Google prévoit d’offrir des comptes chèques l’année prochaine

Google envisage de proposer des comptes chèques au sein de son application Google Pay, rapporte le Wall Street Journal. Son projet «Cache», qui pourrait être lancé dès l’année prochaine, sera proposé en partenariat avec Citigroup et une petite coopérative de crédit de l’Université de Stanford.

En effet, Google indique que les comptes seront désignés dès le départ comme provenant de ces banques, qui se chargeront du backend financier et de la conformité réglementaire.

Le responsable de Google, Caesar Sengupta, a déclaré au WSJ que cette initiative visait à «aider davantage de personnes à faire plus de choses de manière numérique en ligne». Il a ajouté que le service pourrait être utilisé pour offrir des programmes de cartes de fidélité.

La publication note également que les comptes chèques contiennent une quantité énorme de données précieuses sur les dépenses de consommation, ainsi que des informations sur le revenu des personnes. Toutefois, Google a rapidement affirmé ne pas vendre les données financières des comptes chèques à des annonceurs et a ajouté qu’il n’utilisait pas actuellement les données de Google Pay à des fins publicitaires.

Ces dernières années, les grandes entreprises de technologie ont été de plus en plus intéressées à se tourner vers les services financiers.

Plus tôt cette année, Apple a lancé une carte de crédit, la Apple Card, en partenariat avec Goldman Sachs, et Facebook a annoncé Libra, une crypto-monnaie qu’elle tentait de lancer avec une collection d’autres sociétés de technologie et de finance. Hier encore, Facebook a annoncé Facebook Pay, un service d’envoi d’argent via les réseaux sociaux et les applications de la société.

Ces initiatives ont déjà créé de gros problèmes pour les entreprises qui les proposent. La carte de crédit d’Apple fait actuellement l’objet d’une enquête pour discrimination à l’encontre des femmes.

Cependant, au commencement du mois de novembre, près d’une demi-douzaine d’entreprises ont quitté l’association pour la balance de Facebook, alors que les autorités de réglementation se méfiaient de plus en plus de la crypto-monnaie prévue.

Par ailleurs, Cette poussée dans les services financiers se produit également, alors que le monde comprend de plus en plus les conséquences en termes de protection de la vie privée de la concentration d’un si grand nombre de données d’utilisateurs entre les mains d’un petit nombre de géants de la technologie.

Parallèlement à l’introduction des services financiers par les géants de la technologie de la Silicon Valley, un certain nombre de petites banques axées sur la technologie ont commencé à faire leur apparition, notamment Revolut et Monzo, dont le dernier a été lancé aux États-Unis plus tôt cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker