À l’approche du premier avril, Jovenel Moïse fait l’objet de la risée du public

On est à la veille du premier avril 2020, les haïtiens semblent ne pas oublier cette coutume. Le fameux «poisson d’avril», une sorte de blague mensongère, a doré l’enfance de plus d’un. À l’approche de cette date, certains internautes commencent déjà à se préparer. Pour cela, ils citent Jovenel Moïse, auquel ils demandent de bien faire attention en cette date, comme d’habitude, truffée de mesonges.

On le connaît comme étant une machine à promesse. Le candidat Jovenel Moïse, et même au cours de ses trois ans au pouvoir, a déjà promis monts et merveilles. Les haïtiens, toujours en attente de l’électricité 24/24, des réalisations de la «karavàn chanjman an», «lajan nan pòch ak manje nan asyèt», ou tout au moins, l’accès gratuit à l’internet au Champ-de-Mars, se méfient de lui pour éviter un ènième «poisson d’avril», et cette fois, en plein premier avril.

Pour se préparer, un court message circule en ce sens sur les réseaux sociaux. Sur plusieurs groupes WhatsApp, on lit: «Mezanmi demen premye avril. Nenpòt manti Jovnèl ta bay yo p ap ka kondane l». Ce, pour aussi montrer comment certains haïtiens ne font pas confiance à «Nèg bannann nan» et attendent, partout et en tout lieu, qu’il leur glisse un mensonge de trop. Ne le condamne pas s’il le fait ce premier avril.

Ce comportement malencontreux du président lui a déjà coûté très cher. Pas mal d’internautes utilisent le nom et la photo du chef de l’État pour faire passer leur «fake news» ou pour concocter leur blague. Certains ont même inventé un verbe dérivé de Jovenel qui est Joveneliser, c’est-à-dire parler pour mentir et ne rien dire. Souvent on rencontre des phrases telles : Vous voulez nous Joveneliser en lieu et place de vous voulez nous mentir. D’ailleurs, en fin de la semaine écoulée, un message circulant sur les réseaux sociaux faisait croire que le «Ti David» aurait promis d’accompagner la population au moment du passage du COVID-19 sur Haïti en octroyant 2 000 gourdes à tout le monde. Et après on a rectifié pour dire c’est de préférence un petit accompagnement aux familles (1,500,000 ).

Ayant fait l’objet de grands débats et de préparation, cela nous a poussé à aller vérifier les comptes Twitter et Facebook de l’ingénieur-président pour enfin constater que c’était un «fake-news». Quel gâchis!

L’impasse dans laquelle nous nous trouvons peut donner naissance à n’importe quelle situation. Il est clair que le «poisson d’avril» est l’une des coutumes qu’il ne faut pas rejeter. Cependant, il faut être prudents, vigilants et responsables ce premier avril pour ne pas mettre en danger la vie des autres rien que pour rigoler mais aussi, de veiller les uns sur les autres, en bons citoyen.e.s, fils et filles d’une même nation.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker