Le secteur démocratique et populaire dénonce les actes de répressions à Miragoâne

Suite à l’attaque perpétrée contre une patrouille policière qui tentait d’enlever les barricades ce mardi 19 novembre 2019, à hauteur de Chalon (Miragoâne), ayant coûté la vie à un policier, les autorités judiciaires et policiaires ne sont pas restées de marbre. Elles ont décerné une vingtaine de mandats à l’encontre des militants et des dirigeants politiques du secteur démocratique et populaire dans le département des Nippes.

En effet, dans un communiqué publié ce mercredi 20 novembre 2019, le porte parole du secteur démocratique et populairer, Me André Michel dénonce la justice et la police de Miragoâne qui déclenchent une vaste répression contre les opposants au pouvoir de Jovenel Moïse dans ce département. Il a fait appel aux organisations des droits humains, de mener une enquête sur les violations graves des droits humains dans la commune.

Voici le communiqué dans son intégralité.

Le Secteur Démocratique et Populaire condamne et dénonce la répression politique exercée à Miragoâne depuis les dernières 48 heures contre les dirigeants et militants locaux des partis et organisations politiques signataires de l’Alternative consensuelle pour la Refondation de l’Etat. En effet, Amatas Jean Philippe, Fresnel Afice, Fenel Bien Aimè et Pierre Mikerlange, tous dirigeants du Secteur Démocratique et Populaire, sont l’objet de graves persécutions politiques de la part du Commissaire du Gouvernement, Gertha Zèphyr et du directeur départemental de la Police, Frantz Mahurin, utilisant les services d’un bandit notoire du nom de Guy Polinice, un délinquant, arrêté à plusieurs reprises par la police pour trafic de drogue et d’autres activités criminelles.
Nous apprenons que des mandats d’amener ont été décernés arbitrairement contre une vingtaine de dirigeants et militants de l’opposition dans le département des Nippes. Le Secteur Démocratique et Populaire appelle les organisations de droits Humains et l’opinion nationale et internationale à braquer leurs caméras sur les violations de droits Humains et les répressions politiques dont sont victimes quotidiennement les représentants de l’Opposition à Miragoâne.
Le Secteur Démocratique et Populaire réitère sa détermination à continuer la lutte jusqu’à la démission de Jovenel Moïse, la réalisation du PROCÈS PETROCARIBE et l’organisation de la Conférence Nationale Haïtienne Souveraine.

André Michel, Avocat, Porte parole du Secteur Démocratique et Populaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker