Anani Jean-François, ministre nommée au cœur d’un scandale public: qui est-elle vraiment?

Nommée ministre de la Santé publique et de la Population, dans des circonstances très peu catholique, Anani Jean-François se trouve embourber dans un scandale sans précédent. Sur les ondes de la Radio Télé Caraïbes, dans la matinée du jeudi 12 septembre, le Président du Grand Corps Carl Murat Cantave confirme l’avoir imposée à ce poste. A un moment où le népotisme bat son plein, la corruption à son paroxysme, sa nomination suscite des réactions les plus diverses . Certains questionnent son expérience par rapport à son âge. D’autres se disent interpeller par le contexte de sa nomination. Au-delà de ces tergiversations, son nom tourne à l’instar d’une toupie sur un ovale de circuit.

Anani Jean-François selon son CV, est médecin, dame mariée, née en 1987, disconvenue au poste de Ministre de la Santé Publique et de la Population selon l’avis de plus d’un, est malheureusement vue comme un jour sans pain. La presse haitienne est marquée ces derniers jours par des débats où son nom en le sujet par excellence.

Ministre à 32 ans, il y a lieu de questionner son parcours. Diplômée à l’Université Quisqueya en Médecine générale, elle aurait une spécialisation en maladies infectieuses et santé publique. Très jeune, elle aurait dirigé la DC/DASH (Direction Centrale du Développement des Activités de Santé en Haiti), institution qui selon les recherches de la rédaction de TripFoumi Enfo est considérée comme le plus grand réseau de soins de santé en Haiti.

Au sein du DASH, elle aurait le mandat de garantir la qualité des soins à titre de responsable de ce département. Est-ce suffisant pour avoir un poste assez prestigieux qui est celui d’assurer la gestion et l’élaboration de politique de santé pour une population de plus de 12 millions d’habitants ? Et d’ailleurs, on est dans un pays où la santé n’est nullement une priorité pour les dirigeants.

En 2018, Mme Jean-François aurait reçu une formation à l’Université Libre de Bruxelles. Depuis, elle est devenue experte en Economie de la Santé. Pourtant, sa carrière professionnelle ne débute officiellement qu’en 2014 à l’hôpital Foyer Sainte Camille où elle aurait joué le rôle d’Enseignante clinique. Elle aurait également assuré la fonction d’Enseignante-chercheure à l’Université Quisqueya pendant la même période.

Comme médecin, elle aurait fait sa résidence à l’hôpital de Pernier. Là-bas, elle est dit avoir assuré la prise en charge intégrée des patients. Sa carrière est également ponctuée par la prise en charge directe de l’élaboration de politique en matière de santé au sein d’une task force académique. Elle a également représenté le DASH dans un sommet de la CARICOM en 2016.

Quid ses relations avec le Sénateur Carl Murat Cantave ?

Dans un pays dit démocratique où l’égalité des chances devait être au cœur de toute activité de l’Etat, la deuxième personnalité politique du pays ne se sent même pas gêné de confirmer sur les ondes de Caraïbes FM qu’il est l’auteur de la nomination d’Anani Jean-François. Quelle audace !

Les révélations du Sénateur de la Grande-Anse Saurel Jacinte laissent croire que la concernée serait la maitresse du président de l’Assemblée des Sénateurs. Selon un article de Kapzy-News, jeune média en ligne, le sénateur aurait démenti les informations selon lesquelles il serait l’amant du Dr Jean-François.

Toutefois, les analyses de plusieurs mordus de la politique dont certains sénateurs de la République s’orientent dans un seul sens : Anani Jean-François n’a pas la compétence qu’il faut pour répondre aux défis du secteur de la santé. Bien plus, elle manque d’une dose d’expérience. Car, pensent l’opinion publique, être ministre requiert un parcours qui ne saurait limiter à seulement cinq années d’expériences. Il faut cependant admettre qu’aux âmes bien nées, la valeur n’attend point les nombres des années.

À un moment où il faut combattre la corruption, la partisannerie et surtout le népotisme, il est déplorable qu’un sénateur comme Carl Murat Cantave soutienne une telle position. Alors que la population croupisse dans la misère dans la misère la plus abjecte, les sénateurs ne font qu’assurer leur arrière et celle de leur famille en continuant le pillage.

Il faut aussi souligner qu’il est écrit dans son CV que le Dr Anani Jean-François est l’auteur de plusieurs publications dont : Bilateral Medical and Research Education Exchange Models Utilized by the Global Health Initiative at Henry Ford Health System : A case study in Haiti. Elle est également membre de l’Association des Hôpitaux Privés d’Haiti (AHPH).

Entre analyses, débats et tergiversations, Anani Jean-François est, depuis quelques jours, au cœur de l’actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker