Un drapeau américain brûlé par des manifestants au Cap-Haïtien

Déjà 8 semaines de mobilisation partout sur le terroir. Dans certains quatiers, des hommes armés protègent leurs barricades érigées en forme de protestation contre ce régime. Une mobilisation sans précédente, toute la vie nationale s’y embarque. En effet, le dimanche 27 octobre, au cours d’un grand soulèvement populaire dans la deuxième ville du pays, pendant laquelle les riverains exprimaient leur ras-le-bol contre le Président de la République, des manifestants ont brûlé un drapeau des États-Unis.

Depuis la genèse des séries de manifestation contre Jovenel Moïse, le Cap-Haïtien a toujours été une ville de forte résistance. À chaque mobilisation, un nombre incommensurable de militants ont toujours déferlé dans les rues. Le dimanche 27 octobre, en arrivant non loin de la mairie, ils ont mis le feu au drapeau américain.

Après cet acte, les auteurs ont donné la raison pour laquelle il a été commis. « Cette action est posée contre la politique de Washington vis-à-vis d’Haïti », a précisé l’un des militants.

« Les États-Unis sont responsables de la misère du peuple haïtien. Ils soutiennent le Président Jovenel Moïse au pouvoir et maintiennent la corruption et la misère aiguë qui gangrènent la population. On appelle cela l’ingérence », a déclaré un manifestant en colère.

À rappeler, certains membres de l’opposition farouche du régime Tèt Kale ont lancé une semaine de mobilisation allant du 28 Octobre au 5 Novembre. Au cours de la première journée, des gangs armés se sont affrontés. Des détonations d’armes automatiques ont été entendues dans l’entrée sud de la capitale. Des riverains de Martissant sont à la merci des hommes armés, la présence de la police n’est pas constatée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker