Les Dominicains et les Chinois pillent les ressources halieutiques d’Haïti

La République d’Haïti fait face à un nouveau défi. Depuis quelques temps, les ressources halieutiques du pays attirent de nouveaux clients. Des Dominicains et des Chinois, avec la complicité de quelques haïtiens qui exploitent les richesses maritimes du pays sans l’autorisation de l’Etat.

Résultant de l’absence de contrôle de l’Etat sur les 1771 kms de côte du pays, ce sont des millions de dollars qui fuient vers l’extérieur par la contrebande.

En effet, plusieurs observateurs ne cessent de déclencher la sonnette d’alarme après que des étrangers de nationalité chinoise et dominicaine ont à maintes reprises été aperçus dans les eaux territoriales haïtiennes en train de pratiquer de la pêche illégalement.

En août 2005, l’Organisation Mondiale pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) avait estimé la production annuelle du pays en ressources halieutiques à environ 8 000 tonnes.
Plus de 52 000 familles vivent des produits de la pêche, d’après les données du Ministère de l’Agriculture. C’est donc une source de revenu importante pour la population.

«Le secteur de la pêche et de l’aquaculture ne constituent à proprement un secteur stratégique de l’économie haïtienne, mais sa contribution est loin d’être négligeable en particulier en zones côtières où il contribue de manière considérable au maintien des emplois dans des zones où les opportunités économiques sont de plus en plus rares», a rapporté le FAO.

Pourtant, c’est un secteur sous exploité. Il souffre d’une anémie chronique caractérisée par l’absence d’investissement, le déficit de modernisation et de stratégie où jusqu’à présent les canots à quilles, les bacs à fond plat et les pirogues monoxyde constituent les principaux moyens de pêche en Haïti. Les pêcheurs haïtiens sont alors dans l’incapacité d’atteindre les hautes mers, ce qui justifie sa faible production.

Par contre, ces envahisseurs étrangers disposent des outils modernes, caractéristiques de l’ère de la pêche industrielle, qui leur offrent un haut rendement tout en ruinant le fond marin du pays.

L’énorme déficit économique pour la population n’est plus à démontrer: épuisement des ressources marines, l’insécurité alimentaire, fuite des capitaux, l’accentuation de la pauvreté, etc.

Pour pallier définitivement à ce problème, l’Etat haïtien à travers le Ministère de l’Environnement et les instances de sécurité nationale est désormais dans l’obligation de prendre des mesures urgentes en vue de contrôler l’exploitation de nos ressources halieutiques, sécuriser l’espace maritime tout en mettant un frein à la violation constante et systématique de l’intégrité territoriale du pays.

Aujourd’hui, ce sont les Dominicains et les Chinois. Demain, qui sait? Le silence ne doit pas être complice.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker