À Yanick Joseph et les autres policiers révoqués la tête altière

Des actes héroïques font toujours peur aux « Restavèk » d’un pouvoir en place. Votre combat pour le respect de vos droits et de meilleures conditions de travail ne sauraient plaire au haut commandament de la Police Nationale. Vous aviez fait les démarches admnistratives, avant même de fouler le béton. Ils se sont bouchés les oreilles, et vous laisser vous plaindre. Vous vouliez assumer votre responsabilité, sans craindre pour votre Job. Et ce devait être le devoir de chaque employé de la fonction publique. Pourtant, certains ont peur pour leur poste.

Vous souffriez dans votre âme, à l’idée de ne pas avoir les moyens nécessaires pour répondre aux assauts des bandits. Des collègues tombaient comme des brebis sans berger. Quand un bandit est tombé sous vos balles, vous êtes les coupables. Tout cela était inacceptable. Personne ne pouvait vous dicter vos réactions, en voulant monter votre syndicat. Vous avez agi, à mon humble avis, à la dimension de votre douleur. Personne n’a le droit de vous dicter vos réations: vous seuls saviez comment vous vous sentiez, ayant été ignorés. Mais, moi, je resterai toujours partisan de la non-violence.

Votre révocation est le signe que vous avez des colonnes vertébrales solides, que vous voulez un meilleur traitement. Votre révocation est la première victoire vers l’objectif à atteindre. Vous avez fait ce qu’il fallait faire: vous soulever contre l’injustice. Vous déconciez le côté obscur et malhonnête de nos dirigeants, qui tiennent toujours des discours trompeurs, à l’instar du Renard au Corbeau. Vous avez permis à toute la population haïtienne de voir la face cachée des soi-disant dirigeants au sein de la PNH. Et cela avait un prix. Vous en avez fait les frais pour la bonne cause.

Aujourd’hui, il est clair que l’administration publique ait besoin de braves comme vous. Des hommes et femmes qui veulent servir, mais qui exigent les moyens, sans craindre pour leur vie et leur poste. Il n’était pas normal que les bandits soient mieux équipés par les dirigeants, dans certains cas, quelque vous. Pourtant, vous êtes appelés à les combattre. Votre révocation est le signe tangible que les autorités ne veulent pas de changement, en matière de sécurité. Car, comment combattre le banditisme et la criminalité sans, notamment, des policiers bien équipés?

Bravo! Vous aviez tenu tête face à l’inacceptable, jusqu’à votre révocation, car la cause était juste. Je vous garantis que Rameau Normil n’a pas les couilles pour oser tenir tête au président corrompu Jovenel Moïse, qui protège ses proches dans des actes louches. Sinon, certains auraient dèjà arrêtés pour Kidnapping, contrebande et autres actes punis par la loi.

Votre révocation n’est que temporaire. Car, un jour viendra, vous réintégrerez l’instituion de la même manière dont ces corrompus vous avaient mis à la porte: la tête altière.

Toute mon affection pour vous.

Fanel Delva

Back to top button
Close
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker