Embouteillages monstres à Port-au-Prince, la DCPR veut mettre fin

La capitale haïtienne fait face à de gigantesques embouteillages ces derniers temps. Depuis la reprise des activités, les rues sont souvent inaccessibles surtout en fin de journée. Pour en pallier, le Directeur de la Circulation et de la Police Routière Carmel Florent annonce des mesures.

Si l’on en croit ses déclarations, le commissaire Carmel Florent se dit préoccupé de l’embouteillage monstre qui sévit à Port-au-Prince. En conséquence, des mesures seront prises pour faciliter la libre circulation pour la période des fêtes de fin d’année, annonce le responsable de la Direction de la Circulation et de la Police Routière (DCPR). Parmi ces mesures, figure l’interdiction aux poids lourds d’emprunter la voie qui mène à Lalue en passant par Nazon avant 9 heures du matin. Ensuite, dit-il, des points fixes seront multipliés partout pour fluidifier la circulation.

Carmel Florant croît que l’une des causes principales des bouchons sur les routes est le fait que certaines zones, comme le boulevard Harry Truman (Bicentenaire) par exemple, sont très peu fréquentées. Ce qui pousse tous les chauffeurs en provenance de Port-au-Prince et de ses environs, à prendre des raccourcis pour se rendre au sud de la capitale. Toutefois, il ne mentionne pas ce que compte faire la police dans ce cas précis.

En contrepartie, Méhu Changeux contrattaque. Le syndicaliste et coordonateur de l’APCH croît que le commissaire Florent est à côté de la plaque. Selon lui, les rues qui sont hors service sont en grande partie à l’origine des bouchons.

Pour appuyer sa thèse, il fait mention du cas de la rue Monseigneur Guilloux, celle de l’Enterrement (devant le Collège Bird) et celles jouxtant le Palais National. D’autre part, les carcasses de voitures et les immondes qui jonchent les rues entravent la circulation. Pour lui, si l’Etat veut résoudre le problème, il faut d’abord penser à rouvrir ces routes et il faut que le MTPTC et le SNGRS fassent leur travail en nettoyant les rues.

Au delà de tous les grands maux causés par l’embouteillage, il faut signaler qu’il augmente aussi le taux de l’insécurité. Passé environ une heure cloîtré dans une voiture sans pouvoir se déplacer favorise aux bandits la possibilité d’opérer en toute quiétude et de fuir.

Si vraiment on veut résoudre ce problème, il est important d’agir vite et bien, sachant que les fêtes de fin d’année s’approchent et vu le nombre de dégâts que cela a déjà causé. Ceci dit que, le commissaire Florent a beaucoup à faire pour garantir la libre circulation des gens déjà trop impatients.

Il faut cependant souligner que la première cause des bouchons sur les routes est tout simplement un volume de circulation supérieur à la capacité routière: les véhicules sont trop nombreux et le trafic s’arrête à chaque goulot d’étranglement ( rétrécissement de la route, croisements de rues, jonctions et bifurcations des routes ) etc. Et le pire, il n y a pas de signalisation routière pouvant faciliter l’écoulement de la circulation.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker