Search Results for: election

  • L’ailier croate, Ivan Perisic positif à la Covid-19 et forfait pour le huitième de finale

    (TripFoumi Enfo) – La Croatie enregistre une absence de poids à la veille du choc contre l’Espagne en huitième de finale de l’Euro. Son ailier gauche, Ivan Perisic a été testé positif à la Covid-19, samedi, et est contraint de respecter une période d’isolement de dix jours.

    Mauvaise nouvelle pour la Croatie qui devra faire sans l’un de ses tous meilleurs éléments contre l’Espagne lundi. Ivan Perisic est le meilleur buteur de l’équipe jusqu’à présent (2 buts en 3 matchs).

    L’Euro est probablement terminé pour l’ailier de l’Inter Milan puisque la fédération croate précise dans un communiqué que « Perisic va observer une période d’isolement de 10 jours et ne participera pas aux matchs de la sélection nationale pendant cette période ».

    Il manquera non seulement les huitièmes de finale mais aussi les quarts de finale et les demi-finales, si la Croatie se qualifie. Un véritable coup dur pour la Croatie car Perisic est l’un des joueurs-clés avec le capitaine Luka Modric.

    Noter que, tous les autres joueurs et membres de l’encadrement ont été testés négatifs, selon la fédération.

  • Une éducation à la paix, pourquoi? comment? le rôle de l’école

    L’année 2000 a été déclarée, année de la culture de la paix par la communauté internationale, lors de sa 53ème assemblée générale en juillet 1999, une façon d’amener les hommes à en ce début de millénaire de privilégier le dialogue dans la résolution des conflits, de développer des capacités à apprécier les différences et à entreprendre des actions constructives avec autrui pour asseoir durablement la paix, le développement économique et social dans le monde.

    L’école en tant qu’institution fondamentale de la société ne saurait se mettre à l’écart d’une telle réflexion, parce qu’elle subit les contrecoups de cette violence structurelle et qu’elle est un formidable laboratoire pour changer, donner et produits les idées nouvelles. En outre la loi d’orientation de l’éducation nationale 91-22 du 16 février 1991 en son article I, alinéa 2 exprime cette éducation à la paix. » L’éducation nationale tend à promouvoir les valeurs dans lesquelles la nation se reconnaît, elle est éducation pour la liberté, la démocratie pluraliste, le respect des droits de l’homme, développant le sens moral et civique de ceux qu’elle forme, elle vise à en faire des hommes et des femmes dévoués au bien commun, respectueux des lois et règles de la vie sociale et œuvrant à les améliorer dans le sens de la justice, de l’équité et du respect mutuel. «
    Dans mes propos nous nous interrogeons d’abord sur la notion de paix ensuite nous examinons la nécessité de l’éducation à la paix, son contenu, les approches et le dispositif à mettre en place à l’école pour la promotion d’une culture de paix.

    A) Qu’est-ce que la paix et pourquoi une éducation à la paix?
    D’abord si l’on examine les représentations que les uns et les autres ont de la paix, l’on se rend compte que le concept recouvre des significations variées:

    Nous savons tous que pour le nourrisson, c’est l’affection, la sécurité ; chez l’enfant, c’est la joie, la découverte ; chez l’adolescent, la paix se traduit par la confiance, l’entente, un contrat avec la nature ; chez l’adulte, la paix se situe dans un emploi stable, au foyer, dans ses loisirs ; chez les personnes
    Agées, la paix devient un sentiment affectif, un sentiment de sécurité.
    Cependant, il convient de noter que ces différentes représentations de la paix illustrent une dimension de la paix c’est-à-dire la paix intérieure, un état d’esprit résultant d’une harmonie personnelle.
    D’autres conception de la paix évoquent les rapports avec les autres ( la paix sociale), entre états ; à cet égard on peut dire que la paix c’est les rapports entre personnes qui ne sont pas en conflits, rapports calmes entre deux personnes.

    Le petit robert nous dit : » C’est la situation d’une nation , d’un état qui n’est pas en guerre, ce sont des rapports calmes entre nations, c’est la concorde «

    La paix est donc polysémique, c’est l’entente, la sécurité, l’harmonie avec la nature.

    La paix est en même temps un état d’esprit intérieur résultant d’une harmonie personnelle, un état d’harmonie sociale résultant d’une aptitude à la solution pacifique des conflits, une harmonie avec la nature.
    L’on peut multiplier les définitions mais ce qu’il faut retenir c’et que la paix n’est pas seulement l’absence de conflits, ce n’est pas non plus le court intervalle qui sépare deux guerres comme le pensait Hugo de Groots car que dire cette violence structurelle, sournoise qui sévit chez les pauvres(faim, maladies , analphabétisme, injustice, destruction de l’environnement, par la faute d’un système inique etc..)et comme l’ont reconnu les rédacteurs de la charte des nations unies, le pire ennemi da la paix , c’est l’injustice.

    La paix , ce n’est pas seulement le désarmement, car s’arrêter de s’armer ne conduit pas nécessairement à la paix et cela pose encore le droit de chaque peuple à se défendre ; donc la paix, c’est plus que l’absence de guerre, de conflits, d’opposition, ce qui est une utopie car les conflits intra personnels et interpersonnels existeront toujours.
    La paix doit être positive, basée sur le respect des droits de l’homme(justice, égalité, dignité etc..) C’est une relation entre individus, groupes d’états ou systèmes dans lesquels les conflits sont réglés sans violence.
    Malheureusement aujourd’hui, la paix est menacée d’une manière sans précédent et cela pose la nécessité d’une éducation à la paix.

    Aujourd’hui, des conflits et des tensions existent dans chaque région du monde ,nous assistons aussi à une prolifération des armes, à une violence institutionnelle qui est le résultat de la pauvreté, des inégalités sociales se caractérisent par la faim , l ‘analphabétisme ; cette violence est caractéristique de l’état d’injustice et d’oppression qui sévit dans plusieurs états en développement et peut engendrer une autre violence que d’aucuns qualifient de juste d’autant que la résistance à l’oppression est un droit(préambule de la DUDH). C’est d’ailleurs cet état de pauvreté qui a fait dire au Pape Paul VI dans son encyclique du 26 mars 1967 que » le développement est le nouveau nom de la paix « . Il faut citer aussi les violences psychologiques(discrimination, racisme, intolérance religieuse, injures , harcèlement sexuel etc..) ; aujourd’hui l’environnement se dégrade par la faute d’un développement anarchique, insouciant de l’avenir des générations futures. ; on assiste à un appauvrissement de la diversité biologique terrestre et marine, à l’avancée du désert, à la déforestation massive à une pollution atmosphérique sans précédent engendrant le réchauffement de la terre et la disparition de la couche d’ozone avec ses conséquences sur l’homme et son milieu.

    Bref tout cela entraîne la rupture de l’équilibre entre l’homme et la nature et justement l’histoire nous rappelle que les causes des conflits peuvent résider dans la nature( volonté de domination des terres fertiles, les réfugiés écologiques dans les années 1980).

    L’ école n’est pas en reste, elle subit les contrecoups de cette violence structurelle car c’est une institution de la société et épouse ses contours, reproduit ses inégalités, ses conflits de valeurs, elle exclut aussi : injures , menaces , vandalisme, conflits entre élèves et enseignants, entre élèves et membres de l’administration ; elle transmet sans critique les héritages de discrimination , elle se contente d’adapter les jeunes au monde tel qu’il est, peu démocratique; elle opère une sélection qui élimine une catégorie d’enfants et favorise l’élitisme au lieu d’aider à gommer sinon à réduire les inégalités sociales, l’école les accepte et même les renforce surtout aujourd’hui avec la crise économique(taxes d’écolage, cherté des fournitures scolaires etc…). L’éducation à la paix apparaît donc comme une nécessité à l’école car comme le faisait remarquer Jacques Mühlethaler, le fondateur de l’EIP( Association mondiale pour l’école instrument de paix), l’éducation telle qu’elle est dispensée aujourd’hui a pour effet de diviser les hommes au lieu de les unir, l’accent est surtout mis sur la compétition, la performance et l’élitisme tend à glorifier l’individualisme au détriment de la coopération et la solidarité ; c’est pourquoi la devise de l’EIP » désarmer l’esprit pour désarmer la main » reflète bien le rôle que doit jouer l’école pour assurer une éducation à la paix.. En effet l’école autant elle conserve la culture, autant si elle veut être démocratique doit proposer aux enfants ce qu’il y’a de mieux dans la société contemporaine, elle doit avoir une longueur d’avance sur la société, elle est à la fois un conservatoire pour les cultures et un laboratoire c’est à dire un terrain d’essai des progrès de la démocratie, du respect des droits de l’homme, c’est un terreau propice à l’expérimentation de nouvelles idées, à ce titre elle peut jouer un rôle de premier plan dans l’éducation à la paix.

    B) L’éducation à la paix, le rôle de l’école.
    A la lumière des éléments avancés , l’on peut dire que l’éducation à la paix a pour but de développer le sens des valeurs universelles et les types de comportements qui s’inspirent et fondent la paix. Plus simplement nous dirons qu’elle a pour objectif d’amener les enfants à se connaître d’abord, à s’apprécier, à comprendre et à envisager avec sympathie les notions de justice, d’égalité, de liberté, de tolérance, de démocratie et de leur donner envie d’œuvrer pour un monde plus humain, plus solidaire. A ce titre, elle doit développer des capacités pour apprécier les valeurs universelles que véhiculent les droits de l’homme(liberté, justice, égalité, tolérance etc…) et agir pour leur respect..

    Elle doit développer les capacités suivantes :

    • Des capacités pour reconnaître et accepter les valeurs requises pour la vie en commun, et apprécier les autres cultures.
    • Des capacités de communiquer , de dialoguer, de partager, de coopérer, à travailler en groupe.
    • Des capacités à mettre en œuvre son esprit critique, à s’ouvrir au changement, de modifier son jugement
    • Des capacités de participer à l’élaboration des règles de vie, à les respecter à l’école
    • Des capacités de comprendre la nature des conflits, les causes et les causes de la violence et de résoudre les conflits de façon constructive…

    La Recommandation de l’UNESCO de 1974 sur l’éducation pour la compréhension, la coopération et la paix internationales et l’éducation relative aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales d’ailleurs, est on ne peut plus explicite à ce sujet puisqu’elle énonce les principes directeurs de cette éducation.
    L’éducation à la paix est un ensemble de connaissances, de valeurs, d’attitudes et d’aptitudes permettant de vivre en harmonie avec sois -même , avec les autres et avec la nature.
    A l’école c’est une façon de vivre les relations avec ses pairs, une façon de régler les conflits, d’exercer l’autorité, et de réagir contre l’injustice.

    Quel contenu associer aux compétences citées ci dessus et quelles approches ? plusieurs disciplines permettent de développer ces compétences, nous citeront, la psychologie, la sociologie, la philosophie, la polémologie dont le fondateur Gaston Bouthoul disait pour contrer la guerre » si tu veux la paix , connais la guerre » ; l’histoire, la géographie, l’économie, l’éducation civique et morale etc…

    L’interdisciplinarité et la transdisciplinarité permettent une acquisition de ces compétences d’autant que l’éducation à la paix est globale ; on peut utiliser aussi l’approche culturelle avec les proverbes et dictons, la palabre, les techniques de résolution non violente des conflits ; mais plus que la discipline c’est la façon d’enseigner qui compte car elle est porteuse d’habiletés sociales. Il faut remarquer que plusieurs cours transversaux existent et peuvent développer la culture de la paix qui est un ensemble d’attitudes et de comportements individuels et collectifs qui inspirent et fondent la paix :

    • L’éducation interculturelle : Elle vise à l’affirmation des cultures mais aussi et surtout à établir des liens entre les cultures à développer la tolérance active.
    • L’éducation pour le développement : Elle vise le développement d’un civisme global, à amener les enfants à œuvrer pour la construction de leur avenir ; elle est globale et comprend, les droits de l’homme, la résolution non violente des conflits, l’éducation environnementale.
    • L’éducation environnementale : Elle vise à développer des capacités pour comprendre l’environnement, les interrelations entre les éléments constitutifs et à agir pour sauvegarder cet équilibre.
    • L’éducation à la démocratie : Elle vise l’acquisition de compétences pour le dialogue, la négociation et la résolution non violente de conflits.
      L’éducation à vocation internationale : C’est l’éducation pour la compréhension , la coopération et la paix internationales et l’éducation relative aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales.
    • L’éducation à la citoyenneté : Elle vise à développer des capacités pour reconnaître et apprécier les valeurs requises pour la vie en commun, à opérer un choix et à agir dans ce respect.
      L’éducation à la paix vient donc instrumenter l’individu pour lui permettre de vivre en harmonie avec lui-même, avec la société et avec la nature. C’est un processus et un état résultant de la pratique d’une citoyenneté démocratique et pluraliste inspirée des droits humains et orientée vers un développement durable.
      Pour jacques Mûhlhethaler, le fondateur de l’Association Mondiale pour l’école instrument de paix, l’école doit jouer un rôle fondamental :
    • Elle doit être au service de l’humanité
    • Elle doit ouvrir à tous les enfants le chemin de la compréhension
    • Elle doit apprendrez le respect de la vie et des êtres humains
    • Elle doit enseigner la tolérance et doit développer chez l’enfant le sens de la responsabilité
    • Elle doit apprendre à l’enfant à vaincre son égoïsme Ce rôle fondamental de l’école dans la construction de la paix est d’ailleurs précisé de façon explicite dans le préambule de l’UNESCO » la guerre prenant naissance dans l’esprit des hommes , c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. » Cette devise est un guide, qui doivent inspirer l’école pour une véritable éducation à la paix qui passe par l’exercice de la citoyenneté à l’école. ; et pour ce faire l’école doit socialiser au sens large du terme, en luttant contre les discriminations, en intégrant (école intégratrice) ; l’on doit y apprendre à vivre ensemble dans le respect des règles communes et dans le souci de promouvoir les valeurs de justice, de tolérance, de solidarité, les vertus du dialogue, l’exemplarité(l’action).
    • S’il est clair qu’on ne peut enseigner la démocratie que dans un cadre démocratique, que les droits humains ne peuvent s’épanouir que dans un état de droit, il est important que l’organisation scolaire(qui comprend les activités d’enseignement, la vie associative, le rôle des parents, les projets initiés par les élèves, les ressource, la bonne marche de l’établissement au plan administratif, social et éducatif) et le curriculum qui désigne l’ensemble des composantes de la vie scolaire en général notamment (les textes prescriptifs comme le régime pédagogique, les circulaires, les programmes d’étude, les matériels pédagogiques, les activités parascolaires, les tests d’évaluation formative et sommative, la réglementation scolaire, le projet éducatif de l’école) soient imprégnés des principes de droits de l’homme . Les droits de l’homme doivent se vivre en classe et dans les autres structures de l’école comme les associations, les clubs et l’organisation scolaire doit permettre de vivre les valeurs apprises, donc de lier la pratique à la théorie. L’organisation scolaire doit être centrée sur l’enfant, branchée sur la réalité du quotidien, et fondée sur la collaboration et la coopération.
      En Haïti, il faudra re dynamiser toute les structures qui existent déjà et en créer d’autres pour favoriser la participation des élèves et permettre la mise en pratique de certains principes démocratiques.

    En particulier l’école doit :

    • Doit s’inscrire d’abord dans un projet qui énonce les grandes valeurs à promouvoir et le cadre de vie qu’elle voudrait créer .
    • L’école doit élaborer une charte avec toutes les composantes de la communauté scolaire, fondée sur les droits de la personne et qui énonce des règles claires et des comportements souhaitées mais aussi des réparations comme conséquences aux manquements à une règle.
      -Le foyer socio-éducatif ou association étudiante avec ses assemblées, des clubs qui doivent permettre la libre expression des élèves. Outre les conférences, les activités récréatives , il doit constituer en son sein un comité de médiation pour résoudre les conflits.
    • Le conseil d’élèves : composé de délégués d’élèves dans un établissement, devrait pouvoir se réunir régulièrement et se prononcer sur les grandes questions liées à la bonne marche de l’établissement.
    • La coopérative scolaire : doit jouer véritablement son rôle d’initiation des élèves des écoles primaires à l’exercice de la démocratie et à la citoyenneté en vue de la réalisation du projet d’école.
    • l’ assemblée de classe ou le conseil de coopération : C’est la réunion de tous les enfants de la classe qui avec le maître , ensemble et en cercle, gèrent la vie en classe ; ce qui va bien , ce qui ne va bien, par exemple, l’organisation de la vie en classe, du travail, des responsabilités, des jeux, des relations interpersonnelles, les projets ; en somme elle tente de résoudre certains problèmes et prend des décisions pour la classe. C’est un lieu de gestion où l’on apprend entre autre à comprendre, à prévoir, à planifier, à décider, à organiser, à apporter des solutions, à évaluer, c’est un lieu où chaque enfant à sa place, où il est reconnu avec ses forces et ses faiblesse et accepté avec sa personnalité ; un lieu ou l’on accorde autant d’importance au groupe qu’à l’individu., c’et un moment d’apprentissage de l’acceptation des différences, de la compréhension , les enfants constatent rapidement qu’il y’a des droits collectifs et des droits individuels mais ils apprennent aussi que ces droits impliquent des responsabilités.
      L’école doit permettre aux élèves de vivre les valeurs énoncées plus haut ,notamment par :
    • l’exemplarité, c’est à dire mettre en pratique les idées que l’on prône , cela suppose que la communauté scolaire est en mesure de favoriser les expériences nouvelles.
      -le dialogue , la concertation, la négociation dans la résolution des conflits : l’école doit être un espace de dialogue entre les membres de la communauté scolaire, enseignants, membres de l’administration, élèves ; faire de la concertation une règle dans toutes les structures de l’école, et en faire des lieux de parole. A ce niveau l’on peut s’inspirer de certaines valeurs éthiques Africaines et de certaines pratiques comme les règles relatives aux conflits, la tolérance religieuse, les décisions par consensus avec la palabre etc..
    • la participation, qui se situe à plusieurs niveaux :
    • Aux activités de classe : ici il faudrait développer la pédagogie de l’expression, accorder la parole aux élèves, pendant les cours et lors des séances du Conseil de coopération, l’ enseignant doit instaurer un vrai dialogue, s’intéresser à chacun d’eux en leur témoignant une considération positive inconditionnelle, les entraîner à la réflexion, à l’autonomie , les inciter à découvrir par eux-mêmes, à s’approprier les connaissances, et à coopérer ; dans ce contexte l’enseignant devient un facilitateur d’échanges et comme le disait Galilée » On ne peut enseigner une chose quelconque à quelqu’un, on doit seulement l’aider à la découvrir » ; en définitive , l’enseignant comme l’enseigné, chacun s’implique dans le processus éducatif et comme le dit Paulo Freire dans pédagogie des opprimés » l’éducateur n’est plus celui qui simplement éduque, mais celui qui en même temps qu’il éduque est éduqué dans le dialogue avec l’élève ; ce dernier en même temps qu’il est éduqué est aussi un éducateur, tous deux deviennent des sujets dans le processus en ce sens qu’ils progressent ensemble «
    • À la vie de l’école : les élèves comme dans une petite cité doivent participer à l’élaboration de la charte de l’école , des règles de vie, à participer activement aux activités du foyer socio-éducatif , à la coopérative scolaire, à prendre la parole dans les réunions mais aussi à prendre une part active dans l’organisation d’activités extrascolaires.
    • à la vie de la communauté : l’école doit développer des projets d’entraide en faveur des plus démunis dans son environnement proche, protection de l’environnement, projets interculturels etc.. En d’autres termes, l’école doit s’ouvrir à la vie, mais aussi aller vers elle, s’intéresser aux problèmes de la communauté.

    L’école doit lutter contre l’exclusion : Elle doit être plus intégratrice et accueillir les enfants de la rue, les enfants travailleurs, les petites bonnes, les handicapés et mettre ainsi en œuvre l’idée chère à Jacques Mûhlhethaler et à l’UNESCO d’ » une seule école pour tous « , énoncée depuis la conférence de Salamanque(Espagne) en 1994.
    L’école doit lutter contre l’élitisme, la compétition en mettant en ouvre une véritable pédagogie différenciée, en changeant de mode d’évaluation ; pour cela un véritable engagement de la communauté scolaire est exigée, mais aussi une volonté politique.

    CONCLUSION :
    L’école, parce qu’elle est un des lieu privilégié de formation des futurs citoyens, le vecteur des nouvelles valeurs, mais surtout parce qu’elle n’est pas non plus épargnée par la vague de violence qui sévit dans la société, elle doit éduquer à la paix. Pour cela elle doit s’inscrire dans un véritable projet d’éducation à la citoyenneté, s’appuyant sur le dialogue, la concertation, la participation, la coopération, et lutter contre l’exclusion.


  • Un nouveau gardien rejoint les Grenadiers !

    (TripFoumi Enfo) – Le gardien de but, Brian Sylvestre a rejoint jeudi soir le camp de la sélection d’Haïti en Floride dans le but de préparer les barrages de la Gold Cup qui se tiendront la semaine prochaine.

    Sélectionné dans la pré-liste de 60 joueurs, Brian Sylvestre (28 ans) a bénéficié de la grâce de Jean-Jacques Pierre pour intégrer le groupe pour les barrages en raison d’une situation d’administrative grave des dirigeants de la FHF qui n’ont pas réglé les documents de demande de visa pour Allan Jérôme, jeune portier du Don Bosco.

    Au niveau des gardiens, outre Josué Duverger et Andy Bordenave qui sont déjà sur place, Jean Jacques Pierre et son staff technique vont pouvoir compter sur Brian Sylvestre. Celui-ci qui avait boudé les différents appels des Grenadiers dans le passé.

    Le joueur qui évolue au sein de Miami FC, une équipe de l’USL Championship aux Etats-Unis, a subi avec les autres 17 joueurs présents le premier des trois tests PCR exigés par la Concacaf avant le 1er juillet.

  • La suppression du sénat pourrait engendrer plus d’instabilité, croit Kédlaire Augustin

    (TripFoumi Enfo) – Le premier point de désaccord entre Jovenel Moïse et Kedlaire Augustin repose sur le sénat de la République.

    Le sénateur du département du Nord-ouest, Kedlaire Augustin, s’exprime contre la suppression du sénat dans le projet de constitution de Jovenel Moïse. C’est le premier point de désaccord entre l’occupant du palais national et le vice-président du sénat. Selon l’élu du PHTK, cela pourrait engendrer plus d’instabilité dans le pays.

    « Je crois que les critiques contre le parlement sont vraies […] Le parlement est effectivement contreproductif. Je reconnais qu’il y a beaucoup de faiblesses au niveau de l’institution. Est-ce vraiment une raison pour l’anéantir ? », se questionne le vice-président du sénat. « Poukisa tout enstitisyon ki gen pwoblèm, refleks nou se kraze l? », a-t-il ajouté.

    Prenant des ministères comme exemples, Kedlaire Augustin demande si toutes les institutions qui ne sont pas effectives en matière de services rendus seront également supprimées.

    Après prolongement du mandat de la commission consultative travaillant sur la nouvelle constitution, Jovenel Moïse entend faire des concessions pour pouvoir réaliser son référendum et des élections générales avant la fin de l’année. Va-t-il réinsérer le sénat dans le projet de constitution ?

  • Buffon, 43 ans, rêve de jouer la Coupe du monde 2022 avec l’Italie

    (TripFoumi Enfo) – Buffon a rejoint son club formateur, Parme comme nouveau renfort. Présenté mardi 22 juin dernier, l’homme de 43 ans explique pourquoi son retour au club et révèle son rêve de participer au Mondial 2022.

    Gianiluigi Buffon, 43 ans, a rejoint son club où il a été formé cette saison en Serie B. Dans une interview accordée à Sky Sport Italia, le portier mythique de la selection italienne de football a justifié son choix. « j’ai refusé la Ligue des champions pour Parme. J’ai eu deux offres où il y avait la possibilité de gagner la Ligue des Champions mais pas en tant que titulaire et ça ne me plaisait pas », exlique l’ancien joueur du Paris.

    « C’est vrai que je suis revenu à la Juventus en tant que remplaçant, mais c’était en raison de mes liens avec le club et de la grande relation amicale que j’avais avec tout le monde. Je n’avais pas envie de rester dans ce rôle pendant deux ans de plus », poursuit-il.

    L’ancien champion du monde de 2006 rappelle l’importance de Parme dans le championnat d’Italie. « Les gens l’oublient, mais Parme est le quatrième club le plus titré d’Italie. Le présent est compliqué, mais il y a un passé glorieux et un avenir encore brillant devant nous », dit-il.

    L’international italien rêve de participer à une autre coupe du monde. « Ce serait formidable, mais ce que je veux vraiment, c’est arriver en 2022 en bonne forme », déclare celui qui a déjà disputé 5 coupes du monde avec l’Italie.

  • Haïti sans Johny Placide pour les barrages de Gold Cup

    (TripFoumi Enfo) – Déjà une semaine s’est écoulée depuis l’élimination au 2e tour des Grenadiers aux éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022, maintenant cap sur la Gold Cup où les coéquipiers de Duckens Nazon auront à passer deux phases de barrages, début juillet. Ainsi, le sélectionneur, Jean-Jacques Pierre a publié une liste de 30 joueurs pour ces matchs sans la présence de Johny Placide.

    Un groupe qui sera réduit encore une fois à l’approche des matchs car Jean-Jacques Pierre avait déjà sorti une pré-liste de 60 joueurs il y a quelques jours dans laquelle Johny Placide était bien présent. Mais pour ces 30 éléments, la grande surprise, reste l’absence de ce dernier. En effet, le capitaine des Grenadiers a donné la priorité à son nouveau club, SC Bastia où il entame déjà la préparation pour la nouvelle saison de la Ligue 2.

    Cependant Wilde-Donald Guerrier revient. L’ailier de l’Appolon Limassol met fin à son grève et semble décider de reprendre en sélection après avoir boudé les deux derniers matchs pour motif de non-paiement de primes.

    Haïti jouera contre les Saint-Vincent-et-les-Grenadines le 2 juillet et en cas de qualification, elle affrontera le vainqueur du duel Barbade-Bermudes pour se qualifier pour la phase finale de la Gold Cup 2021.

    Gardiens (4): Josué Duverger (Vitoria Setubal, Portugal), Alan Jérôme (Don Bosco), Isaac Rouaud (J3 Amilly, France), Andy Bordenave (Real Hope FA).

    Défenseurs (9): Carlens Arcus (AJ Auxerre, France), Stéphane Lambèse (US Orléans, France), Ricardo Adé (Mushuc Runa, Équateur), Jems Geffrard (HFX Wanderers FC, Canada), Mechack Jérôme (EL Paso Locomotive FC, USA), Martin Expérience (US Avranches, France), André Dulysse (UCF Knights, USA), Kevin Lafrance (AEL Limassol, Chypre), Alex Christian Jr (Atyrau, Kazakhstan).

    Milieux (8): Bryan Alceus (Gaz Métan Médias, Roumanie), Bicou Bissainthe (Real Hope FA), Dutherson Clerveaux (Cavaly), Steeven Saba (Violette), Zachary Herivaux (Birmingham Legion, USA), Roberto Baggio Louima (Violette), Leverton Pierre (USL Dunkerque, France), Elyvens Dejean (Don Bosco FC).

    Attaquants (9): Wilde-Donald Guerrier (Appolon Limassol, Chypre), Carnejy Antoine (US Orleans, France), Hervé Bazile (Le Havre, France), Ronaldo Damus (Orange County SC, USA), Gamael Dorvil (Cavaly), Derrick Etienne Jr (Columbus Crew, USA), Don Deedson Louicius (Hobro IK, Danemark), Duckens Nazon (sans club), Frantzdy Pierrot (EA Guingamp, France).

  • Gennaro Gattuso claque déjà la porte de la Fiorentina

    (TripFoumi Enfo) – Avec Gennaro Gattuso tout peut aller très vite, en trois semaines il a fait un triple revirement. Il a quitté Napoli pour être nommé sur le banc de la Fiorentina et maintenant c’est à la Viola qu’il claque déjà la porte.

    Réputé pour son fort caractère, Gattuso n’est pas encore prêt à céder, le technicien italien, qui avait été nommé le 25 mai dernier à la tête de la Florentina, quelques heures à peine après l’annonce de son départ du Napoli, a décidé maintenant de laisser le club de la ville de Florence.

    « L’ACF Fiorentina et Monsieur Rino Gattuso, d’un commun accord, ont décidé de ne pas donner suite aux accords précédents et donc de ne pas entamer la prochaine saison ensemble. Le Club s’est immédiatement mis au travail pour identifier un entraîneur qui guidera l’équipe de la Viola vers les résultats que méritent la Fiorentina et la Ville de Florence, » a écrit la Fiorentina.

    Selon la presse italienne il y auait eu des différends entre les dirigeants du club florentin et Gattuso sur le recrutement à mener cet été car l’ancien numéro 8 de la sélection d’Italie est représenté par Jorge Mendes et ce dernier voulait placer certains de ses joueurs à la Fio ce que les dirigeants de la Viola ont refusé.

    Les deux parties n’ont pas accepté de revenir sur leur position et le départ de Gattuso a donc été acté. Pour remplacer « Ringhio », les noms de Claudio Ranieri, Walter Mazzarri, Rudi Garcia et d’Andrea Pirlo ont déjà été cités.

  • Josué Duverger : « J’ai appris de mes erreurs »

    (TripFoumi Enfo) – Le nom de Josué Duverger est devenu la risée du web depuis mardi soir suite à sa boulette contre le Canada qui a conduit au premier but encaissé par les Grenadiers, de nombreuses critiques lui tombent dessus à l’issue de l’élimination de l’équipe haïtienne, eh bien la doublure de Johny Placide a réagi ce jeudi.

    Sur une passe en retrait anodine de Kevin Lafrance, Josué Duverger qui ne faisait que sa 3e sélection, dont la première comme titulaire, a raté son contrôle puis son dégagement avec le pied d’appui qui dévie le ballon dans son camp pour CSC invraisemblable.

    Le goalkeeper de 21 ans qui a reçu le soutien de l’un de ses coéquipiers après cette action, Andy Bordenave ce matin, est lui aussi sorti de son silence en publiant un message sur son compte instagram sur ce dossier brûlant qui lui fait passer pour un quelconque gardien surtout dans la presse internationale.

    La réaction du portier tombe donc deux jours après la bourde, une image qui a fait le tour du monde : « J’ai appris de mes erreurs, pour continuer nous avons beaucoup de bataille à venir, merci pour vos soutiens, » a écrit le dernier rempart haïtien qui regrette sûrement sa double erreur.

  • Dani Alves disputera les JO

    (TripFoumi Enfo) – L’entraîneur de l’équipe olympique du Brésil, André Jardine, a annoncé la liste des 18 joueurs qui auront à disputer les Jeux olympiques Tokyo 2020 du 22 juillet au 7 août prochains. Et grosse surprise, le latéral droit de São Paulo, l’expérimenté, Daniel Alves figure dans le groupe.

    À 38 ans, Dani Alves a encore du beau reste à offrir à la sélection brésilienne. En effet, l’ancien joueur du FC Barcelone fait partie des 3 joueurs de plus de 23 ans sélectionnés pour cette compétition avec le gardien de l’Athletico Paranaense Santos (31 ans) et le défenseur central du FC Séville Diego Carlos (28 ans).

    C’est donc Dani Alves, qui sera le leader de la sélection du Brésil pour les Jeux Olympiques, celui qui a remporté la Copa América avec son pays en 2019, tout en ayant été élu meilleur joueur de la compétition, a l’occasion cet été de rajouter une médaille olympique à son très riche palmarès, alors qu’il est le joueur le plus titré de l’histoire du football (39 titres).

    Championne à Rio en 2016, l’équipe olympique du Brésil a été reversée dans le groupe D, dans lequel elle sera opposée à l’Allemagne, le 22 juillet, à la Côte d’Ivoire, le 25 et à l’Arabie Saoudite le 28 juillet.

    Voici la liste du Brésil pour les Jeux Olympiques :

    Gardiens : Breno (Gremio), Santos (Atlético Paranaense)

    Défenseurs : Dani Alves (Sao Paulo), Gabriel Menino (Palmeiras), Arana (Atlético Mineiro), Diego Carlos (Séville), Gabriel (Arsenal), Nino (Fluminense)

    Milieux de terrain : Claudinho (RB Bragantino), Guimaraes (Lyon), Gerson (Flamengo/Marseille), Douglas Luiz (Aston Villa), Matheus Henrique (Gremio)

    Attaquants: Antony (Ajax), Malcol (Zenith), Cunha (Hertha Berlin), Paulinho (Leverkusen), Pedro (Flamengo)

  • Josué Duverger, le portier du onze national, suscite de grands débats du au fait qu’il soit né au Canada

    (TripFoumi Enfo) En raison du fait que Jonhy Placide, portier haïtien de la sélection nationale, s’est vu dans l’impossibilité de se rendre aux États-Unis pour le match retour face à la sélection canadienne de Football, le onze national a fait appel à Josué Duverger pour le remplacer.

    En tout état de cause, Duverger, ce jeune portier âgé de seulement 21 ans, n’a pas profité de l’opportunité qui lui a été offerte lors de cette rencontre historique. Malheureusement pour lui, c’est la sélection nationale et la patrie haïtienne toute entière qui sont déçues.

    De l’avis de plusieurs journalistes sportifs haïtiens, comme c’est le cas de Gary Eliezer, le jeune Duverger est un portier peu expérimenté. C’est d’ailleurs dans ce sens qu’il a commis cette énorme erreur en début de la seconde mi-temps sur une passe en retrait de Kevin Lafrance.

    Le gardien de Vitoria Setubal a voulu contrôler le ballon mais a raté complètement la réception et le cuir a atterri droit dans les filets haïtiens à la 46e minute de jeu. D’où le premier score des Canadiens face aux Grenadiers (1-0).

    Un but qui allait démoraliser toute l’équipe notamment Duverger qui a encaissé par la suite deux autres buts. Cyle Larin, déjà buteur à l’aller, allait doubler la mise à la 74e minute et Junior Hoilett pour sceller l’affaire en toute fin de match (89e).

    Passons sur les deux derniers buts encaissés. C’est le premier, considéré comme une gaffe impardonnable, qui a suscité la colère de nombreux Haïtiens qui avaient cru que la sélection nationale aurait pu passer ce stade pour continuer l’aventure jusqu’à l’obtention de son billet de qualification pour la coupe du monde Qatar 2022.

    Michele Bennett Duvalier, ancienne première dame de la République d’Haïti, a rappelé d’une manière ridiculisante que cela ne saurait être autrement, dû au fait que le portier national soit né au Canada, le même pays qu’il avait à affronter. « Haïti chérie, Josué Duverger, gardien de la formation haïtienne de football concède un magnifique but à la sélection canadienne. Awww le charme de la double nationalité ».

    En effet, le concerné est né au Canada de parents haïtiens. Il a été convoqué pour une évaluation pour l’équipe nationale masculine de soccer des moins de 17 ans du Canada en octobre 2016. Il a été par la suite appelé dans l’équipe nationale de football des moins de 20 ans d’Haïti pour le championnat des moins de 20 ans de la CONCACAF 2017 à l’âge de 16 ans.

    Il a également été appelé dans l’équipe nationale de football des moins de 17 ans d’Haïti pour le championnat des moins de 17 ans de la CONCACAF 2017, mais n’a fait aucune apparition pour l’équipe dans le tournoi. Duverger a fait ses débuts avec l’équipe nationale senior de football d’Haïti lors d’une victoire amicale 1-0 contre les Émirats arabes unis le 10 novembre 2017, à l’âge de 17 ans.

    De quelque façon que cela soit, on croit plutôt que le jeune Duverger est tout simplement un gardien peu expérimenté. Et l’erreur qu’il a commise, quoique grave, ne devrait aucunement susciter de débat sur le fait qu’il soit né au Canada. D’ailleurs, rien ne l’obligeait à choisir de jouer aux côtés des Grenadiers, une sélection à l’égard de laquelle les autorités haïtiennes éprouvent très peu d’intérêts.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker