Search Results for: jovenel moise

  • Le problème de carburant prend le large, Jovenel Moïse en voyage officiel

    (TripFoumi Enfo) – Le problème de carburant persiste dans les pompes à essence. Les clients font la queue et se battent entre eux pour remplir leur récipient.

    Les voitures de transport en commun se font de plus en plus rares. Les prix de certains circuits sont déjà à la hausse. Cette pénurie est sur le point de déboucher sur un soulèvement, pareil à ceux d’avant, si aucune intervention n’est faite.

    Par ailleurs, Jovenel Moïse quitte le pays pour un voyage officiel. Accompagné de sa femme, il va en Turquie pour participer dans un sommet où l’on parlera de sécurité, énergie et investissements.

    À propos de la notion d’insécurité qui sera abordée, Jovenel Moïse laisse Haïti, pendant que des gangs armés s’affrontent, des milliers de gens délocalisés pour ne pas être victimes.

    Quant à l’énergie, il y a des mois, trois bateaux d’électricité allaient arriver en Haïti provenant de la Turquie, selon les promesses de Jovenel. Jusqu’à date, les citoyens pataugent dans le noir, malgré l’insécurité.

    De lourdes accusations de corruption pèsent sur le dos de l’équipe au pouvoir, dont celles faisant croire qu’elle serait de connivence avec des gangs armés, réduisent considérablement toute intention d’investissement des grands entrepreneurs internationaux.

    Enfin, n’étant pas dans le pays, et si le problème de carburant continue de persister, l’événement du 6 juillet 2018 pourrait être à nouveau vecu.

  • Port-de-Paix en colère contre les autorités haïtiennes dont Jovenel Moïse

    (TripFoumi Enfo) – À côté des critiques proférées par les autres villes à l’égard des citoyens de Port-de-Paix parce qu’ils ont couronné le couple Martine-Jovenel lors du carnaval de 2021, il y a une réalité très criante : la ville du général Capois meurt à petit feu.

    Face au fait que chaque goutte de pluie constitue une menace pour plusieurs quartiers dans la ville, des citoyens ont exprimé leur colère ce lundi 7 juin 2021. Ils ont barricadé la route nouvellement asphaltée, où s’est déroulé le défilé des chars carnavalesques.

    Devenant vulnérables, certaines zones confrontent des inondations depuis la construction de ce tronçon qui a une base supérieure à celle des maisons riveraines.

    Dénonçant le fait que le travail aurait été mal réalisé par les autorités, ils critiquent le gouvernement haïtien, Jovenel Moïse en particulier. Ils demandent également à ce que les travaux soient terminés, tenant compte des modifications qui doivent être apportés dans ceux déjà effectués.

  • Jovenel Moïse contraint de supprimer son dernier tweet sur le référendum ?

    (TripFoumi Enfo) – S’étant accroché à la volonté de changer la constitution haïtienne par voie référendaire, personne ne saurait si Jovenel Moïse allait faire autant de pas en arrière en moins d’une journée.

    Après avoir posté sur son compte Twitter un message qui réitère son envie d’organiser le référendum pour changer la constitution du pays, Jovenel Moïse a rétracté, et a supprimé ce message qui ne conviendrait pas à ce qui a été débattu lors de sa rencontre avec la mission de l’Organisation des États Américains (OEA).

    Après sa rencontre avec les missionnaires de l’OEA, Jovenel Moïse avait twitté : »Je remercie la mission de l’OEA pour sa présence en Haïti, malgré la pandémie. J’en ai profité pour solliciter le support de l’Organisation dans le cadre de l’organisation des élections, notamment sur le plan sécuritaire. L’implication de l’OEA dans le processus sera capitale. »

    Interprétant son message, des gens pensent que Jovenel Moïse a mis de côté le référendum, puisque c’est l’une des rares fois qu’il arrive à parler d’élections sans aborder la question de référendum.

    Moins de deux jours plus tard, le truvien a posté : »Nan diskou 1er janvye 2021 an, mwen te di ane sa se ane referandòm, eleksyon ak enèji. Nou kenbe pwomès nou. 2zyèm teks konstitisyon an disponib. Mwen envite nou fè deba sou li. Korije sa k dwe korije ladann. Ann kontinye pale ak pèp la pou l ka konprann pi byen sa yon referandòm vle di. » Dans moins de 12h, ce message a été effacé.

    Jovenel Moïse contraint de supprimer son dernier tweet sur le référendum ?

    Pour plus d’un, Jovenel Moïse a été rappelé par les diplomates de l’OEA. Ce qui ferait croire que la page de la réalisation du référendum est déjà tournée, et le cap serait désormais mis sur l’organisation des élections. Un pari qui pourrait être ajourné lui aussi, considérant le climat. A-t-il été contraint de supprimer son tweet ? Est-il un chef indépendant?

  • “N ap rive sou nou”, la menace au vent de Jovenel Moïse à l’égard des gangs armés

    (TripFoumi Enfo) – Nous sommes à pratiquement trois mois depuis les récentes menaces de Jovenel Moïse à l’égard des gangs armés de Grand-Ravine. Aucune action concrète n’a été envisagée. Cela devient plus dramatique, et le sang coule au quotidien.

    Depuis près d’une semaine, les combats entre les gangs armés paralysent l’entrée de la capitale. Martissant devient le centre d’une guerre sanglante entre Grand Ravin et Tibwa.

    Plus d’une cinquantaine de personnes blessées et une vingtaine décédées par balles, en essayant de fuir leur domicile, ou en essayant de traverser cette voie connectant Haïti et sa partie sud.

    Les autorités restent bouche bée devant cette situation. Ni Jovenel Moïse, qui se dit président ; ni le premier Ministre de facto, Claude Joseph; Ni le Ministre de facto de l’intérieur et des collectivités territoriales, Louis Edner Gonzague Day; ni le Directeur Général a.i de la Police Nationale d’Haïti, Léon Charles… aucun d’eux n’a encore la décence de réagir sur ce qui se passe actuellement à Martissant, où des vies sont parties en fumée, presque chaque minute.

    Au lieu d’être améliorée, la situation devient de plus en plus chaotique. « N ap rive sou nou », qui est la phrase phare de la grande promesse de Jovenel Moïse est sans effet.

  • Le référendum de Jovenel Moïse est budgétivore et impopulaire, selon l’IMED

    (TripFoumi Enfo) – Cette semaine, les réactions sur le prochain référendum de Jovenel Moïse pleuvent d’avantage. Après la Conférence Épiscopale et le Collectif 4 Décembre qui demandent au pouvoir d’arrêter le processus, c’est le tour de l’Institut Mobile d’Education Démocratique (IMED) de se prononcer.

    Selon la structure qui se spécialise dans la lutte pour le renforcement de la démocratie en Haïti, le projet de changer la constitution par Jovenel Moïse est doublement impossible. Car, soutient-elle dans un communiqué, il est à la fois budgetivore et impopulaire.

    Plus loin dans son communiqué de presse dont TripFoumi Enfo dispose d’une copie, l’IMED dit constater que le pouvoir a un acharnement d’enterrer la constitution du 29 mars 1987 par ce référendum, résultat d’un ensemble de combat du peuple haïtien.

    Les voix continuent de se soulever, Jovenel Moïse et son équipe continuent parallèlement d’avancer. Qui peut les empêcher d’aboutir à leur projet macabre? L’opposition ? L’international? ou le peuple haïtien lui même?

    Rysdaël Clébert Duvelsaint
    @⁨Senet Achill TFE ⁩ @⁨Theriel T⁩

  • Choléra ou Corona, Jovenel Moïse se trompe sur le nom de la pandémie de Covid-19

    (TripFoumi Enfo) – Surnommé « Nèg bannann nan » dans le temps, Jovenel Moïse encore devenu la risée des internautes, après avoir commis une erreur sur le nom de la maladie.

    Lors de sa prise de parole ce mardi 1er juin pour annoncer les dispositions de son gouvernement afin de pouvoir limiter la propagation du virus, Jovenel Moïse s’est trompé sur le nom de la maladie de la Covid-19.

    Au lieu de dire Corona, il a fait référence au choléra, invitant toutes les couches de la population à emboîter le pas afin de pouvoir mieux contrôler la pandémie.

    La séquence vidéo contenant l’erreur tourne en boucle sur les plateformes sociales. Les internautes ridiculisent Jovenel Moïse, le qualifiant de nombreux termes injurieux.

  • La région des Palmes, déjà à l’assaut contre le référendum de Jovenel Moïse ?

    (TripFoumi Enfo) – Lors d’une tournée dans la région des Palmes (Petit-Goâve, Grand-Goâve et Léogane), l’opposition politique y a déposé ses pièges de façon à faire échec au projet du référendum du Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK).

    Plusieurs organisations de l’opposition telles « Matris Liberasyon », « Nou Konsyan », Secteur Démocratique et Populaire n’entendent pas lâcher prise dans leur combat contre la prise en otage du pouvoir par Jovenel Moïse. C’est ainsi qu’elles se sont rendues dans la région des « Palmes » pour planifier les stratégies à utiliser par barrer la route à la tenue du référendum constitutionnel prévu pour le 27 juin prochain.

    Dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, on peut voir des citoyens brandir leur machette, une façon pour eux de dire qu’ils sont sur leurs gardes.

    Dans une note publiée ce samedi 29 mai, le Secteur Démocratique et Populaire (SDP) dit saluer la réussite de cette tournée. « On n’acceptera jamais en Haïti une constitution accordant à un Président l’impunité permanente et éternelle pour les actes commis dans l’exercice de ses fonctions », peut-on lire dans cette note.

    Elles sont nombreuses les voix qui s’élèvent contre ce projet qui, de l’avis des plus avisés, est illégal dans la mesure où il viole l’article 284-3 de la constitution de 1987. Jovenel Moïse, quant à lui, fait fi de toutes préoccupations en avançant dans sa démarche. À quoi peut-on s’attendre dans les jours à venir ?

  • “Non à l’imposture ! Non à la forfaiture!”, le cri d’Emmanuel Ménard contre Jovenel Moïse et son référendum

    (TripFoumi Enfo) – Tout le monde se demande qu’est ce qui se passe avec le Dr Emmanuel Ménard? Alors qu’il se disait disposé pour dialoguer avec le pouvoir afin de trouver une solution concertée à la crise haïtienne, aujourd’hui il s’attaque au pouvoir en criant non à la forfaiture et l’imposture dans un texte publié ce samedi 29 mai 2021.

    « La Force Louverturienne Réformiste prend acte de la volonté délibérée du «président de fait » Jovenel Moïse d’accomplir un attentat contre l’ordre social et politique haïtien en voulant, sans qualité ni légitimité, convoquer le peuple
    en comices référendaires ». Ainsi commence la note du parti signé par le Dr Emmanuel Ménard.

    Plus loin, la FLR dit prendre également acte « de la disponibilité aveugle de certains gredins nommés mais non assermentés à siéger illégalement comme juges au Collège d’un Conseil Électoral et à se faire complices de délits graves, ceux qui les exposent à la rigueur suprême de la loi ».

    Des critiques du Dr Emmanuel Ménard n’ont pas épargné les cinq membres du Conseil Consultatif Indépendant (CCI). « Le parti s’indigne face au comportement téméraire de ces cinq vils consultants présiden-
    tiels qui malheureusement s’entêtent à participer vulgairement à la rédaction d’une œuvre de la honte pour tenter d’imposer à la nation une nouvelle constitution », a-t-il ajouté.

    Face à tout cela, la Force Louverturienne Réformiste invite les haïtiens tant en Haïti que dans la diaspora à boycotter le processus référendaire et faire du 27 juin une date de réprobation nationale pour mettre fin au rêve, dit-il, chimérique de Jovenel Moïse.

    Face à la recrudescence des cas de coronavirus, le dirigeant du parti invite la population à respecter les mesures barrières et annonce que les locaux du bureau du parti resteront fermés jusqu’à nouvel ordre.

  • Le Parti Réveil d’Haïti s’oppose au référendum de Jovenel Moïse

    (TripFoumi Enfo) Des voix ne cessent de s’élever contre le projet de référendum de Jovenel Moïse. C’est le cas du Parti Réveil d’Haïti qui, à l’instar d’autres structures politiques de la vie nationale, s’y oppose.

    Selon le Président du parti Maurice Pierre, l’annulation du référendum constitue une nécessité de l’heure, car, selon lui, cela risque de troubler davantage la paix dans le pays.

    M. Pierre estime que Jovenel Moïse n’a ni autorité compétente ni légitimité pour doter Haïti d’une nouvelle constitution.

    Cependant, il admet qu’il s’agit d’une nécessité de changer la loi-mère de 1987, mais ce n’est pas avec Jovenel Moïse au pouvoir, taxé de corrompu.

    Il faut rappeler que plusieurs réunions autour du référendum ont été pertubées et stoppées par des des Haïtiens tant en ici qu’ailleurs.

  • “Version après version, la constitution de Jovenel Moïse reste la même “, selon Georges Michel

    (TripFoumi Enfo) – Si le Comité Consultatif Indépendant (CCI) qui travaille sur le projet de la nouvelle constitution soutient que chaque version publiée de ce document est un relevé des recommandations dans les assises avec les différents secteurs, l’historien Georges Michel dément cette information et déclare que les grandes lignes des deux textes restent les mêmes tant en substance qu’en finalité.

    Selon l’historien Georges Michel, qui est d’ailleurs l’une des personnes ayant travaillé sur les constitutions en Haïti, la constitution de Jovenel Moïse veut asseoir huit (8) réalités, malheureusement très dangereuses pour le pays.

    Il s’agit entre autres de:

    1- Supprimer le Sénat de la République comme sous la dictature de Duvalier en 1961;

    2- Supprimer le poste de Premier Ministre et de la responsabilité gouvernementale devant le Parlement;

    3- Destruction des institutions républicaines péniblement mises en place pendant ces 35 dernières années;

    4- Perte (liquidation) systématique de tous les acquis démocratiques de 1986;

    5- Élimination des mécanismes de contre-pouvoir, de partage de pouvoir et des responsabilités;

    6- Instauration d’un président-dictateur concentrant entre ses mains tous les pouvoirs;

    7- Pertes des avantages démocratiques des élections à deux tours;

    8- révision constitutionnelle très facile et possible à tout moment.

    Ce sont les huit dangers qui planent sur le pays par l’adoption de la constitution de Jovenel Moïse. Face à ce levée de boucliers, le référendum sera-t-il réellement possible?

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker