Musique

Pour GuyWewe, la communauté « chinwa » de Wendy est une illusion, a-t-il raison ?

(TripFoumi Enfo) – Chaque jour, un nouveau sujet occupe la nappe. Maintenant, l’insécurité cède provisoirement le premier des sujets les plus débattus pour faire place à des dossiers qui concernent les artistes de l’Industrie de la Musique Haïtienne.

Après la sortie de la musique Kay Blan de Wendy, mettant en scène d’autres artistes comme Vanessa et BIC, les réseaux avec des commentaires venus de tout horizon sont assiégés. Cela allait s’intensifier suite à la sortie du premier album de Baky du nom « Rap ap rete Rap ».

La musique qui a beaucoup plus attirée l’attention du public, c’est la « Dènye lèt » dans laquelle, il traite un sujet quasi-tabou dans la société haïtienne qui est cette question de Dépression. Dans cette même musique, le natif du Sud a profité pour faire une rétrospection. Il se met à nu quant à son problème et évoque le rapport respectueux et convivial qui a existé entre lui et d’autres artistes dont RoodyRoodboy, Trouble Boy et Wendy.

Ajoute nou sou Telegram pou pa rate okenn scoop: https://t.me/TripFoumi!

Si pour plusieurs, la musique de Baky est un signe de reconnaissance envers les autres artistes et un moyen pour pousser les gens qui sont dépressifs à ne pas se sentir seuls, il y a aussi un nombre de personnes, qui se revendiquent « chinwa », fans de Wendy, qui perçoivent le morceau comme une sorte de mea culpa.

Par ailleurs, dans une intervention, l’animateur GuyWewe, de son vrai nom Guy Webern Guerrier, a déclaré que la communauté « chinwa » est une illusion. « Gon kominote chinwa. Son illusion li ye. Yon kominote chinwa tout moun pè. Depi yo pale de kominote sa, li mande anraje. Vini ak Agiman montre m misye pi popilè ke Roody », a-t-il fait savoir dans une courte vidéo postée sur les réseaux sociaux. Face à cette déclaration, ces questions surgissent : existe-t-il vraiment une communauté dénommée « chinwa » à proprement parler ? Qui sont-ils ? Quels sont leurs modes opératoires?

Sur les plateformes sociales, il y a de plus en plus de gens qui se revendiquent d’être membres de cette communauté. Et, ce sont surtout des gens qui sont fans de Wendy. Ils se regroupent sous le patronyme chinwa et adopte une fourmi comme emblème.

Ils sont pour la plupart des jeunes qui ont une appréciation pour la musique, notamment et surtout les musiques sur lesquelles se trouve leur artiste préféré, et occupent beaucoup Twitter et Instagram parmi les réseaux sociaux. Leurs modes d’opération n’ont rien de confidentiel. À l’œil nu, on est capable d’observer tout ce qu’ils font.

À chaque publication de Wendy, ils commentent en abondance. Ce qui n’est pas étonnant. D’ailleurs, les fans des autres artistes font presque pareils. Toutefois, si quelqu’un fait une publication pour critiquer Wendy, celui-là risque de perdre son compte. Dans un premier temps, certains vont proférer des obscénités à son endroit, des commentaires vraiment injurieux. Ils pourront aller jusqu’à signaler le compte en question.

À comparer les fans de Baky et de Wendy, il est évident qu’il existe un manque de tolérance du côté de ceux de ce dernier, notamment les fans qui se revendiquent « chinwa », qui forment une communauté qui peut s’assimiler à de l’intégrisme. Les « chinwa » auraient même un groupe Telegram pour coordonner leurs actions consistant à s’en prendre à tous ceux qui osent critiquer Wendy.

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker