La décision de Jovenel Moïse de mettre fin au mandat de 2/3 du sénat est une vengeance, d’après Me André Michel

Me André Michel dans une note rendue publique dont une copie a été acheminée à la rédaction de TripFoumi Enfo qualifie de vengeance la décision arbitraire du Président Jovenel Moïse de mettre fin au mandat de deux tiers du sénat. Selon le militant politique, cette décision est une menace à la démocratie

Lisez l’intégralité de cette note:

La crise est mûre, disait Lénine. La décision de Monsieur Jovenel Moïse de mettre fin arbitrairement au mandat de 2 /3 du Sénat, juste pour se venger de Youri Latortue et de Nenel Cassy, deux dirigeants de l’opposition, va plonger le pays dans une crise politique totale. La période qui s’ouvre avec cette décision va être encore plus difficile pour le peuple Haïtien. 2020 sera définitivement plus difficile que 2019. À cette phase des débats, nous avons besoin de finaliser le travail de construction du grand Rassemblement des forces démocratiques, populaires et progressistes que nous avons initié avec le consensus de marriot pour mieux faire face aux appétits dictatoriaux de l’apprenti dictateur Jovenel Moïse et mieux réussir cette transition qui devient inévitable. Il faut vraiment que cette transition soit la dernière. Et pour qu’elle soit la dernière, elle doit nous permettre d’aborder les questions de fonds pour faire émerger un véritable vrai projet National à travers la Conférence Nationale Haïtienne Souveraine. Désormais, la mobilisation ne doit plus être l’affaire du Secteur Démocratique et populaire et de l’Alternative Consensuelle; elle doit être l’affaire de tous. Tous les secteurs de la vie Nationale doivent s’y engager pour qu’elle puisse faire triompher le plus vite possible les revendications du Peuple Haïtien, savoir : la démission de Jovenel Moïse, la mise en place d’une transition de rupture, les Procès PETROCARIBE, Dermalog et des autres cas de corruption, la Conférence Nationale Haïtienne Souveraine. D’un côté, la mobilisation doit se poursuivre sans interruption. De l’autre, les enfants du peuple, sous l’œil protecteur des et des autres, doivent continuer à aller à l’école pour sauver l’année scolaire. C’est ma conviction. Que DIEU bénisse Haïti.

André Michel, avocat , porte parole du Secteur démocratique et populaire, signataire de l’alternative consensuelle.

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker