un, Jovenel Moïse a été rappelé par les diplomates de l’OEA. Ce qui ferait croire que la page de la réalisation du référendum est déjà tournée, et le cap serait désormais mis sur l’organisation des élections. Un pari qui pourrait être ajourné lui aussi, considérant le climat. A-t-il été contraint de supprimer son tweet ? Est-il un chef indépendant?

  • Le Bâtonnier de Fort-Liberté dit non au référendum

    (TripFoumi Enfo) – Même le report à une date non encore connue du référendum de Jovenel Moïse n’arrive pas à faire taire des voix contre ce projet. Dans cette même perspective, le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Fort-Liberté, Evens Fils, s’érige contre les velléités de l’équipe en place de changer la constitution.

    L’homme de loi estime que l’équipe au pouvoir n’a aucune légitimité pour doter le pays d’une nouvelle constitution. » L’idée de réaliser un référendum n’est pas possible avec Jovenel Moïse comme Président de facto dans la mesure où l’article 284-3 interdit cela, argumente-t-il.

    D’ailleurs, avance-t-il, les gens qui s’apprêtent à changer la loi-mère ne l’ont jamais respectée dans le cadre de l’exercice de leur pouvoir. Ansi, il demande à la population haïtienne de faire tout ce qui est en son pouvoir pour contrecarrer ce projet.

    S’il est un fait connu, c’est que le référendum de Jovenel Moïse se trouve dans une impasse difficile et risque même de ne pas réaliser, tant des secteurs et de citoyens s’y sont opposés.

  • Une bonne partie du peuple haïtien ignore ce qu’est un référendum constitutionnel

    (TripFoumi Enfo) – Les problématiques relatives au référendum constitutionnel s’avèrent grandes. D’une part, le nouveau coronavirus ne cesse de faire de victimes sur le sol national, d’autre part, il y a les gangs armés qui tiennent en otage plusieurs quartiers de la capitale et qui pis est, une bonne partie du peuple haïtien ignore complètement ce qu’est un référendum constitutionnel.

    La définition de ladite notion est en effet : « Le processus dans lequel les citoyens d’une République démocratique votent par “ oui “ ou par “ non “ qu’une nouvelle constitution soit promulguée, ou que des modifications soient faites au texte constitutionnel en vigueur. »

    Néanmoins, quiconque aurait un téléphone mobile peut témoigner avoir vu les vidéos qui tournaient en boucle sur la toile où des personnes tentaient vainement de dire ce qu’est un référendum constitutionnel. C’est le cas de cette dame, apparemment dans la cinquantaine, qui l’avait défini de manière qui suit : « referandòm nan se yon bagay yo refere w. Yon sòt de referasyon ».

    De son côté, une autre dame à laquelle la même question était soumise semble n’avoir jamais entendu parler du concept. La notion lui apparaissait totalement étrange, si l’on se fie à son discours. C’est en ces termes qu’elle a retourné la question à son interrogateur : « fendòm ! Sak fendòm nan ? ».

    En tout état de cause, ces quidams ne sont pas les seuls à avoir ignoré la définition du mot. Ils sont des centaines, peut-être des milliers à avoir entendu pour la première fois le concept. C’est d’ailleurs une notion spéciale en droit constitutionnel, d’origine latine, que seuls ceux-là qui connaissent le domaine et les plus aptes sont tenus à metriser.

    Cependant, malgré tous ces problèmes, le gouvernement en place est convaincu que le référendum et les élections doivent inévitablement avoir lieu. Comme s’il s’agissait des plus grandes nécessités de l’heure. D’autant plus que l’on sait que les démarches, selon plus d’uns, sont à la fois inconstitutionnelles et illégales.

  • Report du référendum du 27 juin par le CEP

    (TripFoumi Enfo) – Prévu pour 27 juin prochain, le référendum de Jovenel Moïse est reporté pour une date non encore fixée. C’est dans un communiqué publié ce lundi 7 juin 2021 que le Conseil Électoral Provisoire (CEP) a annoncé avoir pris cette décision.

    « Le renouvellement de l’état d’urgence par l’Exécutif le 31 mai dernier, tenant compte des différentes rencontres avec la cellule Scientifique et le Ministère de la Santé Publique et de la Population, voilà la raison poussant le CEP a reporté la date de la tenue du référendum.
    « Cette décision est motivée par les difficultés pour le Conseil de rassembler et de former l’ensemble du personnel vacataire pour la réalisation du scrutin », lit-on dans ledit communiqué.

    Pour l’instant, aucune nouvelle date n’est fixée pour l’organisation du référendum. Toutefois, le CEP précise qu’un nouveau calendrier d’activités référendaires et électorales sera adopté et publié après les recommandations des autorités sanitaires et les avis techniques des cadres de l’institution électorale.

    Le Conseil Électoral Provisoire a, par ailleurs, réaffirmé sa détermination à accomplir sa mission en toute « indépendance », de manière « crédible », « honnête » et « transparente ».

  • Guyrlande Mésadieu, présidente du CEP confirme que la date du référendum est toujours maintenue

    (TripFoumi Enfo) – Vu la situation chaotique du pays durant ces derniers jours, plusieurs internautes et journalistes parlaient d’un éventuel ajournement de la date du référendum constitutionnel prévue pour le 27 juin de 2021. Contre tout attente, Guyrlande Mésadieu, présidente du Conceil Électoral Provisoire (CEP), confirme que la date est toujours maintenue.

    La présidente du Conseil Électoral Provisoire, Guyrlande Mésadieu dément les allégations selon lesquelles le référendum serait reporté. Aucune décision n’est encore prise à ce sujet, a fait savoir Mme Mésadieu.

    Par ailleurs, selon ce que rapporte l’agence VantBèf Info, qui précise avoir entré en contact avec la concernée, Mme Mésadieux martèle que le Conseil réfléchit pour un éventuel ajournement. Selon ses précisions, cette décision a rapport aux augmentations des cas de coronavirus ; aucune cause d’insécurité n’est de fait mentionnée.

    « Il serait plus intéressant pour les médias de nous contacter au conseil avant de diffuser de telles informations », a t-elle conclu.

  • Le Dr William Pape appelle au retrait du référendum

    (TripFoumi Enfo)- Le gouvernement veut aller jusqu’au bout en ce qui concerne l’organisation du référendum alors que les cas de Covid-19 augmentent. Pour éviter que la situation sanitaire s’empire, le docteur Wiliam Pape souhaite que l’exécutif fasse retrait de ce projet.

    Selon monsieur Pape, cette position qu’il exprime est apolitique. Il s’agit, ajoute t-il, d’une position médicale pure et personnelle, rapporte l’agence en ligne Juno 7.

    Le fondateur et directeur des centres du Groupe d’Etude Haïtien sur le Sarcome de Kaposi et les Infections Opportunistes (Gheskio) croit, aujourd’hui, qu’il est urgent que les acteurs politiques observent une petite pause et de se focaliser sur la Covid-19. Le Dr Pape estime que cette pandémie est un danger qui plane sur le pays.

    Plus loin, le professeur à l’université de Will Cornell Medical College de l’Université Cornell, aux États-Unis, pense que le pays a grand besoin d’une sérénité dans un moment où la question de l’organisation du référendum divise Haïti.

  • La possibilité de reporter le référendum du 27 juin évoquée

    (TripFoumi Enfo) – Il est possible que le référendum du 27 juin prochain soit renvoyé pour le 1er août 2021, selon ce que rapporte une source proche du CEP ce 4 juin 2021 à la Radio Télé Métronome. L’annulation de ce projet est aussi envisagée.

    Le référendum inconstitutionnel de Jovenel Moïse serait sur le point d’être reporté. À en croire la Radio Télé Métronome, rapportant les faits que lui confie une source proche du CEP, il est possible de le renvoyer pour le 1er août 2021. Aussi, il est envisagé d’annuler totalement ce projet controversé.

    «Le référendum du 27 juin serait reporté pour le 1er août 2021, selon ce qu’a confié une source proche du gouvernement et du CEP à Radio Métronome.», a écrit les responsables de la radio sur leur compte Twitter. Dans le même message, la starion indique que «Son annulation pure et simple n’est pas non plus écartée en vue de mettre le cap sur les élections, toujours d’après notre contact.».

    Le report ou l’annulation du référendum serait une victoire pour les opposants au pouvoir en place qui ont toujours critiqué cette volonté démesurée de Jovenel Moïse. Cependant, il reste à attendre une note officielle des autorités pour confirmer ou infirmer cette information.

  • Des dirigeants du “Mouvman Popilè Nò”, machettes en main, disent non au référendum

    (TripFoumi Enfo)- La chronique d’une guerre civile est déjà annoncée sur Haïti à l’occasion du déroulement du référendum prévu pour le 27 juin prochain. Après Me Jean Danton Léger et quelques citoyens de la commune de Léogane ont brandi leurs machettes pour dire non au référendum constitutionnel, des membres de la structure politique « Mouvman Popilè Nò » ont exposé les leurs, tout en lançant des propos hostiles pour dire non également à ce projet.

    Aux termes d’une conférence de presse déroulée ce jeudi 3 juin 2021 dans le département du Nord, des dirigeants du « Mouvman Popilè Nò » ont annoncé qu’ils sont prêts à faire échec au projet de référendum constitutionnel de Jovenel Moïse.

    Selon ce qu’a rapporté l’agence en ligne Gazette Haïti News, des militants ont scandé à la Dessalines : »Koupe tèt boule kay ». Ils ont exhibé également leurs machettes.

    En cette même occasion, ces militants politiques s’en sont pris aux membres du gouvernement en place comme le premier Ministre a.i Claude Joseph, Mathias Pierre, au Comité Consultatif, dirigé par l’ancien Président Boniface Alexandre, aux membres du Conseil Électoral Provisoire et à Jovenel Moïse.

    Des secteurs clés de la vie nationale ont déjà levé leurs voix contre ce projet, tandis que l’exécutif ne jure que par son organisation le 27 juin prochain.

  • Le référendum de Jovenel Moïse est budgétivore et impopulaire, selon l’IMED

    (TripFoumi Enfo) – Cette semaine, les réactions sur le prochain référendum de Jovenel Moïse pleuvent d’avantage. Après la Conférence Épiscopale et le Collectif 4 Décembre qui demandent au pouvoir d’arrêter le processus, c’est le tour de l’Institut Mobile d’Education Démocratique (IMED) de se prononcer.

    Selon la structure qui se spécialise dans la lutte pour le renforcement de la démocratie en Haïti, le projet de changer la constitution par Jovenel Moïse est doublement impossible. Car, soutient-elle dans un communiqué, il est à la fois budgetivore et impopulaire.

    Plus loin dans son communiqué de presse dont TripFoumi Enfo dispose d’une copie, l’IMED dit constater que le pouvoir a un acharnement d’enterrer la constitution du 29 mars 1987 par ce référendum, résultat d’un ensemble de combat du peuple haïtien.

    Les voix continuent de se soulever, Jovenel Moïse et son équipe continuent parallèlement d’avancer. Qui peut les empêcher d’aboutir à leur projet macabre? L’opposition ? L’international? ou le peuple haïtien lui même?

    Rysdaël Clébert Duvelsaint
    @⁨Senet Achill TFE ⁩ @⁨Theriel T⁩

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker