La mort de Claudine Saintal, l’extinction d’une héroïne

Claudine SAINTAL, la directrice exécutive d’IDEH (Initiative pour le Dévelopment Equitable en Haïti) a rendu l’âme aux Etats-Unis là où elle vivait, laissant derrière elle ses trois garçons.

Cette nouvelle a secoué la communauté des jeunes activistes en Haïti, notamment Nègès Mawon, la structure à laquelle appartient Pascale Solages qui s’est vivement engagée lors du mouvement «kot kòb petwokaribe a?».

Claudine Saintal était cette jeune fille qui avait remporté le concours de beauté «Miss videomax» en 2004 réalisé par la Télémax.

Elle avait été déchue de ce titre lorsque les organisateurs avaient fini par apprendre qu’elle était une mère adolescente. Cependant, cette action traduisait déjà son engagement dans une lutte pour l’inclusion et l’acceptation de tous au sein de la société.

Selon la présidente d’IDEH, Claudine s’était inscrite sciemment au concours en vue de soulever le débat autour de la marginalisation à laquelle les mères adolescentes sont assujetties.

Contactée par la rédaction de Trip Foumi Enfo, une des proches de Claudine la décrit comme une personne très positive. Responsable et déterminée dans ses initiatives, elle avait la capacité remarquable de motiver les gens de son entourage. «Nul mot ne peut vraiment expliquer le côté extraordinaire de cette » FANM « », a-t-elle déclaré.

Que le génie de cette flamme continue de se manifester à l’autre bout de l’horizon!

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker